jeudi 29 octobre 2020

Esther Duflo a eu raison !


Ca me rappelle les médecins de Molière : couper le bras pour sauver le malade : comment sauver Noël, (tout en sauvant la Toussaint) ? Esther Duflo avait proposé de sacrifier novembre, voire décembre, elle avait raison ! La préparation psychologique avait été soigneusement orchestrée : les courbes des malades du covid montaient "exponentiellement", les journalistes ravis d'utiliser le qualificatif d'exponentiel ! Le nombre des morts soigneusement annoncé, sans que l'on comprenne s'il contenait les morts "normaux", non causés par le covid, notamment dus à la vieillesse, ou aux autres maladies comme le cancer... et les maladies cardiaques ...Nous étions donc fatalistes, conscients du couperet qui tomberait : et le Président a parlé hier soir : -"j'ai décidé...", le Parlement ratifiera après, avec le Sénat, nous sommes tous sidérés, majoritairement OK, majoritairement KO oui...!

J'adore qu'à partir de là, (il fallait bien stopper l'hémorragie), s'enclenche la bureaucratie qui constitue notre ADN : on va fermer les commerces "non essentiels" ! Alors, les coiffeurs sont-ils essentiels ? Réponse NON ! On va laisser les écoles fonctionner ! Ouf, il faut bien que l'école garde les gosses pour laisser les parents travailler ! Et les facs ? Les facs sont animées par les secrétaires de Facs, mais elles sont toutes malades ou en congés préventifs pour éviter le risque de fréquenter les élèves contaminés : les Facs fonctionneront donc par télé-cours. Les facs sont-elles essentielles ? on a d'une certaine mesure la réponse ! Ah oui, on réinvente la célèbre attestation, auto-signée par soi, s'accordant oui ou non l'autorisation de pratiquer une activité physique d'une heure, (il faut bien sortir le chien) mais dans le cercle de 1Km autour de sa résidence (1). Cela me manquait de m'autoriser ou non à sortir ! Mais attention : on aura droit à la route (attention aux rares véhicules ayant le droit de rouler) aux trottoirs...(attention aux mauvaises fréquentations), mais pas au parcours de santé, qui chez nous va être à nouveau interdit, pour ne pas attirer en trop grand nombre les sportifs, susceptibles de diffuser le virus en soufflant trop fort ! (on a appris que ce fichu virus circulait dans l'air).

Les restaurants ne sont pas essentiels, ils vont fermer, (mais seront subventionnés) ! Les bars ne sont pas essentiels, ils vont fermer, (mais on va les payer) ! Les théâtres, les cinémas, ne sont pas essentiels, ils vont fermer... peu importe, si on les subventionne aussi ! Le foot est essentiel, protégé financièrement par les droits de re-diffusion à la télé. Les autres sports qui n'ont pas ce privilège devront être soutenus financièrement...essentiels pour pratiquer le sport, pas essentiels pour être pratiqués en public...

Les églises ne sont pas essentielles... elles sont déjà fermées, pas la peine de se poser la question. Le Ministre de l'intérieur avait fermé la mosquée de Pantin, ce serait le comble que la Justice le démente et réouvre cette mosquée ! ! 

Un chiffre horrible : un économiste Patrick Artus, vient de chiffrer le coût de la vie. 



voici la démonstration :





Si je meurs, il faut penser à tout,

jamais je n'aurai valu autant !


PS : On connait et admire Esther Duflo :  née le 25 octobre 1972 à Paris, elle est économiste franco-américaine. Professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT), elle reçoit le Prix dit Nobel d'économie en 2019 conjointement avec Abhijit Banerjee, son époux, et Michael Kremer.

Elle obtient sa maîtrise d'histoire (avec un mémoire sur le premier plan quinquennal de l'URSS) et d'économie en 1994, après dix mois passés à Moscou en 1993. Sur les conseils de Thomas Piketty, elle se tourne vers l'économie appliquée. Esther Duflo, après avoir intégré l'Ecole Normale Supérieure, avait suivi le Magistère d'économie de Paris 1 de 1992 à 1993, avant de faire le DEA APE de l'EHESS et une thèse au MIT. En 1996, elle obtient l'agrégation de sciences économiques et sociales.

Elle est aussi à cette époque assistante de recherche de Jeffrey Sachs et de Daniel Cohen.

En 1999, elle soutient sa thèse de doctorat au département d'économie de l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT), sous la direction de l'économiste indien Abhijit Banerjee. Sa thèse, intitulée Three Essays in Empirical Development Economics (Trois essais sur l'économie empirique du développement), est consacrée à l'évaluation économique des projets de développement. La même année, elle intègre le département d'économie du MIT comme assistant professor. En 2002, à l'âge de 29 ans, elle accède au poste de professeur associée. Après une année en détachement à l’université de Princeton, elle est titularisée au MIT et obtient le titre de professeur en 2004, à l’âge de 32 ans. Ce retour au MIT s'accompagne de la création du Poverty Action Lab2 (voir Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab).

Esther Duflo est corédactrice des revues Review of Economics and Statistics et Journal of Development Economics ; en 2007, elle est nommée rédactrice fondatrice de la revue American Economic Journal: Applied Economics.

Fin 2012, elle est nommée au sein du President’s Global Development Council, un organisme américain chargé de conseiller le président des États-Unis Barack Obama ainsi que les hauts dirigeants de l’administration sur les questions de développement.

 


En 2015, elle est codirectrice de J-Pal, laboratoire Abdul Latif Jameel d'action contre la pauvreté (Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab) au MIT19, dans lequel elle joue un rôle majeur du point de vue scientifique comme de celui de la gestion et de la levée de fonds. Par ailleurs, Esther Duflo détient la première chaire internationale « Savoirs contre la pauvreté » au Collège de France soutenue par l'Agence française de développement.

Membre de à l'Académie américaine des arts et des sciences, de l'Académie des technologies15 et membre correspondant du British Academy, elle siège depuis 2018 au conseil scientifique de l'Éducation nationale.

Elle obtient en 2019 le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel aux côtés de son époux Abhijit Banerjee et de Michael Kremer, pour leurs travaux sur la lutte contre la pauvreté.



14 octobre 2019

PS 1 : ça recommence !
http://babone5go2.blogspot.com/2020/04/sortie-interdite.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire