dimanche 29 mars 2020

Sotheby's vend quatre Gerome...(1)

Encore une vente orientaliste ! Sotheby's n'arrête pas ! 

il y a (mon) Gerome Jean-Léon... mais pas que ...!




Voici le lot 108, estimation 700.000 à 1.000.000 GPB... ce n'est pas donné à tout un chacun !

Sotheby's, avec son universelle érudition, nous commente le chef d'oeuvre :

"Contre le terrain impitoyable et rude du désert égyptien, une corvée de  recrues mains menottées avec des planches trouées, cadenassées et sous garde, sont conduites à travers une tempête de sable à leur sort incertain. Escortés par des gardes d'Arnaut, les prisonniers sont peut-être conduits en tant que conscrits forcés à rejoindre l'armée Khalif ou à travailler aux fouilles du canal de Suez.

"Peint en 1857 et exposé au Salon de cette année-là , Egyptian Recruits Crossing the Desert a été exécuté à la hauteur des pouvoirs de Gérôme, après son premier voyage en Égypte en 1856 avec le sculpteur et photographe Frédéric Auguste Bartholdi. Au cours de ce voyage, les deux hommes ont été témoins de l'enrôlement forcé d'une corvée par les Arnauts à Assiout.

"Même dans la chaleur incessante du désert, Gérôme peint avec une objectivité qui évoque la compassion et l'admiration pour les conscrits, qui se défient alors qu'ils ne luttent avec rien d'autre qu'un paysage désertique plat et blanc pour soulager leur sort. Le contraste entre la précision des personnages au premier plan et les prisonniers au loin presque entièrement recouverts par la tempête de poussière, témoigne de la grande maîtrise de l'artiste à la fois en vision et en médium.

"Gérôme a habilement joué sur sa réputation d'exactitude à travers l'attention précise portée aux détails qu'il porte à la robe des personnages au premier plan. La première rangée comprend des fellaheen, des coptes et un nubien vêtu de chemises bleues, de mach'lahs bruns  ou de burnous blancs. Théophile Gautier a été frappé par le réalisme austère de ces personnages lorsqu'il a vu l'œuvre pour la première fois dans l'atelier de Gérôme et écrit à l'époque: -«L'artiste voyageur a réalisé de nombreuses études de portraits au crayon de différents types caractéristiques; il y a des fellahs , des coptes, des arabes, des nègres de sang mélangé de Sanandaj et de Kordofan - si exactement observés qu'ils pourraient être utilisés dans les traités anthropologiques de M. Serres ». 

Ca commence fort, hein ?

un autre Gerôme : Arnaut du Caire, bien moins cher, quelque chose comme 250.000 GPB

explication, il est tout petit : 25 x 20 cm ! ! 




Là encore, c'est la notice qui éclaire tout, la voici : "Les Arnauts, ou Bashi-Bazouks, étaient des irréguliers de l'armée ottomane et originaires d'Albanie et des Balkans. La pression exercée sur le système féodal ottoman causée par la vaste étendue de l'Empire exigeait un recours accru à ces soldats irréguliers, qui étaient armés et maintenus par le gouvernement. Ces soldats n'ont reçu ni salaire ni uniforme ni insigne distinctif. Parce qu'ils n'étaient pas formellement formés, ils ne pouvaient pas servir dans les grandes opérations militaires; cependant, ils étaient utiles pour d'autres tâches, telles que les missions de reconnaissance et d'avant-poste. Les Arnauts ont été déployés à travers l'Empire, y compris au Caire, où Gérôme les aurait rencontrés portant leurs kilts plissés blancs distinctifs.

"Les Arnauts intéressent particulièrement Gérôme et peuplent son œuvre peu de temps après son premier voyage en Égypte en 1856 et au-delà. Ils pouvaient représenter des figures de l'autorité ottomane, comme dans Égyptiens recrues traversant le désert ( Salon de 1857 , lot 108), dans lequel des Arnauts conduisent des conscrits forcés dans leur marche; ou représenter la piété musulmane, comme dans Prière dans la maison d'un chef Arnaut (Collection Najd, exposée au Salon  de 1857). Dans une veine différente, Gérôme les a parfois peints relaxants, jouant aux échecs ou dansant et joyeux. Ici, un Arnaut se tient en alerte avec deux whippets, regardant le spectateur dans les yeux comme pour dire: "Qui y va" ?

Jamais deux sans trois, il y a bien un troisième : 



le chameau !

même estimation alors qu'il mesure 62 x 50cm !

je vous le conseille !

"Situé dans une cour calme, ce tableau mêle l'expérience de Gérôme des rues de Cairene avec sa maîtrise de la représentation des animaux et de leurs anatomies. Alors que des scènes telles que Oasis (vers 1857, Museum of Fine Arts, Boston), qui dépeignent des voyageurs au repos, sont conformes aux tropes orientalistes, le présent travail est unique dans l'exploration de l'interaction intime entre un chameau et son veau. (oui on dit veau pour le bébé chameau, et non pas petit-chameau ou encore chamelon)

"Assis sur ses hanches fumant son chibouk, le chamelier de gauche est en équilibre entre détente et préparation au mouvement. Sa tunique bleue rappelle celle portée par un autre homme dans The Helping Hand  (voir lot 124). Les couleurs intenses du jardin au-delà conduisent l'œil à travers la scène et contrastent avec la lumière diffuse de la cour".

un quatrième Gerôme !

tout petit prix : 50.000 GPB

petit format : 41 x 30 cm



"Cette image puissante mais intime d'un aveugle âgé guidé par une jeune fille révèle l'intérêt de Gérôme pour tous les niveaux de la société cairène, des mercenaires aux mendiants. La jeune fille semble concentrée sur sa double tâche, celle d'équilibrer les oranges dans sa main droite et de guider l'homme, peut-être son grand-père, à chaque étape du chemin. Malgré la condition physique de l'homme, Gérôme imprègne la scène d'un sentiment émouvant de sérénité et de tendresse".

Ouais...! Je doute ! j'ai comme le sentiment que la jeune fille est piégée par ce vieillard qui lui serre la tête d'une main ferme, qu'elle est contrainte de le guider, et peut-être de le nourrir de la vente de ses trois oranges ... mais préférons que cela reste du bénévolat ??


bon, c'est terminé pour les quatre Gérome, mais il reste de belles toiles :

en voilà une dernière (pour la route)

je me laisse guider par les prix ! ! 

1.500.000 à 2.500.000 GPB, nous n'en sommes plus à 1 million près ! ! 

et comme je vous l'ai déjà expliqué, le prix est fonction du mètre carré

105 x 135 cm = 1,41 m2

Der Maler ist Gustav Bauernfeind  (1848-1904)

oui, c'est un Allemand



le même qui a peint cette scène



-«Les saisons à Jaffa sont un changement continuel de décor. Certes, c'est à peu près la même chose à la maison, mais ce qui le rend d'autant plus intéressant dans ces parties, c'est le décor antique ... et les costumes des gens. Vous pouvez donc voir que vous devez vivre longtemps dans un pays comme celui-ci avant de vous familiariser même superficiellement avec tout ce qu'il a à offrir". Bauernfeind dans une lettre à sa mère datée de décembre 1885.

Peinte au retour de Bauernfeind à Munich après son troisième et dernier séjour en Palestine (1888-1888), cette peinture monumentale marque le point culminant des réflexions et des ambitions de l'artiste sur ses toiles de Jaffa. Ici, un groupe de derviches et de soufis mène une procession religieuse, peut-être de pèlerins entreprenant le Hajj annuel à La Mecque. Bauernfeind aurait été assez familier avec le site de cet événement annuel important compte tenu de ses fréquentes visites à Damas, le principal hub et point de rassemblement pour la route du Hajj syrien vers le sud en Arabie. Avec des drapeaux flottant, y compris le sceau Salomon (1), la foule avance dans une rue étroite de Jaffa le jour du marché tandis que des badauds, des marchands de légumes, ainsi qu'un chameau et un âne, laissent la place. Au loin à droite, la mer Méditerranée brille dans la lumière du soir.

Bauernfeind a élu domicile à Jaffa pendant une grande partie de 1884-1887, d'abord dans la colonie allemande de la ville à l'hôtel appartenant à Ernst Hardegg, fils du fondateur de la Temple Society, puis dans une maison louée en ville. Armé de son carnet de croquis et du Detektiv-appareil photo - une caméra espion miniature qui se cachait dans son gilet avec l'objectif lorgnant à travers une boutonnière - on pouvait le voir explorer la ville et enregistrer ses impressions. Il les transformait ensuite en peintures finies, soit à Jaffa même, soit dans son atelier pendant des intervalles en Allemagne. Ces œuvres étaient destinées à son marchand Arthur Sulley à Londres ou à des mécènes privés. Bauernfeind a souvent interrompu ses tournées en raison de problèmes financiers, de conditions de vie et de travail difficiles et de fréquents épisodes de maladie, ce qui signifie que ses œuvres à grande échelle sur la Palestine, comme l'exemple actuel, sont peu nombreuses. Néanmoins, Bauernfeind est resté déterminé. Dans une lettre de 1885 à sa mère et à sa sœur, il écrivait : «La vie ici est au mieux une chaîne sans fin de privations".

En tant qu'architecte de formation, Bauernfeind a été particulièrement ravi et intéressé par les rues, les bâtiments, les mosquées et les autres structures de la ville qu'il a visités en Palestine. Avec leurs histoires riches et complexes, ces structures offraient une myriade de couches de styles architecturaux et de monuments. Jaffa, parmi les ports de commerce les plus anciens du Levant, avait une fascination particulière, et le point de vue actuel dans Procession in Jaffa est en quelque sorte un tour de force à cet égard. Cette œuvre représente les accrétions architecturales de sept cents ans de peuplement, des portes et fortifications chrétiennes du XIIe siècle aux ajouts mamelouks et ottomans. Ici, des maisons ottomanes typiques avec mashrabiya en surplomb des fenêtres jouxtent des arcs et des fortifications construites par les croisés. Au loin sur la droite, surplombant le port, se trouve le minaret de la mosquée al-Bahr, ou la mosquée de la mer, la plus ancienne mosquée de Jaffa. Aucun détail n'échappe à l'œil de Bauernfeind, jusqu'à l'empreinte de la main Hamsa ou Khamsa sur le mur de la maison à gauche, un signe de protection qui représente également des bénédictions, du pouvoir et de la force. 


je cesse pour aujourd'hui

Sotheby's n'en a pas fini

moi non plus il faut que je vous raconte

(1) l'histoire du papillon qui tape du pied !

demain !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire