mercredi 17 juillet 2019

Une branche dans l'arbre blanc ?




Nous sommes en 1988, dans l’ile de Beauté, dans l’ancien monde. Trois ans plus tard, l’exil  va prendre fin, la rentrée universitaire nécessite le retour de la famille sur le continent : Montpellier s’impose comme une évidence ; joignable par l’avion, le bus de l’ile qui conserve encore avec le kérosène non taxé la « continuité territoriale ». Université. Grande ville au logement facile. J’ai toujours le souvenir des premières fois dans les supermarchés, et du bruit de cigale des bip bip des lecteurs de code-barres aux caisses : quel bruissement, à côté du calme des supérettes corses ! Nous sommes donc dans l’ancien monde, le hasard de l’immobilier nous conduit au nouveau Monde : une tour, nous sommes au 15ème étage. L’étage des moustiques, dont le nuage peut envahir l’appartement d’un seul coup ! L’étage de l’atterrissage des avions. Mais au sol, la piscine permet de se rafraichir pendant la canicule d’été. George Frèche construit alors la ville grecque, Antigone, déjà l’architecture transforme Montpellier. La ville de la faculté de médecine est  aujourd’hui célèbre par le feuilleton sur A2, par son architecture, la proximité des plages, le "grand-soleil" quoi … !

Des appartements encore à vendre, dans l’arbre blanc !



Encore une tour, récemment terminée, 112 logements de standing (comment les logements pourraient-ils ne pas l’être, vous me direz que sinon ils seraient … sociaux ?), une architecture de ouf, qui concède à chacun un balcon vertigineux. Des parties communes, restaurant. Galerie d’art moderne. Une vue époustouflante sur les environs, les Cévennes, l'étang de l’Or, Méditerranée au loin…




-« la culture méridionale a été notre inspiration », souligne Sou Fujimoto, l’architecte (forcément) japonais, auteur des balcons-feuilles qui font de la tour l’arbre blanc. Vous connaissez les « folies », Une folie est une maison de villégiature ou de réception construite à partir du XIVè siècle et principalement au XIXè siècle par l'aristocratie ou la bourgeoisie aisée en périphérie des villes. Initialement isolées dans la campagne, les folies furent rejointes ultérieurement par l'urbanisation extensive : voilà une bien jolie folie contemporaine ! Les appartements du dernier étage sont évidemment tous partis, mais il en reste au milieu. A acheter, et à louer.



Si comme je l’espère pour vous vous êtes en tête d’une cordée solidaire, je vous engage à acheter, pour louer à des gens du milieu de votre cordée, capables de payer vos mensualités à votre place. Vous risquez de faire une jolie plus-value assez rapidement, auprès de Parisiens attirés par le déplacement rapide en TGV ; en avion ; et contents de payer 5500 Euros (aujourd'hui)  le mètre carré un appartement blanc et neuf, moitié-prix du leur dans la Capitale.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire