samedi 20 juillet 2019

Pyrénées botaniques


Conférence à Valcabrère : le programme de l'été commence par l'intervention de Jean-Christophe Sanchez...visage connu, il nous a présenté l'histoire de  l'observatoire du Pic du Midi ce printemps, en plus de son intervention à la médiathèque : (https://babone5go2.blogspot.com/2018/01/jean-christophe-sanchez-la-mediatheque.html)


Christophe Sanchez est professeur agrégé d'histoire. Professeur formateur à l'université de Toulouse. Ses thèmes :  le Pic du Midi de Bigorre, Bagnères, l'Astronomie dans le midi de la France ; le Thermalisme, l'histoire de la médecine... Il est incollable sur les Pyrénées, et, cerise sur le gâteau, excellent pédagogue : l'assemblée réunie à Valcabrère est toute ouïe naturellement... sachant qu'il parle comme ... Président de la Société Ramond... à Bagnères de Bigorre ! La société savante équivalente de la Société d'Etudes du Comminges, et la Société Sacaze de Luchon... nous sommes dans les Sciences !



Ramonda pyrenaica

Ramond c'est Ramond de Carbonières, Personnage illustre des sciences notamment la botanique, il nous a laissé un herbier énorme qui fait toujours autorité, et dont je vous ai déjà parlé  avec Gérard Largier : https://babone5go2.blogspot.com/2017/10/gerard-largier-et-laster-des-pyrenees.html



Saxifraga longifolia



Notre voyage dans les Pyrénées commence au Casque (ou Pène) de Lhéris, dans la petite commune d'Asté, pas loin de Bagnères, une randonnée facile en partant des Bernadaoues, à proximité du Col des Palomières. La date à retenir est 1685, soit 334 ans d'observations botaniques jusqu'à nos jours : le Roi Louis XIV s'intéresse aux Sciences depuis Paris, et envoie sur place Pitton de Tournefort herboriser, l'intérêt de l'époque, qui ne s'est pas démenti depuis, étant l'utilisation des plantes médicinales naturellement. (1)

plaque commémorative commandée par MB, Matthieu Bonafoux 1832
Jacques Hourtigué, dit « Jacou », guide d'Asté, a accompagné Pitton de Tournefort dans ses « balades » en hautes montagnes, pour explorer ce qui à l'époque devient le "jardin pyrénéen".


La plante emblématique est Carlina cinara, le grand chardon que des générations de touristes arboreront sur la calandre de leur automobile au retour des vacances :




à l'époque, le crustacé célèbre n'est pas le homard, mais l'écrevisse concassée en  bouillon de vulnéraires
pour herboriser vous aussi, et rechercher ramondia, il existe une application :






 commencez par le Val d'Aran :

1808-1813, le Roi d'Espagne est Joseph Bonaparte, frère de Napoléon qui revient de Naples
Vieille, Veilha aujourd'hui, est alors française





déjà à l'époque les scientifiques avaient compris que les montagnes étaient le refuge de la biodiversité


dernier botaniste évoqué par JC Sanchez : il traverse la chaine d'Est en Ouest :


... et nomme l'orpin sedum candollei


La Société Ramond a édité récemment ses manuscrits, permettant de rapprocher les inventaires
de l'époque et ceux d'aujourd'hui :
le réchauffement climatique est visible :
il faut monter en altitude pour retrouver les mêmes plantes !



on peut prendre du plaisir à approfondir les sciences naturelles !


on peut revenir herboriser aux sources



bonnes randonnées botaniques 

dans les Pyrénées

"cordilière de biodiversité" !


1 commentaire: