dimanche 5 juillet 2015

Coeur d'artichaut

Je me suis planté (c’est le cas de le dire) : le déjeuner de jardins familiaux était samedi, nous sommes dimanche, pas étonnant que les chaises soient empilées, festivités terminées !


Cela m’aura permis de découvrir la rue des Fontaines, proche de la gare, et les jardins ouvriers (il n’y en a plus, on dit familiaux) dominés par le clocher de la Collégiale.








Comme on est dimanche, je croyais la grande porte fermée, et voyant de loin les artichauts dépasser, m’apprête à photographier au travers du grillage. Je vois quelqu’un : un jardinier-du-dimanche (c’est le cas de le dire). 




C’est Florian, un espagnol, un vrai, qui me dit : « Ola » (ne pas se tromper, ne pas dire : « Ollé », ça c’est à la corrida. Sympa, il me donne des pommes de terre qu’il vient d’extraire de la terre : je croyais qu’on ne trouvait des pommes de terre qu’au super marché ! Tout est superbe : la Ville (dans sa bonté) a fabriqué deux par deux des cabanes luxueuses récupérant les eaux zénitales dans une démarche écologique de progrès, pour donc les recycler et pour irriguer les potagers (je m’efforce toujours que ça rime).



Les jardiniers mangent donc (comme dans une auberge espagnole) ce qu’ils sèment, et puis ils partagent, et puis c’est bon pour leur santé : ça m’inspire, je devrais les imiter ?











Les photos parlent plus qu’un long discours (prosé),


je vous laisse regarder









Merci Florian

tes pommes de terre ont le goût des jardins

oubliés !








ça c'est de l'organisation !


















on s'en va !

la porte est re-fermée (c'est l'heure du déjeuner) !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire