jeudi 16 juillet 2015

Aide moi à t’aider !

Porte Miégeville, basilique Saint-Sernin Toulouse
Simon le magicien, les démons, et la naissance de
la vigne. Les démons ont les mêmes pattes que les sirènes !
Cette phrase, déjà célèbre, me trotte dans la tête : elle est belle, elle sonne, c’est celle prononcée par un Maître, un ami, l’ami d’Ulysse, Ulysse le rusé, un peu menteur, (mais il est poussé par les circonstances à mentir, en politique ce n'est pas un défaut, c'est une technique de com).


Mentir, c’est beaucoup dire, il ne fait que travestir (si peu) la vérité, il l’enjolive, en fait une histoire, une saga :  c'est celle d'un magicien, Simon le magicien : qui enjolive la vie : on lui pardonne volontiers : il est, il vit l’Odyssée, mettons-nous à sa place, l’essentiel n’est-il pas de survivre, de durer, de sauver sa peau, de vaincre les démons...et de rentrer à Ithaque ?



Ulysse est « l’audacieux » : Je le croyais Tsipras, je le découvre François-Président, l’audacieux, le rusé, le malin, le magicien. Son œil pétille en ce jour du 14 juillet, la pose est impériale, l’égo rayonne, l’aura (je la vois) brille de mille feux, la cravate azur magnifiquement portée, jamais Il n’a été aussi beau. Julie l’a regonflé, elle peut être fière de son œuvre : on l’écoute, on s’enivre de ses propos,

Il est Zeus

Il nous séduit, on le suit.

Waterhouse : Circé offre une coupe à Ulysse

Je réfléchis : aide moi : on demande ça à un ami. On a besoin de lui : on se met en position de fragilité, habileté suprême de celui qui pourtant domine les choses, gère la difficulté, broie d’une main de fer, que dis-je d’airain, les vents contraires ! Se dire faible quand on est fort : Ce ne peut être que l’attitude d’un Dieu !

Olympien !

« aide moi », fais un effort, dépasse toi, renie-toi fais ça, pour moi !  Voilà le chant des sirènes.


la seule manière qu'avait trouvée Homère de permettre à Ulysse de résister
était de s'enfoncer des boules Quiès dans les oreilles
et de se faire attacher au mât de la trirème

Que voulez-vous faire si un ami vous demande ça : « aide moi » : on laisse tout tomber, on répond oui, on l’aide. Tsipras se fait avoir, il répond Oui, en Grec c’est le contraire d’OXI qui veut dire non, en Grec c’est : Ναι. (nai), qui ce prononce né, de quoi se tromper !

…à t’aider : accepte les conditions (léonines) que la Troïka t’impose. Dis oui. Accepte. Tu vas y gagner. –« Tu n’es pas obligé, en réalité, d’obtempérer : tu touches le fric. Tu fais semblant, tu verras bien après. Je t’aiderai. Tu sais, je fais pareil, avec les Français, je leur dis oui,  on contrôle, tu sais, la situation, d’ailleurs, notre bilan est très bon, au fond, et on sera réélus car nous le méritons… »

Et les choses se passent : l’accord se fait. Ulysse a gagné, Ulysse est sauvé.

Bernard Buffet aussi a sacrifié au chant des sirènes 


Rentré à Ithaque, le seul mot qui vaille, c’est répéter : « aide moi à t’aider » : Au Parlement : -"aide moi à t’aider". Après avoir dit Oui, dis non, ou oui, l’important, c’est de durer. Au peuple : -« accepte ce que tu as refusé : aide moi à t’aider ». Tu as dit Non, mais beaucoup disaient Oui. Disons Oui, faisons l’union du Oui après l’union du Non. plus tard nous dirons Non, nous l’avons déjà dit. On retombe sur nos pieds.

Fais ce que je dis, pas ce que je fais.

On te demande de réformer ? Dis oui, on verra bien après.

encore Waterhouse : Pénélope

A peine de retour au foyer, Madame Lagarde explique que ce qu’elle a imposé, c’est pipeau, chant des sirènes, impossible à réaliser : il faut supprimer la dette, seule issue pour les créanciers. Elle sait qu’on s’est planté à exiger des contreparties impossibles, arrêtons de nous fourvoyer !

Ulysse à peine rentré, annonce qu’il a dit Oui, alors qu’il pense, (et que le peuple a voté) Non,

Homère était trop fort : le chant des sirènes, de toute éternité

c’est une chimère

« aide moi à t’aider »

Je te plante, pas grave, dis oui, dis non, C égal :

je fais ça pour t’aider

fais semblant d'essayer...!






PS : j'ai retrouvé plein d'oeuvres montrant plein de nouvelles sirènes !

à suivre, l'affaire Grecque n'est pas près de se terminer !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire