mercredi 23 juin 2021

Die Badende à Hamburg

pour respecter ma charte de la GazettedesArts, je vous ai mis le HamburgHafen

Hamburg est célèbre par son port, on dit : "le port de Hamburg" ! Mieux on dit : "Hamburg Hafen". Hamburg est typiquement allemande, autour de son port, de son lac qui est le Binnensee, et à Hamburg vivent pleins d'Allemands et donc d'Allemandes : ils parlent allemand, boivent de la bière, mangent des saucisses, (on dit "Wurst") travaillent dans l'industrie portuaire, dans les usines chimiques, dans l'automobile. Comme ils travaillent dur, dès que le soleil brille, ils se déshabillent et vont gambader sur les pelouses, ou alors profitent des lacs pour faire du bateau, de l'aviron et autre kayak. 

... et ce qu'ils aiment est toujours Kolossal !






L'Allemagne est réputée pour ses parcs, il existe des parcs à Hamburg, avec des statues classiques, comme "la baigneuse", car les sports d'eau sont courants dans ce pays ami. En Allemand le verbe baigner se dit baden. La ville d'eau Baden porte ce nom et en rajoute en ajoutant : "Badenbaden". Le fait d'être-en-train-de-se-baigner se dit "badende", d'un mec qui se baigne on dira der badende. D'une Frau qui se baigne, c'est à dire d'une femme, on dira "die badende". 

Dans le genre classique, on a donc die Badende dans le stad-park de Hamburg



Vous observerez que nos amis allemands ont un sens précis de la femme, elle rampe à genoux, comme le ferait une panthère, avant de se mettre à l'eau pour se baigner, c'est très sensuel. Le sculpteur est Georg Kolbe (1877-1947), et a réalisé cette oeuvre en 1930.

Jusque là, rien de Kolossal !

C'est alors que se manifeste un autre sculpteur-designer-architecte, Oliver Voss

il est moderne, il est contemporain, il est sur Instagram :



je suppose... je pense... qu'il a le goût du Kolossal, et qu'il est allé se balader aux States

plus précisément, il a du voir cette oeuvre, bien plus rigolote que celle de Georg Kolbe :




L'artiste est Mike Cline, nous sommes en Alabama, près de Gulf Shores, et un milliardaire a construit un parc colossal, avec des dinosaures, et cette lady (maigre), dont les mauvaises langues (car il y en a aussi aux States) prétend qu'elle serait en train ... d'accoucher dans l'eau...!


c'est alors que notre Oliver Voss s'est dit : -"je vais leur fabriquer une meuf colossale"  !

...trempant dans l'eau du Binnensee" !


voici le chantier


j'adore, c'est Kolossal !



c'est génial : une simple tête (blonde), et deux genoux, et de suite

l'effet est colossal 

et la presse se déchaine !




on dirait que la dame se baigne dans un tub ! 











vous savez les moeurs de nos amis d'outre-Rhin assez tolérantes

pourtant, certains crient à la profanation


Madame Hidalgo, maire de Paris

devrait ajouter une badende au bois de Boulogne

non ??


comme si vous y étiez !






vous imaginez die badende dans le lac de Sède ?

nous avons déjà la même allée des tilleuls qu'à Berlin !

unter den Linden

les cars allemands défileraient dans le Comminges ?

Ko-lo-ssal !




nous n'avons pas (encore) die badende, mais le plus grand mur de marbre des Pyrénées !


et Thomas Pesquet l'admire tous les soirs depuis la station spatiale :


mardi 22 juin 2021

Les croisières Citroën à Drouot demain !


c'est bien plus qu'une vente de plus : un hommage à Eric Deschamps, amoureux des croisières Citroën

et aussi des Kégresse ! 


Je suis pris d’une intuition ce vendredi 11 juin, qui aurait du voir s’ouvrir l’exposition annuelle des « bielles du Comminges », étonnamment interdite à cause du Covid, alors qu'elle se tient en grande part dehors, et que toutes les autres manifestations s’ouvrent enfin, dont les élections locales en "présentiel", boudées justement par des électeurs contraints depuis 15 mois à rester confinés, ne comprenant plus qu'ils doivent faire la queue en masque dehors pour accomplir leur devoir civique ? En cherchant les journaux du week-end, dans le journal la « vie de l’Auto », un article consacre deux pleines pages à Eric Deschamps qui vend sa collection. Ils sont comme cela les collectionneurs, ils passent une vie à collectionner, puis l’âge aidant la passion devient relative, ou alors ils changent de passion, et vont pouvoir réaliser la suivante avec l’argent de la précédente…






Eric a non seulement reconstitué deux voitures, la première de la croisière Noire (1923), la seconde de la Jaune (1931), mais surtout, il a rassemblé des tas de souvenirs de la Noire, notamment des photos en quantité de l'expédition, des objets, le bloc-notes du mécanicien en Chef Maurice Penaud, de quoi remplir un musée, identique à celui qu’il avait créé et promené dans toute l’Europe.

Je pense souvent que les ventes aux enchères constituent un Patrimoine digne voire supérieur à celui des musées, c’est bien le cas, en consultant la liste proposée par Drouot.

à tout seigneur, tout honneur je commence par le lot 208






tous les accessoires y sont, dont les valises Vuitton !



 




 

ensuite, on saute deux décennies et on passe à la croisière jaune






là encore, tous les accessoires sont là






avec dans les deux cas les archives photo des expéditions

et même cette tenue d'apparat en soie trouvée sur la route (de la soie)


Je fouille toujours dans le catalogue, espérant trouver une maquette, elle est là sans problème : les commissaires priseurs sont tous pareils, ils reflètent le goût des acheteurs, ou bien les maquettes connues sont hors de prix, ou bien elles ne valent rien ! Pourtant, il s’agit de « Jouets Citroën » qui ont une cote ? Eh bien je trouve non seulement un attelage d’une Kégresse croisière noire remarquablement réalisé, estimé 300€, alors que le "jouet" passe souvent à 10000 ! Mais s’y ajoute un châssis de voiture à chenilles comme je n’en ai jamais vu, avec une paire de chenilles ma foi bien réalisée ! S’il ne s’agissait de 1/10è, je serais tenté, mais moi aussi j’accumule, et si c’est pour tout revendre, ce n’est pas la peine !

cela m'énerve toujours que les estimations soient si ridicules, pour un objet pareil !


pourtant, au même moment, un jouet traditionnel sans remorque est mis en vente sur ebay 
pour 10.500€ ?

il est autrement moins bien fini que le précédent !

je n'avais jamais vu le châssis de C4 échelle 1/10 équipé de chenilles !

je reviens à la Croisière noire car l'histoire est loin d'être terminée !



Au milieu des objets proposés, il y a (je m’y attendais) les allusions à cette fameuse princesse Nobosudru, rencontrée en plein centre du Congo alors belge, la favorite de Touba, chef de la tribu des Mangbetu. Elle est passée à la postérité, à la fois par son extraordinaire poitrine pointue et aérodynamique qu’a ensuite immortalisée notre couturier Jean-Paul Gaultier ; et par la mascotte de radiateur sculptée par François Bazin. La mascotte est souvent coupée sous le cou, sans doute pour éviter que les enfants se posent des questions ? Mais pour les messieurs (adultes), il arrive qu’on leur propose le buste incorporant les seins, de manière à ce que la poitrine soit visible ! Je sais, nous sortons du strict domaine automobile…. encore que … ? ?

pour vous ménager progressivement, voici deux versions, celle pour les enfants, puis celles pour la (récente) fête des papas



Je me suis demandé cent ans après à quoi ressemblait une princesse Mangbetu, qui sait si avec le produit de sa vente, Eric Deschamps ne va pas faire un tour au Congo, pour voir de (très) près une belle personne, descendante de la princesse des années 20 ?

la célébrissime photo de 1925 de la princesse Nobosubru, commentée en Anglais par Jo Pearl qui est sculpteur


These photographs were taken around 1925 by a French anthropologist traveling in the Congo, formerly Zaire. With hindsight, the photos represent an objectification of this beautiful Mangbetu tribes woman, treating her like a convict by taking mugshots. It is shocking. I confess that I am torn. Showing the two views is extremely useful visual reference for me as a basis for a sculpture. But in so doing I am making use of this de-personalised view of the woman. There is an uncomfortable parallel between how Africa has been exploited by colonialism and post-imperialism and how I use the simple, dignified gaze of the woman as a starting point for my sculpture. I hope that my head does her justice to make my use worthwhile. 

The Mangbetu tribes people had the practice of binding the skulls of babies from birth in order to elongate their shape to be able to accommodate the dramatic head-dresses that they traditionally wore. To a modern eye this practice would be deemed a form of torture. The practice has now largely died out. Probably due to Western influence and the migration of rural people to urban centres and the pressures of globalisation. 

I recognise my British gaze is also influenced by a 21st Century perspective on this subjugation of women. Like FGM, and feet binding I do not condone the practice of the Mangbetu. It makes me feel queasy when I think what pain the women and children must have gone through to achieve this aesthetic. But neither is that to say that I don’t admire the graphic elegance of the effect that the headdress creates.

à l'époque, voici comment les explorateurs montraient la tribu Mangbetu




aujourd'hui, ces pratiques s'effacent, les femmes montrant simplement leur beauté naturelle








avec parfois des clins d'oeil au passé



alors ? une vente aux enchères à Drouot ?

bien plus que cela :

une évasion dans le passé et la vie actuelle au Congo

un voyage rêvé, celui d'Eric Deschamps

qui donc va acheter tout cela ?



tout cela m'encourage à poursuivre mon châssis au 1/7è

...surprise...

oui ! il est commencé !