samedi 11 juillet 2015

Bonnefont


Il faut dire à Paulette, (la GPS) : Prou-pi-a-ry : pas facile à écrire, il existe des homonymes, on peut se tromper ! Une fois arrivé (presque) sur place, on trouve le panneau, mais les moines de Citeaux (les cisterciens donc) avaient choisi (comme l’auraient fait les disciples de Vitruve) un coin carrément « paumé », sauf… les sources, ou plutôt les fontaines, qui donnent l’étymologie : Bonne font.














Ce soir, grand rassemblement de personnalités de l’intercommunalité de Saint-Martory (qu’il y a de Saints dans notre pays dit de la majorité présidentielle qui ne croient plus trop en Dieu), car en quelque sorte la saison d’été commence, et le Centre d’Art Contemporain de notre chapelle Saint-Jacques (encore un) de Saint-Gaudens (ça commence à faire beaucoup) s’est expatrié, et a choisi le site de Bonnefont pour exposer Jason Glasser, l’artiste contemporain, son nom dit bien qu’il est américain (costaud et sympa comme le sont ses compatriotes) qui touche à tout et même à la guitare !


Que Bellefont a changé ces dernières années ! Je tombe en arrivant (comme les grands esprits se rencontrent) sur Eloy-Abel Sanchez, qui est à la fois espagnol (on s’entend de suite) plus éthologue, plus un vrai jardinier qui crée ses produits phyto lui-même, plus entomologiste (depuis le temps que j’en cherchais un), plus un peu médecin des plantes, plus un vrai esthète, plus sympa y-a-pas ! J’en profite pour vous préciser (au cas où comme moi vous l’auriez oublié), que l'éthologie est l'étude du comportement des diverses espèces animales, dans leur milieu naturel ou non. Cette branche zoologique de la biologie a été créée en 1854 par le naturaliste Isidore Geoffroy Saint-Hilaire. Pour moi cette science inclut les comportements humains, mais il se peut que j’exagère, je sais que c’est chez moi un (gros) défaut ! Je ne réussis pas à piéger Eloy (il pourrait être Saint lui aussi : on dit bien : la Saint-Eloi, j’arrête !) et il me montre immédiatement (subito) les deux chenilles de Machaon prêtes à se chrysalider qu’il a repérées sur son fenouil. Chapeau !





















Eloy a créé un sublime jardin médiéval, les carrés bordés de tresses de saule. Le sol est paillé, et j’aimerais redevenir moine pour me régaler de toutes les herbes aromatiques et autres légumes plus courants mais présents. Une belle symétrie : au milieu le carré d’artichauts (j’ai une prédilection pour le feu d’artifice que constitue l’inflorescence). Et…l’adorable fontaine, on dirait qu’elle vient direct des Baux de Provence alors qu’elle est d’ici, reliée aux sources retrouvées, qui coulent assez haut pour créer de petits jets par simple gravité, plus bas.


Ca n’est pas fini : à l’extérieur je retrouve le gisant, si lourd que personne n’a pu le déplacer. Des fondations, des vasques, et LA vasque, le lavabo central d’origine qui coule à nouveau, toujours la même source : les communes ont réalisé un boulot impressionnant, en remettant à leur place les ruines dispersées alentour, la façade de la Mairie de Saint-Martory ; la gendarmerie… et qui retrouvent miraculeusement leur sens,  dans leur site d’origine.


Deux magnifiques arcades neuves, de belle pierre jaune, sous la seule grue que je connaisse à des lieues à la ronde, dans ce pays où l’on ne construit plus depuis longtemps, les habitants se ruant follement vers Toulouse et sa périphérie embouteillée de bouchons.





Là, des chapiteaux, tout neufs (car récurés), y-en-a, finalement ils ont pu être petit à petit récupérés, et maintenant remontés. Je vous ai parlé auparavant du cloitre remonté à New York, il se nomme cloitre de Bellefont, mais heureusement il n’y a aucun des chapiteaux d’origine : la preuve, ils sont à Saint-Gaudens, et j’imagine vu le peu d’intérêt qu’y portent les habitants qu’un jour, il va bien falloir le démonter pour le remettre là où est sa place, maintenant que l’abbaye se reconstruit.


A l’intérieur une charpente magnifique. Le bâtiment central a donc été réhabilité, et est hors d’eau. Même les vitraux sont médiévaux, sobres comme les aimaient les cisterciens, je pense à Conques et aux vitraux de Soulages : je préfère ceux d’ici ! Des sculptures partout. Jason a réussi à nous faire vivre le bonheur ! Le hapiness est sa passion, comme pour nous d’ailleurs. En pratique, l’expo a un titre (en anglais of course) « the future ain’t what it used to be »



Le futur c’est plus c’que c’était !

(Avec le réchauffement climatique, la troïka,  l’Etat islamique

et tutti quanti, on le comprend Jason) !

Le hasard me fait suivre ce que je prends pour une touriste grecque en voyage ici (je la reconnais si vous m’avez bien lu précédemment, à la bretelle unique, ici sur l’épaule droite ... pour dégager la gauche). Tout ça pour découvrir que (vu les sourires qu’elle adresse à Jason), elle doit bien le connaitre ? (ceci ne me regarde pas)




Finalement, des chapiteaux, j’avais tort de m’alarmer :

Ici et là, quand on en cherche, on en trouve des tas !

En tous cas, écoutez-moi

Vous pouvez venir visiter :

 un lieu magique


pour méditer…

Saint-Ex (encore un Saint) :

on ne voit bien qu'avec le coeur !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire