lundi 27 juillet 2015

Sainte Anne

Nous sommes à  Sainte-Anne d'Auray, premier lieu de pélerinage breton, où Sainte Anne, la grand-mère de Jésus, apparut à un laboureur, Yvon Nicolazic, et lui dit (en  breton) : "Me zo Anna mamm Mari". «Je suis la mère de Marie".

C’était le 25 Juillet 1624, veille de la fête de Sainte Anne. Le 7 mars suivant, suite à son nouvel appel (tout ça sans portable évidemment), Yvon Nicolazic découvre dans son champ du Bocenno une statue de Sainte Anne venant d’une vieille chapelle tombée en ruine. C’était le signe authentifiant la vérité des apparitions.


 Dès le lendemain, les pèlerins viennent en foule dans ce lieu appelé à l’époque « Ker Anna », c'est-à-dire : le village d’Anne, preuve que Sainte Anne était honorée en ce lieu avant les apparitions comme l’indiquent les pierres de l’ancienne chapelle au milieu desquelles fut découverte la statue.

mieux que la Joconde, Sainte-Anne, Marie, l'enfant Jésus et son agneau
Léonardo da Vinci

St-Thomas de Courceriers, relique de Sainte-Anne

toute comparaison avec ce qui suit serait blasphèmatoire !

Depuis près de 40 ans, nous fêtons nous aussi la Sainte-Anne (de Bretagne) : la première fois, le hasard nous a fait inventer un rite, (ça se passait dans les Alpes, du côté de Guillestre, haut lieu de chasse d'Apollo), qui s’est donc répété quarante fois : le menu est immuable : entrée : melon. Mais pas préparé n’importe comment : dedans du porto, qu’on va maintenant chercher à Lès. Dans le porto une belle cuiller de crème (bretonne) : ça donne un goût de noisette au melon (humecté), super bon !

Ensuite, cuisses de grenouilles ! Cette fois, le miracle est accompli par Monsieur Picard, que ferait-on sans lui ? C’est tout ! A la fin, dessert de glaces, il en faut des variées, plusieurs par personne, toujours Monsieur Picard. Arrosé de rosé tiré du seau rempli de glace pilée (à la fin de la journée, mon poissonnier donne sa glace aux clients fidèles, avant de replier son stand).



ceci est un"rail d'ail" demandez moi la recette !















Coluche aurait aimé !



















Il ne faut pas grand-chose pour être heureux


si l’on est protégé par Sainte Anne évidemment !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire