jeudi 26 mars 2020

Les papillons de Charder ... en verre !

Je suis Confiné, donc je pense aurait réagi Descartes ?

je pense que la capacité à continuer de maitriser la création de richesses est indispensable
un créatif de la trempe de mon copain Pythagore s'est équipé de 10 imprimantes 3D
il vient de sortir des masques en plastique, plaqués sur mesure sur le visage du receveur

et ses imprimantes impriment des masques jour et nuit

chapeau !

par contre des technologies se sont perdues, comme l'Art du verre

c'est mon Histoire du Jour

Peut-on de nos jours créer une collection de papillons ? Je ne vous le conseille pas, il est plus efficace de les photographier, on en garde de jolis souvenirs, sans nuire d'aucune manière à la biodiversité. On peut aussi collectionner les peintures qui les représentent, je m'y suis essayé autrefois, découvrant qu'alors le peintre avait voulu représenter l'âme de son modèle, en prenant comme modèle Psyché (1).

Certains étonnés par ma fidélité aux verres de Charles Schneider (1881-1953) me demandent si au XXIè Siècle, il est encore possible (cinquante ans après la disparition de la marque le Verre Français, créée à Epinay sur Seine en 1913, la plus grande verrerie d'art en Europe dans les années 1920-1930), de constituer une collection. Forcément, il eût été mieux de s'y prendre dans les années 60, voire 70, alors que ces pièces n'intéressaient plus personne. Aujourd'hui, les prix ont flambé vu la rareté des pièces restantes. Mais il existe toujours des successions. Des ventes aux enchères. Des antiquaires, et avec de la patience, on peut parvenir à quelque chose :

Voici un exemple

Je vous ai déjà expliqué que pour constituer une collection, une vraie, rassemblant différentes formes, il faut une lampe ; une veilleuse, et quelques vases. (2). On peut commencer avec trois pièces :

La lampe, la seule que j'ai jamais vue avec le décor aux papillons : je viens de la trouver !









Tout ce que l'on va ajouter va forcément viser à mettre la lampe en valeur : voici trois modèles de veilleuses, pas un, mais trois ! Ils sont tous confinés, avec leur propriétaire, qui me les offrent ... contre finances bien entendu, mais pas si cher que cela !

paradoxe bien connu, les périodes de crises offrent de paradoxales opportunités à certains !

... moi je me contente des images ! 










Ceci fait, (avant confinement, nous aurions mis des années à réunir ces quatre premières pièces), facile d'ajouter tout ce que vous dénichez comme vases :





















A droite, un adroit électricien a percé la base de verre, pour y introduire un fil électrique, alimentant une ampoule enfoncée dans le trou intérieur : attention aux points chauds ! il a obtenu un joli luminaire pour briller la nuit, mais pour un esthète (votre serviteur) c'est une horreur d'avoir ainsi tripoté une oeuvre de Charder, en prenant le risque de percer un verre si laborieusement fondu, enrobé de bitume de judée, trempé dans l'acide fluhorydrique, et malgré tout resté intact sans être fêlé ou pire cassé !

Je sais vous avoir déjà tenu ce discours quand je vous ai montré précédemment le décor aux papillons de Schneider ...

... mais alors, je n'avais pas trouvé la lampe !


Merci aux gardiens du temple, que sont notamment la galerie Artz ; 
et le blog d'Azzoluxe 
chez qui j'ai trouvé la lampe !

https://www.azzoluxe.com/



PS (3) : je me demande toujours où Charles a trouvé son inspiration : je suggère cet animal californien, même s'il ne possède pas les taches caractéristiques... ou alors il s'agit d'une simple invention ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire