vendredi 20 mars 2020

Les vitraux du Guetharia rétablis (6)

6è jour de confinement. Nous restons-chez-nous. Les langues se délient ...! On en apprend des choses, sur la nécessité de maintenir-les-français-au-travail, je pense notamment au secteur crucial de l'alimentation, depuis l'agriculteur-producteur jusqu'aux transporteurs, distributeurs, et magasins ! Le cours du poisson s'écroule, confinés les pêcheurs ? On apprend aussi la vérité sur la gestion calamiteuse des masques ! On réalise l'urgence de maintenir en marche le secteur du bâtiment, faute d'accroître la crise du logement plus tard ! On réalise comme, méprisant le travail manuel chez nous, la Chine est devenue incontournable pour la fabrication des biens matériels, pièces détachées diverses ... et masques ! On a changé fondamentalement de logiciel, et rien ne se passera plus désormais comme avant ! 

la biologie se venge de la technocratie !

Nous retournons par la pensée six jours auparavant, dans l'insouciance alors des beaux jours de la côte basque : c'était ... avant !
.../...

Inimaginable de séjourner dans le coin sans rendre visite à la plage de Guethary ! L'océan est magnifiquement bleu, les roches plissées toujours aussi plissées, les vagues se déroulent sans bruit, et les surfeurs surfent indéfiniment, prêts à se briser les pieds sur le flysch pour regagner l'onde froide, (mais ils ont revêtu leur combinaison pour survivre le plus longtemps possible). Vous remarquerez : oui j'ai sorti le drone, le ciel était trop bleu pour ne pas tenter un vol de mouette !











Je remonte à pied la côte abrupte par où nous sommes descendus, quand on prend ce chemin à voie unique en voiture, le feu au vert, on ne regarde pas le paysage, mais pied sur le frein, on veille à ne rentrer ni dans le mur, ni dans les bateaux, ni les voitures garées-serrées : l'été, mieux vaut ne pas tenter l'aventure !


et je remarque (enfin) la résidence qui a remplacé l'hôtel Guétharia


Je n'en reviens pas : le miracle est arrivé ! 

les vitraux ont été reposés par le Maître verrier Gérard Franzetti ! (1)





je ne cesse d'admirer, malgré le contre-jour !


plus tard, je prendrai le chemin du petit phare de Koskenia




il y a pire endroit pour être confiné  ?







les vues sur l'océan sont sublimes

quel merveilleux endroit !



PS : il faut faire un retour en arrière de ...  dix ans : nous sommes précisément le 13 octobre 2010

c'est dans cet état que Jacques et moi avions découvert les vitraux survivants dans les parties souterraines



Depuis les étages, la vue doit être sublime, et les résidents doivent pouvoir voir les lettres à l'envers !

nous, nous avions découvert au sous-sol cette verrière protégée :





En descendant au rez-de chaussée, traversant les portes faites de ferronneries exceptionnelles ...



... nous étions tombés bouche-bée devant ces peintures basques :










C'était en 2010http://babo-gazettedesarts.blogspot.com/2010/12/les-vitraux-oublies-de-gruber.html


Un scoop, je me projette dans le futur, le futur c'est le 16 avril 2020, en plein confinement, Bénédicte qui réside à Bayonne a fait une excursion au Ghuetharia et, plus maligne que moi, a réussi à entrer !

voici donc de l'intérieur des étages, la merveille

avec photoshop, j'ai retourné à droite pour simuler l'endroit

























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire