jeudi 3 décembre 2020

Alfred de Curzon peint Psyché

l'Acropole 12 avril 1852 aquarelle 20 x 42 cm

Né dans une famille d’aristocrates de la région de Poitiers en 1820, Alfred de Curzon entre à l’École des Beaux-Arts en 1840 dans l’atelier de Michel Martin Drolling. Sur les conseils de Georges Brillouin, il suit en parallèle les leçons du paysagiste Louis Cabat à partir de 1845. S’il expose au Salon pour la première fois en 1843, ce n’est que six ans plus tard qu’il remporte le Prix de Rome de paysage historique, ex-aequo avec Charles-Joseph Lecointe, sur le thème de La mort de Milon de Crotone. Fort de son succès, il peut gagner l’Italie comme pensionnaire de la Villa Médicis. Il rejoint à Rome les peintres Alexandre Cabanel, les deux frères Benouville, François-Louis Français et l’architecte Charles Garnier. Chaque année, l’un des lauréats du prix d’architecture gagne le droit de visiter la Grèce et en 1852 c’est justement le futur maître d’œuvre de l’Opéra de Paris qui se prépare au voyage. 

l'acropole au soleil levant

Alfred de Curzon décide alors de suivre son ami. Ils sont accueillis au début du mois d’avril par Edmond About, écrivain et journaliste qui vient d’être nommé à l’Académie de France d’Athènes. Dès son arrivée, Alfred entreprend de tracer à l’aquarelle tout ce qu’il voit : paysages, ruines et monuments antiques. Dans son journal, il note qu’entre le 2 et le 26 avril il réalise vingt-quatre aquarelles et douze dessins. Le 12 avril, les trois compères sont à Athènes et Alfred s’installe au loin dans la campagne pour exécuter une vue minutieuse du panorama de la ville centrée sur l’Acropole. La célèbre colline et ses monuments qui virent naître la démocratie 2400 ans plus tôt se détachent sur les montagnes lointaines. Edmond About décrit alors leur équipage : « Nous étions trois : Garnier, qui est peintre presque autant qu’architecte ; Alfred de Curzon, qui s’est déjà fait connaître au Salon par la rare distinction de sa peinture et l’art avec lequel il compose ses paysages ; moi, enfin, qui devais les guider dans un pays que je ne connaissais pas. » Le séjour en Grèce fut bref, et dès le mois de juin, Alfred de Curzon fait un détour par Constantinople où il fait la connaissance de Théophile Gautier. Ses projets de gagner l’Égypte et le Moyen-Orient avortent. Le 15 juillet 1852, le peintre est de retour à Rome. Lorsqu’il rentre finalement en France trois ans plus tard, l’artiste présente au Salon de 1855 deux vues de l’Acropole d’Athènes : la première prise depuis le Pirée et la seconde depuis Ilyssus. Ce dernier point de vue est celui-là même où il avait posé son tabouret pour réaliser son aquarelle du 12 avril 1852, trouvée dans la galerie "la nouvelle Athènes".

https://lanouvelleathenes.fr/alfred-de-curzon-1820-1895/

le temple d'Athéna

visite obligatoire de Pompéi au retour

est-ce en Grèce qu'Alfred rencontre Psyché ?


On se souvient que pour sa dernière épreuve, Psyché doit mettre dans une boîte une parcelle de la beauté de Perséphone, la reine des Enfers, gardée du moins pendant l'hiver où elle est cloitrée (elle est autorisée à sortir l'été) par Cerbère aux trois têtes. Épuisée, Psyché est à nouveau tentée de mettre fin à ses jours. Elle est sur le point de se jeter du haut d'une tour quand, soudain, la tour commence à lui parler, la convainc de rester en vie et lui indique comment réussir cette épreuve. Psyché parvient à récupérer une parcelle de la beauté de Perséphone. Cependant, sa curiosité va la perdre ; pensant que la beauté de la déesse l'aidera à reconquérir Éros, Psyché ouvre la boîte et plonge aussitôt dans un profond sommeil, semblable à la mort.

l'original est au musée d'Orsay 159 x 96 cm hors cadre


C'est l'origine du mythe de la Belle au bois dormant, mais ceci est une autre histoire disait Kipling

tout cela pour en arriver là :

à gauche on a Eros et Céphale ; et à droite Hermès et Psyché, 1868, par notre Alfred de Curzon


et Alfred, qu'il en soit loué, a voulu illustrer l'immortalité de l'âme de Psyché, devenue déesse immortelle, en figurant au-dessus d'elle un papillon !

un papilio, typique d'Asie du sud-est

c'est moins bien qu'une piéride, mais mieux que rien !


j'ignore les connaissances entomologiques d'Alfred

la règle eût été de faire figurer une Piéride blanche...on lui pardonne ... ! 

...pourrait-ce être Papilio memnon  ?

Dans la mythologie grecque, Memnon (en grec ancien Μέμνων / Mémnôn, « celui qui tient bon1 ») est le fils d'Éos (l'Aurore) et de Tithon, fils de Laomédon. Combattant du côté des Troyens pendant la guerre de Troie, il est tué en combat singulier par Achille. 

Son nom a été donné sous l'Antiquité au colosse de Memnon, une statue monumentale située près de Thèbes en Égypte, qui représente en réalité le pharaon Aménophis III.Ajouter une légende


PS : les papillons dans la peinture :

http://babone5go2.blogspot.com/2015/11/les-psyche-de-david-knowles-19.html

http://babone5go2.blogspot.com/2015/11/psyche-dans-la-peinture-14.html

les 10 premiers épisodes

http://babone5go2.blogspot.com/2015/11/les-papillons-dans-la-peinture-12.html

je crois bien avoir écrit 22 épisodes, démontrant au 22ème que Dieu n'avait créé la femme qu'après

http://babone5go2.blogspot.com/2015/11/et-dieu-crea-la-femme-22.html

http://babone5go2.blogspot.com/2015/11/les-psyche-de-david-knowles-19.html


 je réfléchis d'écrire (pendant le 3è confinement ?) le livre qui n'a jamais été écrit

et dont le titre serait : "les papillons dans la peinture"

mais dans l'ambiance actuelle

est-ce "essentiel" ?

poser la question appelle la réponse ! 

---/---

je vous souhaite "une douce nuit"

avec Giscard d'Estaing au piano, et Claude François au micro

nous vivions à Montauban en 1974, à deux ans de déménager en Arles succéder à Michel Jean, Polytechnicien, disparu lui aussi , auteur des "Architectes de l'eau en Provence"

Les années Giscard nous rendaient heureux, les écolos disent souvent que l'on n'était pas deux fois moins heureux qu'aujourd'hui, où l'on consomme deux fois plus d'énergie fossile

la musique met de l'ordre dans nos peines :

https://www.youtube.com/watch?v=VxOhghc9cSg&ab_channel=INACulte


PS : http://babone5go2.blogspot.com/2018/12/centenaire-du-genie-rural.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire