lundi 11 décembre 2017

Jacques Pierre existe : je l'ai rencontré !

Vous avez vu la salle des visiteurs ? J'y rencontre donc Jacques Pierre, privé de son bureau officiel cause réaménagement, et qui se replie ici : il a fait venir la collection Payrau dans les années 1990, et me raconte la jolie maison face à la Collégiale, l'escalier descendant dans la cour depuis le second étage où étaient rangées les boites, le labeur consistant à les transporter une par une, le déménagement pour Paris...! -"Tenez, la collection était rangée dans cette pièce il y a quatre ans. Maintenant, c'est là que sont accueillis les visiteurs, et tout est chamboulé, en attendant le rangement définitif" !



-..."et voici Marguerite, mon assistante" !
C'est l'occasion de regarder de près les pièces de prestige, avec les meubles rares, mais recouverts par les boites en attendant les rangements ultérieurs, dans des caissons métalliques modernes :

les boites Payrau un peu partout ... dessous !

cachée derrière les boites, sur le mur, la carte du monde avec l'épinglage des correspondants
il faut revenir voir ça !


ce ne sont pas les abeilles de Napoléon, mais des noctuelles !




Naturellement, la question fuse : 

-"mais où sont les exemplaires de prestige ?"







voici les plus beaux Honorati du monde !

Ajouter une légende
-"quant aux Wiscotti, ils sont de Henri Descimon" !



dimanche 10 décembre 2017

J'ai retrouvé la collection Payrau (5)

C'est le cinquième jour, d'une semaine bien remplie. J'ai pris rendez-vous officiellement au MNHN section entomologie, il faut remplir un formulaire internet, pour "motiver sa motivation". Je suis très motivé, soucieux de découvrir les 650 boites de Louis Payrau, l'ancien Maire de Saint-Gaudens, l'initiateur du mémorial d'Augustus Saint-Gaudens en 1932. Je ne dispose que de l'article de Jacques Pierre dans la revue du Comminges, un article un peu frustrant car il donne une description quantitative, mais pas qualitative : qu'avait donc trouvé Louis il y a cent ans, en constituant une collection si prolifique qu'il ait amassé tant de boites ? http://babone5go2.blogspot.fr/2017/03/vous-avez-dit-augustus.html

arrivée Métro Jussieu, traversée du Jardin, jusqu'à la rue de Buffon, retour final par le 89



-"voilà la collection Payrau" !
en réalité 1/6°, le reste est un peu partout



Rodolphe Rougerie ouvre une boite...pas terrible !

les boites sont notées GEOM, géométridae

un peu plus tard, le secteur des Apollo

J'ai depuis un an rendez-vous avec le docteur Rodolphe Rougerie, le responsable de la troisième collection d'insectes du monde. La situation n'est pas facile pour lui : le secteur entomologique du Muséum est sis 45 rue de Buffon, en dehors du jardin qui abrite la Grande Galerie stricto sensu. Les bâtiments XIXè sont en travaux, et les collections anciennes un peu chahutées : il a fallu vider des pièces, empiler des boites pour faire de la place. De ce fait, les salles traditionnelles, illustres par leurs meubles inscrits à l'inventaire du Patrimoine, sont envahies de boites issues de diverses collections. Peu à peu, les meilleurs spécimens en sont extraits pour remplir la Collection Générale, qui va remplir des casiers métalliques neufs. Entre-temps, la collection Payrau est dispersée parmi ces colonnes, tellement impressionnantes qu'elles ne permettent pas de voir ce qu'il y a dedans !




Rodolphe me guide dans les couloirs étroits, qui serpentent dans les rayons pleins à ras bord. -"la collection Payrau est dans cette armoire, partie supérieure" m'annonce-t-il dans un premier temps. Il me procure une échelle, et une table roulante. L'exercice consiste à escalader l'échelle, prélever une boite (quand elle est dessous vous devinez qu'il faut mettre de côté celles dessus). Descendre (sans se casser la figure ce qui serait dommage pour les boites). Poser sur la table. Photographier. Remonter, ranger, recommencer : je compte 4 colonnes et au total 106 boites. Elles ont cent ans, les vitres sont ternies, l'intérieur pas très frais...

Mes photos sont ...passables....

...mais où sont les 550 autres boites ?

sphinx ligustri : étiquetage minimal, pas de dates ni de lieu de capture

des traces manifestes d'élevages

Catocala nupta

les mêmes fraxini que chez Gil au col d'Aspet :
http://babone5go2.blogspot.fr/2017/08/insectes-du-monde-chez-gil-winnnie.html

des petits-paons de nuits dans les boites SATU


Louis note les différences, et aberrations, de manière minutieuse

une femelle albinos : il y en a des boites pleines classées SATU

les fameuses écailles chinées aux postérieures jaunes, communes en Bretagne...et en Comminges ?


C'est Jérôme Barbut qui m'explique : nombre de ces boites sont déjà classées par familles. Avec les mêmes familles issues d'autres collections elles aussi données au Musée. Quand les exemplaires le méritent, il prélève ceux qui en valent la peine pour les étiqueter avec un code barre lisible par un appareil numérique, et les rassemble dans la Collection Générale. Les collections d'origine ont donc vocation à disparaitre, pour être "digérées" dans la Collection Générale ! Il me donne l'exemple des Zygènes, où en effet quelques boites Payrau sont juxtaposées en attendant l'intégration.








Il doit y avoir quelque part des papillons plus prestigieux : je cherche les Apollo des Pyrénées, et tombe sur ces classements dont voici quelques extraits :






les fameux Apollo d'Auvergne que cherchait le Moult

Le temps est long à ces manipulations, une promenade s'impose dans ce labyrinthe : je monte à la bibliothèque, elle aussi remplie à ras bord, masquant de peu les bustes des Illustres, Latreille couronnant le tout, et des titres prestigieux : la Bibliothécaire veut bien mener une recherche sur le Carabe de Bepmale : elle m'imprime le résultat : la publication est à Toulouse !











je l'avais déjà trouvé, Trechus bepmalei

Entre-temps, hasard (mais il n'y a pas de hasard) ... les quelques visiteurs ont l'autorisation de poser leurs affaires dans la salle ... des visiteurs. Ces derniers se côtoient donc à l'insu de leur plein gré...ce qui est d'une efficacité redoutable, puisque je tombe face à face avec Jacques Pierre !

Jacques Pierre existe :

je l'ai rencontré

accompagné de Marguerite :

il n'y a pas de hasard

uniquement des rendez-vous !

(à suivre)


la salle des visiteurs où les visiteurs font connaissance : quel joli bureau Art-Déco !



Post scriptum : sur la collection L.Payrau :

on s'habillait à l'époque, j'imagine que nous sommes dans les années 30 ?






11 septembre 1991

les tiroirs (vides) du Musée de St-Gaudens

occitanica

les tiroirs du Muséum, en cours de transfert dans les nouveaux casiers métalliques


une salle en cours de réaménagement :
le résultat final :



merci R.Rougerie & J.Barbut pour votre accueil

vous conservez pour nous un univers de beauté et de diversité

en lien étroit avec les amateurs bénévoles

au sens d'ama, qui aiment...!


demain je le confirme, je vous montre Jacques Pierre et Marguerite