vendredi 6 mars 2020

Verne à Vigo

la devise du Nautilus : "mobilis in mobile", mobile dans l'élément mobile

Je trouve des reportages formidables sur Arte : cette fois, je suis télé-transporté à Vigo, l'océan, la Galice, c'est tout à l'Ouest tout proche du sud de Compostelle, et de la frontière Nord du Portugal.  Pour s'y rendre, il faut rouler dix heures en voiture, mais ensuite, récompense, il est facile de se rendre à Porto (pour en boire un). Notre Jules Verne avait une imagination débordante, le conduisant à décrire des endroits où il n'avait jamais mis les pieds, ira réellement visiter Vigo après en avoir décrit la célèbre baie dans le chapitre huit de « 20.000 lieues sous les mers ». Il alimentait ainsi la légende sur le trésor de Rande avec son personnage populaire du capitaine Nemo et le non moins célèbre sous-marin Nautilus, qui lui permet de s'approprier l'or perdu sous les eaux à la Bataille de Rande pour financer ses aventures.

extrait du chapitre VIII de Vingt-mille lieues sous les mers : le Nautilus arrive à Vigo par le Nord avant de filer en Méditerranée
23 octobre 1702 : les flottes Anglaise et Hollandaise massacrent Français et Espagnols, et pillent le trésor de Rande


le trésor de Rande fait la fortune de Némo
Il y a une explication pour que la navigation soit une constante dans ses romans, cette passion qui amène Jules Verne à Vigo deux fois, en 1878 et en 1884, c'est sa fascination pour la mer. Avec ses cachets d'écrivain, il s'achètera trois bateaux, le premier qui compte pour lui étant le Saint-Michel II, dont une réplique a été reconstruite à Nantes en 2011. Un pilote comme ceux du Havre que je vous ai souvent montrés. Ce yacht était l'un des rêves de Verne et des trois Saint Michel qu'il avait frété dans sa vie, c'était celui où il avait mis plus d'efforts que dans les deux autres. 



Parce que le premier était un bateau de pêche acheté d'occasion et équipé d'une cabine, d'une cuisine et d'une petite bibliothèque. Et le troisième et dernier, avec qui il a visité Vigo à deux reprises, le Saint-Michel III, il l'a acheté à un noble français. Mais le second avait été commandé aux chantiers navals Abel Le Marchand au Havre. Et il a personnellement supervisé les plans, qui sont actuellement conservés au musée Jules Verne à Nantes. Grâce à eux, la réplique a pu être construite. Pour certifier la passion de Verne pour la mer, nous pouvons nous souvenir de ces paroles du capitaine Nemo dans 20 000 lieues de voyages sous-marins : -«La mer est tout! Votre haleine est pure et saine. C'est l'immense désert dans lequel l'homme n'est jamais seul, car il sent sa vie trembler autour de lui. La mer est le véhicule d'une existence surnaturelle et prodigieuse; c'est le mouvement et l'amour ; c'est l'infini vivant ». Depuis son enfance à Nantes, port important de son temps, Verne rêvait de naviguer. Dans une écriture de sa vieillesse, l'auteur rappelle ses fantasmes de jeunesse: -«A douze ans, je n'avais pas encore vu la mer, la vraie mer! Non! J'embarquais encore sur les sardines, les bateaux de pêche, les brigs, les goélettes, les navires tripolaires et même les bateaux à vapeur - on les appelait encore des pyroscaphes! - qui allaient à l'embouchure de la Loire ».

avec son épouse



Vingt ans après avoir écrit le roman, quand il cherchait un abri  dans la tempête pour son précieux yacht Saint-Michel III, de 31 mètres de longueur, il arrive à l'estuaire de Vigo, le 1er juin 1878. Il est accueilli comme une Star, les habitants désirant le remercier de la publicité mondiale qu'il leur avait faite.

Lors de sa deuxième visite, six ans après, il vient chercher de l'assistance technique. Et il rencontre l'industriel Antonio Sanjurjo Badía, propriétaire du chantier naval « La Industriosa », situé à l'Arenal, où il répare l'avarie du yacht. Il n'y a pas de preuves écrites de l'amitié que la tradition attribue à l'écrivain et de celui qui, des années après, a construit un sous-marin qui a descendu avec succès aux profondeurs de l'estuaire ; mais l'ingénieux sous-marin de M. Antonio, qui peut être visité aujourd'hui dans le Musée de la mer de la Galice, raconte mieux que quiconque la capacité de Vigo de transformer en réalité les rêves ...


naturellement indispensable de visiter le musée naval

Le souvenir perdure. Au premier centenaire de la mort de Jules Verne, en 2005, l'Association de Femmes Entrepreneuses de Pontevedra commande et fait don à la ville d'une sculpture en l'honneur de l'écrivain, œuvre de l'artiste de Vigo : José Molares. Elle est située dans le Quai du Commerce. Verne est assis sur le calmar géant qui dans le roman attaque le Nautilus, et qui est recréé avec d'énormes tentacules en bronze, qui font les délices des enfants qui sont photographiés sur eux quand ils visitent Vigo







les murs de Vico sont tous décorés de pieuvres géantes


j'ai ressorti mes archives perso








je vous file le lien vers le site de José Molares




https://www.facebook.com/pg/josemolaresescultura/photos/?ref=page_internal

commandez-lui une figure de proue 

pour votre Yacht !

pour le Bima Suci, fleuron de la marine indonésienne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire