samedi 29 août 2020

Tamara de Lempicka, reine de l'Art Déco



Depuis toutes ces années, je vous ai parlé des grands noms de l’histoire de l’art qui ont traversé le mouvement Art nouveau et l’ont marqué de leurs empreintes : plutôt qu’Emile Gallé et les frères Daum, je vous ai parlé de Charles Schneider ou de Delatte ; Alfons Mucha ; Eugène Grasset ;  René Lalique ;  Hector Guimard et d’autres encore. Ils lui ont donné son caractère décoratif et voluptueux. Mais dès 1920, le mouvement s’essouffle et se géométrise. C’est ainsi que, de l’Art nouveau, naît l’Art déco. Peut-être plus sobre, plus stylisé, du coup plus accentué encore, on le reconnait entre mille, et il reste résolument d’actualité.

Il a une reine : Tamara de Lempicka





La carrière et la vie de Tamara de Lempicka sont intimement liés au mouvement Art déco. Ses œuvres au style particulier, presque inclassable, ses représentations féminines à la sexualité exacerbée, ses illustrations de la mode, du luxe, de la modernité et de la mondanité des Années folles, font d’elle une figure majeure du mouvement, particulièrement entre 1925 et 1935.

Née en Russie, Tamara de Lempicka se réfugie à Paris après la Révolution d’Octobre. Son style résulte alors de ses recherches éclectiques. Un calme glacé, un traitement sculptural des figures, émergent de ses premières toiles. Elle y expérimente ce curieux mélange d’extrême modernisme et de pureté classique.

Tamara de Lempicka acquièrt une certaine réputation dans les années 20. Elle est moderne, internationale et décorative. Elle transpose dans ses œuvres, avec une exigence du style, l’atmosphère de l’après Première Guerre Mondiale.


La figure de la « garçonne » marque l’Art déco et l’oeuvre de Tamara de Lempicka. Mariée deux fois, elle assume pourtant pleinement sa bisexualité et son goût pour les femmes. Elle fait ainsi les portraits de ses amantes comme de ses maris. Ses nus féminins sont à la fois sensuels et cubistes, ronds et anguleux. Peintes en relief, ces femmes lascives semblent sortir du cadre qui leur est imposé. Et les couleurs vives qui enveloppent les corps nus agrippent le regard.





le rêve



il fallait bien qu'elle peigne Adam et Eve


sans oublier Eve & Eve





ces Eve nous laissent bouche bée

nous les garçons !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire