vendredi 13 novembre 2015

Et Dieu créa la femme (22)

Pygmalion et Galatée

Louis Gauffier pinxit

Je vais en terminer par là : l'âme représentée par un papillon, notamment une piéride, j'y crois. Et avec moi tous ceux qui, inspirés par Pygmalion et Galatée, on rêvé de peindre la femme. Mieux, de la créer en trois dimensions, de la sculpter, d'en faire (dans leurs fantasmes) une femme de chair...

...une femme d'esprit, et, le must, de lui communiquer une âme.

l'artiste devient Dieu créateur !

Voici tiré de wikipédia (on ne lit quasiment plus le dictionnaire, il faudrait supprimer l'Académie française) la notice nécrologique de Louis Gauffier :

le mythe classique par Gerome























Howard ajoute une touche de surnaturel : un genre de Cupidon vient apporter la lumière à Galatée

même principe : le marbre cède la place à la chair
l'esprit veille, c'est un Ange,
et les bijoux sont déjà prêts pour parer la naissance de l'oeuvre devenue femme

«Gauffier naquit à Rochefort. Quoique ses parents ne fussent pas dans l’aisance, ils l’envoyèrent à Paris dès sa jeunesse. Il y suivit les études de l’Académie de peinture, où ses heureuses dispositions ne tardèrent pas à se développer. Il concourut en 1783 pour le grand prix de Rome : le sujet était La Cananéenne aux pieds de Jésus-Christ. On sait avec quelle supériorité Drouais, élève de David, se présenta à ce concours. L’académie rendit une justice éclatante aux beautés de son tableau, mais elle reconnut aussi le mérite de celui de Gauffier, et chacun de ces jeunes rivaux obtint un premier prix. Gauffier résida à Rome pendant six années, revint en France en 1789, et fut agréé à l’académie de peinture. L’attrait que le séjour de Rome a pour les artistes, rappela Gauffier dans cette ville, et bientôt il y trouva une épouse dont les talents et les vertus aimables sympathisaient avec son caractère. Il fixa depuis son séjour à Florence, où la mort lui enleva son épouse. Gauffier, dont la santé avait toujours été très faible, ne put résister à cet affreux événement, et deux mois après avoir perdu sa compagne il la suivit au tombeau, au moment même où le Gouvernement songeait à lui faciliter les moyens d’exercer ses talents en France. Gauffier n’avait alors que trente-huit ans.

la voilà, la femme ultime : elle a une âme, c'est le papillon

Louis Gauffier insiste : Cupidon est à droite, Aphrodite veille dans le ciel
"incroyable" dit le sculpteur
elle a une âme : j'aime cette femme
ceci dit, il faut bien qu'elle se chausse : avec des papillons

ceci dit, elle exhibe son âme
pourquoi pas un morpho ?































ceci étant dit, le peintre amoureux de sa modèle

quoi de plus banal !


Pour vous permettre de vous y retrouver
(et moi aussi)
voici :
Les papillons dans la peinture, en 22 billets


1
Tableau de Berlin
2
La Création
3
D.G Rossetti
4
Alice Wilding
5
J.Hoefnagel
6
Hetepheres
7
Cartier
8
Fossile chinois
9
Lipman et Dior
10
Mosaïque Pompei
11
Le casino de Murcie
12
Piérides et muses
13
Flamands
14
Psyche 1
15
Psyche 2
16
porcelaine
17
Miss Butterfly
18
Pygmalion
19
Psyché aux States
20
US musical comedy
21
Papillon H.Charrière
22
L’âme de Gauffier



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire