jeudi 18 juillet 2019

Petit tour à Saint-Bertrand

Tentant de se déguiser en touriste, et de visiter Saint-Bertrand : période estivale oblige, il faut garer la voiture dans le parking en bas, et escalader la butte à pied. J'entre par la porte Majoue, accueilli par des hortensias sublimes. Escalade sous le soleil brûlant, recherche de l'ombre des étroites rues pavées, je me faufile dans l'entrée, pas besoin de payer si l'on se borne à entrer dans la cathédrale, sans visiter ni les stalles ni le trésor, ni le cloitre.





J'ai ma petite idée : poursuivant ma quête des "surprenantes Pyrénées centrales", j'ai déjà observé l'autel de l'entrée à droite, dont il est difficile de trouver la description. 

L'autel paroissial. Après les pillages protestants du XVIe siècle, la chapelle de paroisse fut réorganisée par l'archidiacre Bertrand de Gémit de Luscan, en 1621 sous l'épiscopat de Gilles de Souvré.

 De part et d'autre du Christ en croix, au tableau formant la partie haute du retable, sont représentés saint Bertrand et l'archidiacre de Gémit de Luscan. Ils sont en compagnie de la Vierge, de saint Jean, et de saint François d'Assise. La crucifixion est encadrée par des pilastres et des colonnes en bois doré portant un dais plat.



Il s'agit de Barthelemy de Donna Dieu de Griesc


Le panneau de droite montre à l'évidence l'Ancien Testament : un Roi, devant son temple, avec la Menorah aux sept branches, dont on se souvient qu'elle pesait 50 Kg d'or pur. Est-ce à gauche les deux rouleaux de la Thorah ? Et l'Arche d'alliance portant sur le couvercle les deux chérubins ? 


les sculpteurs se sont-ils inspirés de la colonne Trajan à Rome ?


Reste à vérifier le panneau gauche : c'est la célébration de l'Eucharistie : le même Roi brûle l'encens, le Christ en croix est à droite. Au premier plan un bouquet de blé. A gauche un grand ciboire avec le Soleil flamboyant, à droite le même contient l'ostie. Un parallélisme rigoureux des symboles rattache le culte juif à la Messe célébrée ici. Le devant d'autel est en cuir de Cordoue. Son décor gaufré et coloré consiste en arabesques mélant les végétaux, les fleurs et les oiseaux.


Le lieu est calme, les touristes font le tour pour observer le grand orgue, ils ne voient pas le célèbre crocodile apporté d'Egypte. Les dalles polies de marbre luisent doucement. je vais saluer Saint-Bertrand, entouré de ses reliques.










L'endroit est plein de surprises, les vitraux aussi :

un pygargue (en Comminges) a piégé un poisson

est-ce une (très grosse) abeille ?
J'ai rendez-vous à Valcabrère : les conférences de l'été commencent, la première a lieu aujourd'hui, chut, c'est l'histoire de la découverte des Pyrénées par les Botanistes !

Il ne faut pas aller loin ici, 

pour être dépaysé !

dans la jolie librairie du centre






(après)-demain, 

Jean Christophe Sanchez à Valcabrère !



PS : je sais, le Tour traverse aujourd'hui Saint-Gaudens : c'est géant, les photos

demain ! !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire