lundi 11 octobre 2021

Stop-ô-frelon grâce à Cédric !


Alors que la Planète est confrontée au covid, me voilà confronté ... au frelon ! Ho ! pas le frelon européen qui est d'ailleurs plus grand et plus sympathique, mais à l'affreux frelon venu, comme le covid, d'Asie, plus petit mais plus féroce, celui qui est doté de mandibules orange de bull-dozer, avec lesquelles il coupe en deux nos sympathiques abeilles, déjà meurtries par les gentils néodicotinoîdes si utiles à la culture des plantes qui nous nourrissent ! 

Je suis d'autant plus vexé que le nid, (on dirait du carton superposé, parsemé d'accès en voutes rondes conduisant à des corridors internes jusqu'aux larves qui doivent être tassées dans leurs alvéoles comme les rues de Shangai à la sortie des bureaux), est énorme, pile en haut du cèdre, j'évalue à 18 m de haut ! Il doit avoir plusieurs mois, et j'ai fait un déni en ne regardant jamais en l'air avant de partir en Catalunya, jusqu'à notre retour. Avec un grossissement de trente fois, on voit bien la foule ailée qui arrive et qui part, très haut, se nourrissant alentour des derniers fruits mûrs. Etrangement, aucune réglementation n'impose au propriétaire-bien-malgré-lui de faire quoi que ce soit, alors que si le nid va se vider tout seul cet hiver, les reines qu'il contient vont s'envoler avant, et créer chacune pour soi un nouveau nid, répandant partout le fléau ! Il est donc d'intérêt public de stopper la pandémie, et quelques rares communes ont décidé de financer l'intervention des spécialistes, pour stopper le danger. Pas ici apparemment, malgré les charges foncières énormes, provoquées indirectement par la superficie du jardin qui héberge le cèdre.

Que faire ? Il n'y a plus de docteur dans notre désert médical, va-t-il y avoir un chasseur de frelons ?

OUI...grâce à internet, je tombe sur Cédric

www.stopguepesfrelons.fr

C'est super, Cédric n'hésite pas à venir un samedi, il aurait me dit-il accepté de venir un dimanche, il n'aime pas laisser trainer ce genre d'animaux volants et piquants : contrairement à l'abeille, le frelon peut piquer plusieurs fois, mieux vaut que cela n'arrive à personne ! Cédric est très pro et très équipé : sa stratégie va consister à se frayer un chemin parallèle au tronc principal, grâce à une scie montée au bout d'un tube télescopique en carbone, qui vaut une petite fortune. Ceci fait, il va remplacer la scie par un long dard troué, comique s'agissant d'une copie du dard du frelon, sur lequel il raccorde un tuyau souple. Le tuyau est branché à un pulvérisateur contenant la poudre magique, l'arme chimique qui va neutraliser le nid : langage militaire contemporain, puisque si notre grand Robert Badinter a noblement supprimé il y a quarante ans la peine de mort pour les assassins, les militaires sont priés eux de neutraliser les ennemis de la République, à défaut que ce soit fait par des drones (à l'épiderme moins sensible aux devoirs des militaires de neutraliser leurs ennemis).



J'ai oublié de préciser que le pulvérisateur de perméthrine est sous pression d'un compresseur à 20Kg, de quoi pousser la poudre dans le nid transpercé par-dessous, et d'enfumer le blockhaus ! Certes, si les larves sont asphyxiées, les adultes ne le seront qu'un peu plus tard, et ceux qui au même moment sont en vadrouille dans les environs ne seront neutralisés qu'au retour, en rentrant dans le nid pollué !




Nous avons convenu que j'enverrai le drone en l'air, histoire de voir ce qui se passe ! 



en fait l'attaque est double :

-par dessous, Cédric injecte la poudre blanche, comme quand on élit le Pape, mais à l'envers !



- par dessus, le drone fait l'effet d'un super-énorme frelon-prédateur-de-frelons, 
et l'essaim passe à l'attaque ! 

Il me faut atterrir assez loin, pour que les bestioles piquantes ne se détournent pas du drone pour nous attaquer, comprenant que c'est nous l'ennemi ! A l'arrêt, je trouverai les impacts sur la carrosserie, les pales sont toutes tachées d'avoir découpé du frelon !


Le champ de bataille voit s'accumuler les cadavres, l'ennemi tombe à terre







vous voyez ? pattes jaunes, tête jaune-orangé avec d'énormes mandibules





la guerre gagnée, Cédric me remet une attestation : il a fait son boulot, j'ai fait mon devoir :

je ne disséminerai pas le frelon aux voisins ! 

on a bien besoin de Stop-ô-frelon !

si vous aussi avez besoin de Cédric :



il est terriblement efficace avec son grand dard


on n'en a certainement pas fini !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire