mardi 10 mars 2020

Second Van Gogh à Maastrich (2)

Ah si j'étais riche ! dit la chanson... j'irais à Maastrich, blindé dans ma Maserati quattro porti (quatre portes, quatre roues motrices) (pour parer au coronavirus), et les allées vides de tout visiteur, j'irais contempler le Van Gogh numéro deux, prêt à me le payer ... faute d'autre concurrent ! Je fantasme complètement, car il me suffit de vous le faire voir, gratos, ci-dessous :


Voici un agrandissement des passantes et passants, nous sommes en 1886, il y a bien des dames qui arpentent les allées...sous les feuillages d'automne, mais elles sont strictement habillées, ... aucune Brésilienne à l'époque ! J'oubliais le principal, la scène se passe au Bois de Boulogne !


Voilà maintenant avec le billet d'hier les deux Van Gogh, mais il y a d'autres peintres aussi prestigieux !

John William Godward 1917, la vendeuse de fruits

j'ai fait un agrandissement pour Ondine : revenant d'Inde, elle a mangé des pastèques extraordinaires, comme celles de the fruit vendor
50 x 100cm, un beau format !
forcément, on reconnait mon copain Jean-Léon Gerome : tout ici est exprimé en Anglais : the two Majesties !

le Roi Soleil, le Roi-Lion

Maintenant, c'est la découverte des temples d'Egypte (ensablés) par Girardet. Plus précisément, le Duc de Montpensier, visitant le temple d'Edfu, le 21 juillet 1845, une toile de 110 x 140 cm :



pour pouvoir apprécier l'oeuvre de Girardet, voici le dessin de David Roberts de 1838

Une vue rare de 1766 : le temple du Roi Salomon (et ses parvis)  par François-Philippe Charpentier




Il y a un Pissaro de 1883, vous pensez, des vaches à Osny !



J'ai aimé particulièrement la baigneuse (aux cheveux rouges) de Henri-Edmond Cross, peint en 1908, personne sur la plage, "avant l'orage", la baigneuse est "top-less", très en avance sur l'époque, 65 x 81cm, pas mal n'est-ce-pas ?



et puis Collioure, Collioure par Derain, tel que dans nos souvenirs, avec les barques catalanes :



Le mythe de Galatée ! je craque forcément, c'est un tableau de 1825 d'un inconnu pour moi, Jacquand Claudius, "représentant Jean-François Legendre-Heral (1796-1851) dans son atelier". Ca c'est le titre donné par la galerie Terrades. Moi, je retrouve le mythe de Pygmalion, le sculpteur créant Galatée qu'Aphrodite rend humaine ... mais manque la piéride blanche représentant l'âme de Galatée du tableau de Louis Gauffier (1) !




La librairie Camile Sourget propose des bouquins rares et illustrés, sept volumes de George Edwards sur les oiseaux par exemple, (je n'ai pas trouvé de papillons), on voit bien un guêpier au centre :




Je vous dois un aveu : j'avais réuni toutes mes économies en partant : pour tout vous dire, dix millions, pas assez pour acquérir le Van Gogh numéro un... ni, je crains, le numéro deux ! 

J'ai acheté quelques babioles des peintures que j'ai sélectionnées, pour recouvrir un mur de mon salon qu'il fallait retapisser, on ne verra plus les taches cachées derrière les chefs-d'ouvre !

j'ai laissé sur place des milliers de merveilles !

et repars de Maastrich les poches vides !



PS (1) pour voir Louis Gauffier et sa Galatée :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire