dimanche 21 juillet 2019

Le caddy vert de Monsieur W.


C’est la vente du centenaire Citroën, aux Aguttes ! Toutes les voitures sont attirantes… mais l’une est plus rare encore, c’est un caddy. Belle restauration ancienne, accessoires spécifiques, vous pensez si je kiffe ! Le vendeur est anonyme, c’est Monsieur W !







Voici la description officielle, je cite in extenso :



« Bien que l’aspect de la conduite intérieure rappelle beaucoup la précédente B12, la B14 s’éloigne radicalement sur le plan technique de la famille des 10 HP. Présentée au salon de Paris 1926, le châssis est allégé, le moteur passe de 1 452 à 1 528 cm3 pour plus de souplesse, la boite est renforcée et la suspension utilise désormais quatre ressorts à lames semi-elliptiques, obliques à l’arrière pour améliorer la tenue de route. Quatre freins à tambours au pied, direction adoucie et réservoir de plus grande contenance complètent le tableau.

Sans y paraitre, avec la B14 F André Citroën assène un grand coup à sa concurrence avec une auto très compétitive sur le marché... en quelques chiffres, c’est 400 modèles qui sortent de Javel par jour fin 1927. Citroën avec plus de 30% de part du marché des voitures neuves en seulement 10 ans prend l’ascendant sur les concurrents que sont Renault et Peugeot.

Les B14 Caddy sont rares car construites avec le stock restant de carrosseries Caddy destinées initialement à la B2. Après l’abandon du modèle, les carrosseries ont été montées sur des châssis plus longs de B14 et ainsi commercialisés. Seul une dizaine d’exemplaires existent. Le modèle que nous vous présentons est un intéressant B 14 G à carrosserie Caddy donc trois places. Monsieur W en fit l’acquisition à la fin des années 1990 auprès d’un amateur du Nord de la France. Celui-ci, monsieur Dufour l’avait trouvé au début des années 80 grâce au marchand de voitures anciennes très réputé, Bruno Vendiesse (que je croyais spécialisé dans les Bugatti, voilà pourquoi il s’en est séparé ndl).



La voiture est complète mais nécessite une restauration en profondeur. Monsieur Dufour s’attelle à ce travail considérable, fait refaire la structure en bois, la mécanique puis la peinture. La restauration se prolonge plusieurs années pour un résultat très accompli qui n’a aujourd’hui pas vieilli. La voiture possède ses accessoires spécifiques au Caddy, dont les petites trappes à clubs de golf sur les côtés. Elles sont numérotées 336.








Rares sont les modèles Caddy à la vente et celui-ci, après une rapide remise en route ravira le Citroeniste amateur de raretés.

Jean-Luc dispose de deux pointes arrière à monter sur un chassis échelle 1/7è

je lui dédie ce billet, 

il pourrait créer le caddy vert de Monsieur G ?



PS : Il y a plein d'autres raretés, comme ce fourgon, l'original des Brepsomn au 1/7


plein de merveilles pour les Citroënistes :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire