dimanche 19 juillet 2015

Atropos (4)


Moment impressionnant hier et aujourd'hui : les chenilles changent de couleur, deviennent ternes, sortent de leurs branches nourricières, pour errer sur les parois de bois de la cage : elles sont inquiètes, manifestement. Je les comprends, deviens inquiet moi aussi : je sens comme elles la nécessité (impérieuse, irrésistible) d'accomplir leur destinée.

elles vont se métamorphoser, pour le grand voyage ...

... et la transformation ultime

devenir sphinx volant !

On  comprend leur stress, nous on solliciterait (on exigerait) un accompagnement psychologique pour le grand voyage, la grande aventure. Une société humaine les mettrait sous contrôle médical, déploierait tous les détours d'une hospitalisation à domicile, et ferait faire les constats d'huissier utiles pour plaider la bonne santé, avant les transformations terribles qui vont survenir.. toujours risquées !

Je sais ce qu'elles veulent : de la terre, pas trop sèche, pas trop humide, ni dure ni molle, il leur faut s'enfoncer : elles partent en enfer !

belles grosses crottes, témoignage du dernier stade
Je n'ai qu'un pot de fleurs sous la main, j'arrache le chou que les chenilles de piérides sont en train de dévorer, le jette aux orties, et mets mes pensionnaires sur la terre meuble.

A peine le temps de sortir l'appareil photo que par mégarde je n'avais pas sous la main, elles s'enfoncent verticalement, poussant, la tête en bas, et ondulant comme le ferait un serpent, pour s'enfoncer.
























Je ne vois plus que la queue, le reste a disparu, bientôt on ne verra plus rien !

La chenille va user de ses dernières forces pour se bâtir une alcôve, sommairement tissée de toile lâche. Bien cachée des prédateurs (comme le hérisson qui sait qu'il est temps de fouiller) elle va prendre son temps, et muer pour devenir chrysalide.

Ouf, j'ai terminé mon boulot, consistant à les approvisionner d'olivier frais : elles ont la paix !

Plus qu'à attendre l'éclosion, ultime transmutation !

Atropos va surgir des enfers, les ailes encore humides et toutes fripées

Il faut lui préparer un perchoir où il va s'agripper pour déployer ses ailes

Ceci fait, il va pouvoir voler : atteindre le stade suprême : pouvoir déjeuner (de miel)

et les dames ...courtiser !

ça va se passer dessous  : je dépote le pot dans 15 jours !





lachesis et styx, les cousins du Sud


ça c'est du tatouage !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire