jeudi 30 juillet 2015

Pesticide mon amour

vous avez compris le second degré ?
il s'agit de trouver une alternative aux phytosanitaires
comment (de bonne foi)

se tirer une balle dans le pied

Pendant cinq ans, (il y a vingt ans) j’ai appris que l’on ne disait pas « pesticide », mais « produit phytosanitaire ». Dans ce mot il y a phyto : les végétaux. Et puis le mot sanitaire, le même mot que l’on utilise dans les WC des hommes, ça fait propre, ça fait nickel, on se débarrasse des microbes, et des vacheries qui se promènent dans les hôpitaux et qu’on éradique avec tout ce qu’on peut. Il parait qu'on retrouve ces molécules dans la mer ?

Les produits phytosanitaires sont les produits destinés à soigner les plantes (les médecins sont les Ingénieurs d’Agronomie des Services de la Protection des Végétaux, dont le Patron est le Directeur Général de l'Alimentation au Ministère de l'Agriculture qui s'appelle aussi celui de l'Agroalimentaire). 

Comme on soigne les animaux (les médecins sont les docteurs Vétérinaires, ils ont à juste titre le titre de docteur). Comme on soigne les humains (les médecins sont les docteurs en médecine).  J’ai bien peur que ces trois médecines ne communiquent pas trop entre elles : par exemple pour prévenir les cancers, on pourrait imaginer (rationnellement) qu’une manière de faire (entre autres) serait d’éviter d’utiliser des matières cancérigènes ?





















La Loi n’est pas si mal faite au demeurant, qu’elle le dit nettement : cela fait vingt ans qu’a été démontré en Bretagne par le Service de la Protection des Végétaux (qui porte une attention extrême à ce que les végétaux restent consommables par l’homme, en ayant promu la lutte biologique dans le serres de Savéol par exemple) qu’il existait des pesticides (pardon !) dans les eaux de pluie, puis dans l’air tout court, et que si les enfants respiraient (malgré eux) cet air, ils étaient (vu leur poids réduit) soumis à des doses ... pas trop catholiques… ! Que vient faire la religion là-dedans me direz-vous, et à quel titre le Pape se mêle-t-il de ce genre de trucs ? http://babone5go2.blogspot.fr/2015/06/laudato-si.html


Bref ! Nous sommes ici, comme je vous l’ai déjà conté, une petite Ville en bordure de Garonne, entourés de sources souvent thermales, où l’eau est d’autant plus précieuse, qu’elle coule en quantité. Qu’elle est tellement pure qu’on en fait de l’eau de source, et qu’elle ne coûte presque rien !

La nature ici reste généreuse, les prairies montagnardes sont encore épargnées, et il reste quelques papillons là où l’homme n’a pas encore trop mis à mal les milieux naturels. Un Parc régional est prévu pour sanctifier cette richesse, et le petit Paradis qui a abrité les hommes de l’Aurignacien reste encore préservé…


Vous savez la différence (cependant) entre le jardin Anglais et Français ? Le premier organise la fantaisie, et la diversité, avec un tel art que l’on croit le jardin Anglais uniquement du au hasard de la Création, alors qu’il est mis en scène par des jardiniers entièrement imbibés de l’ordre de la Nature. 

Le Français (qui tolère les publicités affreuses, pourtant interdites, à l’entrée des cités ; les poubelles noires et jaunes qui traînent et les papiers sales déposés à côté des récipients vides) ne supporte pas que la moindre herbe ternisse la platitude étanche d’un trottoir. 

Alors, il sort un engin décisif, il assomme le brin d’herbe de jets pulvérisés pleins des molécules fatales. Son souci de protéger les opérateurs, (dans ce cas Fonctionnaires), le conduit à les habiller de tenues appropriées....(les voisins respirent, eux, le mélange)...!


...très impressionnant !


comme  on ne peut les reconnaitre davantage que les Hommes du GIGN, je puis donc publier leur photo ?

La pluie balaie les molécules pulvérisées dans les caniveaux. Le ruissellement rejoint la nappe phréatique. Les pesticides (pardon les molécules phytosanitaires) se retrouvent dans ces nappes. Certes invisibles. Nos enfants boivent tout ça (erreur, ils boivent du coca). Je raconte ça à une amie qui vient de découvrir sa tumeur du sein. -"mais quel rapport" ? Il faut bien que les trottoirs soient propres " ? 

et si elle avait raison ?

j'ai peur de devenir, avec le temps, un vrai sénior...

...ronchon !

Mémé Georgette exagère

elle s'indigne un peu trop

elle n'aime pas Monsanto

les séniors n'ont décidément aucun sens de l'a-propos....!






-
musée de Lille : Jules Denneulin 1805-1904 : le mérite agricole



PS1 : la réglementation officielle est prolixe !
http://agriculture.gouv.fr/actualites-reglementaires-phytosanitaires-du-18-au-24-juillet-2015-semaine-30

PS2 : j'ai expliqué comment en Espagne, être rabat-joie (aguafiestas) dans une majorité était difficile : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire