lundi 5 octobre 2020

Je vous explique la Sagrada familia

Barcelone a un projet : terminer la Sagrada familia. Pour moi, c’est le secret du dynamisme local : voilà le seul grand « temple » au monde encore en construction. Je dis « temple » pour faire langue de bois, et m'attirer la sympathie de mes amis musulmans, mais c’est la dernière cathédrale du monde, elle est née avec le modernisme des années 1900, et continue au siècle des ordinateurs à faire l’objet d’un Légo géant. C’est sans doute la dernière cathédrale du christianisme, puisque la mode est aux mosquées.... je réalise que j’ai tort, les Parisiens ont eux aussi un projet, ou plutôt ils devraient en avoir un, mais il n’a rien d’excitant, puisqu’il s’agit de rétablir Notre Dame dans son architecture moyen-âgeuse : la France ne sait plus construire des cathédrales de notre temps, une belle occasion perdue ! (PS1)

Le temps de construction des cathédrales a été long et, dans certains cas, vraiment très long : la cathédrale de Cologne a mis 632 ans à être achevée. Celle de Milan, âgée de 577 ans, et l'abbaye de Westminster (Londres), ont mis exactement 500 ans à être construites. Il existe également trois autres bâtiments non religieux dont la construction a pris beaucoup de temps, comme l'Alhambra de Grenade, qui aurait pris 600 ans, ou le monument mégalithique de Stonehenge, qui aurait pris 1600 ans. En tout cas, l'époque des cathédrales a commencé au 12ème siècle. Et, comme une fièvre de construction, c'est le moteur qui a favorisé la croissance des villes médiévales pendant trois siècles. Le phénomène a cependant duré dans le temps, et de nombreuses autres villes se sont ajoutées plus tard à cette vague. Les styles se sont succédés, du roman au néo-gothique, et on pourrait dire que le temps des cathédrales a duré jusqu'au XIXe siècle, avec l'existence d'un cas unique : Barcelone.

C'est pourquoi la Sagrada Familia, commencée à la fin du XIXe siècle, et poursuivie tout au long du XXe siècle, est un cas exceptionnel. Chaque cathédrale a son histoire et ses raisons souvent liées au manque de fonds ou de dons, mais dans notre cas, nous pouvons dire que, malgré des rythmes différents, les travaux ne se sont jamais arrêtés… sauf dans la période 1936-1939, c'est-à-dire pendant la guerre civile espagnole … et maintenant aussi, pour la deuxième fois en plus d'un siècle, en raison de la pandémie COVID-19 : moins de visites, et de dons du public.

Plus le temps passe, plus on prend conscience du génie de Gaudi. Certes, à sa mort, tout le monde est descendu dans la rue pour le voir partir, mais son travail était peu reconnu du point de vue de l'art et de l'architecture. Il lui a fallu des années pour recevoir le traitement qu'il méritait vraiment. Son œuvre a été entièrement déclarée partie du patrimoine mondial par l'Unesco en 1994 ; puis en 2005, la façade de la Nativité et la crypte de la Sagrada Familia ont été incluses. Il faut dire que Gaudí avait intégré dans son œuvre tous les arts qui font partie de l'architecture, de la mécanique structurelle, au moindre détail, qu'il soit fonctionnel ou symbolique. De plus, la Sagrada Familia, étant l'œuvre qui occupa le plus longtemps l'auteur (pratiquement toute sa vie professionnelle d'architecte), rassemble nombre d’éléments que Gaudí avait déjà introduits dans d'autres projets .

 C'est un travail dans lequel tradition et innovation se marient parfaitement. Cette dualité est le cas depuis l'époque de Gaudí et c'est ce qui explique, par exemple, que les tours centrales, véritable défi de construction, peuvent être achevées en moins de cinq ans de travaux, grâce au recours constant aux nouvelles technologies, comme l'utilisation d'acier duplex, un acier inoxydable qui a plus de résistance mécanique ou à la corrosion, ou des techniques telles que la découpe mécanique de la pierre, mais cela va au-delà du travail et comprend également la sécurité et la gestion simultanée des travaux et du tourisme. Le chantier d’assemblage des tours par exemple est situé à quelques kilomètres du centre-ville, et se fait par un assemblage très précis de composants, usinés comme on le ferait d’un Airbus ; un peu comme un avion, les morceaux sont acheminés par camions spéciaux sur le site, et assemblés au millimètre, pensez que la tour de Jésus devant mesurer 172,5m, il vaut mieux qu’elle soit précisément verticale ! Tout cela coexiste à la fois avec un travail d'artisans difficile à voir ailleurs qu’ici. Dans certains cas, en fait, ce sont les derniers artisans de techniques qui, nous l'espérons, continueront après la fin des travaux : que ce soit les maçons et tailleurs de pierre, et les derniers constructeurs de vitraux, ou les céramistes créant les trendadis colorés

Je vous avais promis l’explication, la voici : 

Un espace intérieur plein de spiritualité. Jusqu'en 2010, la Sagrada Familia attirait les visiteurs pour ses façades exubérantes. L'architecture faite de la sculpture a parlé aux observateurs et le bouche à oreille a transmis le message qu'elle était faite de pierres pleines de vie et de contenu. Cependant, en 2010, la cérémonie d'inauguration comme basilique chrétienne a eu lieu et, à partir de ce moment, l'intérieur a été ouvert aux paroissiens, pèlerins et visiteurs, qui trouvent un espace dont peu partent sans être bouleversés comme nous en octobre 2017 (PS2). La forêt de colonnes de troncs et de branches en pente qui soutiennent des voûtes ajourées pour laisser entrer la lumière comme le fait le feuillage des arbres d'une vraie forêt, leur grande hauteur, leurs proportions, et le magnifique jeu de lumières changeantes que procurent les vitraux de couleurs, définissent quelque chose de plus qu'une construction unique :  un espace plein de spiritualité captivant tout visiteur.


Il y aura dix-huit « clochers » pour couronner la Sagrada Família. En temps normal, il y en a généralement, dans le meilleur des cas, deux, mais le symbolisme est une constante dans l'œuvre d'Antoni Gaudí,  alors le brillant architecte a pensé grand et a décidé que les  apôtres  méritaient chacun un clocher : en voilà déjà douze !

On rajoute  Jésus, la Vierge et les quatre évangélistes Voilà les six principaux ! On enlève Judas le traitre, et on rajoute Saint Matthias, Saint Barnabas et Saint Paul. Cela fait trop, comment ? En leur affectant le clocher de San Juan et San Mateo, qui en plus des compagnons de Jésus étaient des évangélistes. Je m'embrouille un peu dans les comptes, mais l'esprit y est !

Les clochers ont leur hiérarchie, Jésus dominant tout le monde avec ses 172,5m de haut : ces années passées, cette tour la plus grande a déjà monté de 20 m par an : si l’on prend comme fin du chantier 2026, le centenaire de la mort de Gaudi, il reste 6 ans soit 120 m : c'est suffisant puisque l'altitude actuelle est déjà de 101,56m !


la symbolique

Hormis le fait que la cathédrale soit dédiée à Jésus-Christ, sens clé qui justifie le clocher principal, il y a deux idées essentielles que les constructeurs veulent transmettre au visiteur et qui déterminent l'espace projeté pour qu'il devienne une expérience intérieure.

D'une part, les écrits originaux de l'époque de Gaudí décrivaient comment la phrase de Jésus "Je suis la lumière du monde" devrait donner un sens à la forme du dôme et du reste des tours . À travers la lumière qui devait être émise par de puissants projecteurs situés dans cette tour, Gaudí a voulu montrer comment la parole divine sortait de la croix supérieure située au sommet et, en passant par les tours des évangélistes et des apôtres, atteignait la rue, aux fidèles. En fait, une photographie est conservée, originale de l'époque, dans laquelle on voit comment cet effet de lumière a été testé dans le modèle du temple.

Cependant, cet effet n'est perceptible que la nuit. De cette manière, bien que l'idée que la croix soit la source de lumière soit également exprimée à l'intérieur, il y a aussi un deuxième fil conducteur qui structure le message symbolique de cette tour; C'est une autre phrase de Jésus: "Je suis le chemin, la vérité et la vie" . Cette phrase donne forme et sens au projet, surtout à l'intérieur.


le coeur de la tour

La tour principale sera accessible au visiteur à travers les ponts qui la relient aux tours des évangélistes, ce qui entraîne la nécessité d' un escalier et d'un ascenseur à l'intérieur.. La perception intérieure est donc fortement marquée par cette présence centrale, contrairement à la tour de la Vierge Marie, qui offrira une image plus nette et sans obstruction. La tour de Jésus-Christ, avec à peine 18 mètres de diamètre mais 60 mètres de hauteur, fera inévitablement lever les yeux du visiteur en entrant. Le pèlerin sera à 85 mètres ; en levant les yeux, le pélerin se mettra à rêver, traversant le noyau central de pierre, pour enfin regarder vers le zénith. Cette partie supérieure du noyau sera ouverte et sera plus ajourée que le reste, ce qui permettra de voir qu'il y a quelque chose de plus haut. Alors, ce noyau de pierre vertical se présente comme une proposition de chemin pour aller vers le ciel, un chemin que les êtres humains recherchent chaque jour et qui mènera chacun vers l'inconnu, ce que nous ne pouvons même pas concevoir d'où nous sommes.


Ce noyau en pierre abrite un escalier en colimaçon et, à l'intérieur, un ascenseur en verre. Il a une forme similaire à celle d'un hyperboloïde et s'ouvre au sommet comme une étoile pour relier la dernière ceinture horizontale, qui complète la structure du panneau extérieur de la tour. Cette forme hyperbolique est décomposée de gros paraboloïdes qui, de bas en haut, aident à configurer cette ouverture supérieure. Les paraboloïdes, de grandes ouvertures rhomboïdales alignées avec les fenêtres triangulaires que possède la tour vers l'extérieur, vous permettront de profiter de différents points de vue, tant vers l'intérieur de la tour que vers l'extérieur et la ville.

la création de l'univers

Si le noyau de pierre de la tour représente la voie à suivre, la face intérieure qui ferme et entoure cet espace, qui s'élève jusqu'à 60 mètres de hauteur à partir de l'endroit d'où l'observateur l'admirera, représente la création de l'univers, la vérité palpable que les scientifiques s'efforcent de découvrir. L'axe vertical, la route, est un axe dans l'espace et le temps. C'est un chemin ascendant dans l'espace et un chemin vers l'origine du temps. 

parce que Dieu est le début et la fin, l'alpha et l'oméga.

De cette manière, dans la partie la plus haute, le dôme prend les couleurs de cette première lumière issue de la création. Mais, à mesure qu'elle descend, et que l'âge du temps approche la nôtre, la matière se dilate, des champs gravitationnels se forment et, petit à petit, des étoiles, des planètes, des galaxies, la Voie lactée et des constellations connues. Ainsi, ces premières couleurs claires et chaudes se transforment en bleus plus froids et plus foncés. En touchant le niveau du sol de la tour, la vérité la plus palpable de toutes sera représentée, la vie quotidienne vue d'où nous sommes: de l'intérieur de Jésus-Christ. Pour cette raison, un ensemble de douze passages exemplaires de la vie de Jésus est envisagé .

la croix du sommet

D'une hauteur de 85 mètres, on ne pourra pas voir la croix supérieure qui couronne le bâtiment, mais par la lumière qui glissera d'en haut, on pourra avoir l'intuition qu'il y a quelque chose au - delà des limites que les êtres humains peuvent percevoir. Cet au-delà est la vie éternelle, représentée dans la croix gaudinienne typique à quatre bras, dans ce cas, de proportions majeures . D'une envergure maximale de 13,5 mètres, cette croix est toujours sur les tables de travail des architectes de bureau, qui calculent actuellement la structure, recherchent l'utilisation de matériaux réfléchissants et développent des solutions constructives pour la réaliser.

Les  cinq tours centrales de la Sagrada Família, qui représentent les évangélistes Mateo, Marcos, Lucas et Juan, et la Vierge Marie, concentrent actuellement le plus haut niveau et l'engagement de progrès, en vue, de la construction de l'œuvre d'Antoni Gaudí, actuellement avec 75% déjà achevée . Ce jeudi, les responsables d'en faire une réalité ont annoncé comment les quatre tours des évangélistes seront couronnées. Une pièce terminale soutiendra au bout de chaque tour l'équivalent tétramorphe de chaque évangéliste: un ange pour Mateo; un lion pour Marcos; un bœuf pour Lucas et un aigle pour Juan. Tous sont des personnages ailés et sont accompagnés d'un livre qui représente la Bible. Les quatre tours seront terminées à la fin du premier trimestre 2021. 

la croix de la Vierge

bonne chance aux techniciens sur place

bravo aux concepteurs qui 134 ans après, ont obtenu le permis de construire

et légalisé l'occupation du sol, (grâce à un dividende de plus de 4,5 millions d'Euros à la Ville)

il faut continuer de visiter ... et d'apporter vos dons

rendez-vous au plus tard en 2026 


PS (1)

PS (2)
https://babone5go2.blogspot.com/2017/10/sagrada-familia-1.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire