jeudi 2 juillet 2015

Chapiteau for sale

Coup de tonnerre hier, vers 17H15 dans le petit monde de l'Art roman : un chapiteau est à vendre !


Vous allez me dire : en Grèce, en ce moment, ils en vendent des tonnes, pas de quoi grimper aux rideaux !

certes !

Sauf que le chapiteau est en marbre. Respect ! En marbre de Saint-Béat : je vous l'ai déjà dit : passus lupus, l'endroit où la Garonne a sauté en juin 2013, cité martyre que l'on est en train de contourner par un tunnel magnifique (on va l'inaugurer un jour j'espère). Le tunnel est creusé direct, dans le marbre, le marbre de Saint-Béat, celui qui a servi aux dalles de la piscine de Montoulieu...!

Mon  histoire commence à peine : un chapiteau pareil est signé : le sculpteur n'est pas décédé hier, c'était dans les années de la construction d'un cloître : lequel ?

de la Collégiale !

de notre Collégiale, celle de notre Saint :

Saint-Gaudens !

Vous allez me dire : -"j'en viens de votre cloître, j'en ai vu des chapiteaux, ils y sont tous, pas de quoi fouetter un chat" !  (expression locale).

Je vous rétorque aussitôt : -"vous avez mal regardé : justement, celui dont nous parlons est en place : mais c'est un moulage du vrai qui est en vente" !

ici on dit : -"putain_con !"

j'entends comme s'il était là, Luchini hurler: "c'est é-nor-me" !


Vous pensez si le landerneau (expression typiquement bretonne je vous le concède) toulousain est en émoi : la pièce est le centre de la vente qui se fait au Crédit Municipal. Vous allez me rétorquer ; 

-"je suis allé sur le site internet de la Maison de ma tante comme on dit à Paris, la première vente prochaine est en octobre" !

Cherchez l'erreur !

Les initiés racontent : autrefois, une (vieille) dame (ce sont toujours des vieilles dames qui possèdent les trésors antiques) possédait ce chapiteau. Refus de vendre, quand on a reconstruit le cloître actuel en 1989 (il arrive que de vieilles dames adorent embêter leurs contemporains). "Par contre, vous pouvez le mouler tant que vous voulez mon bon monsieur" !

Il se trouve qu'elle est morte (comme beaucoup de vieilles dames) il y a huit mois ! Personne ne dit rien à personne ! Un ami (un vrai ami donc) me prévient hier à 17H15, je suis en voiture, je reviens juste de Toulouse_(con). L'ami m'explique tout, (nous sommes en dehors des heures ouvrables vous avez compris), et me demande de faire enchérir la Ville. Cette dernière vient de passer un contrat avec le (grand) architecte Axel Letellier, rue Riquet à Toulouse, qui est pour les spécialistes comme la réincarnation de Violet le Duc herself ! 

E-nor-me ! L'idée ? rénover la Collégiale ! 

remettre un chapiteau authentique à la place du moulage paraitrait minimum !























En pratique, la feinte est la suivante : c'est une Commissaire priseur tout ce qu'il y a de plus privé comme statut qui a loué la salle d'expo du Crédit Municipal pour exposer son chapiteau ! Son nom : Catherine Chausson. Tout ce qu'il y a de plus officiel. On l'appelle : Maitre !

Le téléphone mobile sonne, et on se passe le tuyau entre initiés. Nous sommes le 2 juillet, à quelques heures de la vente. Tout est prêt. Le prix de départ est de 2500€. Il faut dire que Maître Chausson est certainement érudite en droit, mais qu'elle manque de lettres : elle a catalogué la pièce comme faite de "pierre graniteuse", son expert n'est pas géologue ? Le catalogue nous sert un poème sur l'éternel, un peu enflammé : il ne peut imaginer qu'il y ait des oeuvres d'art roman ici, c'est la campagne, pas comme Toulouse_(con) ! On l'excuse, seuls les initiés sont au courant.... et les Chinois ?

à suivre !

au prochain épisode !



Toulouse remplie de Chinois dès ce matin :

pourvu qu'ils ne fassent pas monter le prix :

on n'a plus qu'à leur vendre la Collégiale !


description du lot 260

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire