dimanche 6 mars 2022

Trois statues (de Louis XIV) rendues par l'Angola à Versailles !





C'est typiquement le genre d'histoires que j'adore ! Des chefs d'oeuvre perdus, oubliés, ils décorent le jardin de l'ambassade d'Angola à Paris, un immeuble de prestige, tellement de prestige qu'il appartenait au baron de Rotschild, et à son épouse la célèbre collectionneuse Béatrice, vivant à l'époque dans le château Ephrussi sur la Riviera et légué plus tard à l'Institut de France, qui en confie la gestion à Culturespaces, qui a permis autrefois au modeste touriste que j'étais de le visiter dans une vie antérieure.



Voilà le Baron achète et vend, il vend pour acheter, il vend son château de Paris. A qui me direz-vous ? Il n'y a pas que les Oligarques pour valoriser le Patrimoine ! Il y a les Etats ! Eh bien, il le vend à la République d'Angola, qui cherchait justement un local pour abriter Son Excellence Ambassadeur. Et sa suite, ce qui explique le besoin de mètres carrés. 


L'hôtel est forcément entouré d'un jardin, un jardin doit être orné de statues, et le Baron en 1881 les fait installer. Il les achetées à un intermédiaire, sachant qu'auparavant, elles étaient dans les jardins du château de Menars dont le marquis de Marigny hérita de sa sœur la marquise de Pompadour. Dans le jardin elles se patinent, personne n'y fait attention, rien comme d'habitude dans l'acte notarié, l'Ambassadeur n'y porte pas attention, plus familier des Arts Premiers qu'il va admirer au musée du même nom, créé par Chirac. 


Sauf que les statues en question sont des chefs d'oeuvre, pour nous de l'Art classique, initialement commandés par Louis XIV, réalisées après sa mort, et qu'il n'a jamais vus ! 

Il y a Zéphyr, qui offre un bouquet de fleurs à Flore, histoire de la draguer un peu, et de sceller ainsi l'arrivée du Printemps, ce qui dans notre cas est de circonstance ! 



Et puis, autre signe de circonstance après l'abondance du Koikilenkhout', l'Abondance délivre dans une corne du même nom des fruits (en abondance) pour permettre à ceux qui respectent la consigne du minimum de cinq par jours de vivre en bonne santé, avant de finir ses vieux jours chez Orpéa (où ils en seront définitivement privés, accélérant ainsi une fin assurée de finir dans l'indignité).



on apprend dans le pdf destiné à la Presse que l'Abondance était destinée à Choisy, Zéphyr faisant la cour à Flore à Trianon.





Le héros, car il faut un héros à notre histoire, est Lionel Arsac : il est conservateur du département des sculptures, qui comporte toutes les sculptures susceptibles d'être en plein air, qui s'abiment, doivent être nettoyées et restaurées, et dont il faut tenir le compte précis, certaines pouvant risquer de disparaitre vu leur valeur. Voilà la mission d'un Conservateur : "conserver" !


C'est ainsi que sur d'anciennes photos d'archives, il sait que les statues ont été commandées, réalisées, mais pas répertoriées... elles manquent à son inventaire ! Ca le stresse un max ! C'est alors qu'il prend une initiative inhabituelle : il décide de les chercher ! Il fouille, cherche qui les a possédées, puis vendues, et apprend qu'elles ont été acquises par le Baron ! Où a-t-il pu les mettre ? Dans un jardin ? Et Lionel fait tous les jardins de Paris : comme ces femmes-policières brandissant leur plaque tricolore dans les feuilletons à la télé, il a lui aussi un laisser-passer tricolore lui permettant d'entrer ... jusqu'à tomber sur l'Ambassadeur d'Angola ... ou plutôt ... son jardin : l'Ambassadeur se prénomme Joào, lui ouvre la porte, lui fait visiter le jardin... Lionel reconnait immédiatement ses statues, et demande à l'Ambassadeur : -"qu'en faites-vous Excellence" ? Et l'Ambassadeur répond, incroyable cet ami de la France, sans même demander à son Président, avec un Français châtié : -"je vous avoue que je m'en bats... un peu ... les c... je vous les donne ..., si vous me faites des copies en résine-(patinée) ... pour garder intact ...le Jardin, et donc le Patrimoine-Angolais" !

-"Yes" rétorque Lionel, enthousiaste, qui sait comment faire, pour les transporter, les restaurer, (faire les moulages) ...et les exposer à Versailles !

extraordinaire, non ?

pour la remise, petite cérémonie à l'Ambassade, les chocolats de l'Ambassadrice ? (normalement ce sont des rochers pralinés) apparemment non, ni homards ni petits et grands fours : de l'eau minérale !






Avec la présence de Son Excellence João Bernardo de Miranda, Ambassadeur d´Angola en France, Son Excellence Daniel Vosgen, Ambassadeur de France en Angola et de Monsieur Jean-François Hebert, Directeur-Général des Patrimoines et de l´Architecture, la cérémonie de signature du Protocole de partenariat entre le Ministère de la Culture de la République d´Angola et le Ministère de la Culture de la République française, relatif à la donation de sculptures par l´État angolais à l´État français a eu lieu la semaine dernière à l'Ambassade d´Angola à Paris. 

Etaient également présents Madame Catherine Pegard, Présidente de l´Etablissement public de Versailles, Madame Claire Chastanier, Adjointe au Sous-Directuer des Collections, du Service des Musées de France, Monsieur Matthieu Berton, Adjointe à la Cheffe do Bureau des Affaires Internationales et Multilatérales et Madame Guillemine Babillon, Chargée de mission Afrique, Monsieur Laurent Salome, Directeur du Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Monsieur Alexandre Maral, Conservateur Général du Patrimoine et Monsieur Lionel Arsac, Conservateur du Patrimoine.


je suis subjugué, nous voilà au coeur des relations diplomatiques parisiennes, avec les représentants de l'Afrique...on va se revoir à Luanda, visiter le musée de l'esclavage (portugais, ce n'est pas nous) que du beau monde ! 

en pleine pandémie, tout ce dévouement au bénéfice de l'Art !




Je vous ai raconté comment le laser LIDAR découvrait Lugdunum et ses trésors cachés (1). Ici, le trésor est bien plus prestigieux : Claudia actionne son laser, pour enlever les moisissures causées par l'exposition aux intempéries dans le jardin des Rotschild.




et Sébastien refait une main, en "lui ajoutant un peu plus de nervosité"


quel bonheur de travailler dans cette ambiance de restauration, de faire usage de "l'intelligence de la main", sur des sculptures si belles au demeurant, les restaurer doit être une immense satisfaction ! 

vous avez deviné que je vous mène un peu en bateau, depuis le début, et qu'il y a un détail !

personne naturellement n'en parle !

... alors même que la symbolique de l'arrivée du Printemps est bien notée ! 




Versailles est rempli de statues merveilleuses, dont Zéphyr qui joue cette fois avec une nymphe

Zéphyr n'est pas Eros, qui aurait des ailes d'oiseau : non, il a des ailes

de papillon


le sculpteur a tellement insisté, qu'il a posé sur chaque omoplate 

deux ailes et pas une seule !

eh bien, les statues de Zéphyr, Flore et l’Amour  de Philippe Bertrand, René Frémin et Jacques Bousseau, groupe en marbre blanc de Carrare, 1713-1726, H. 220 ; L 150 ; Pr. 140 cm sur une terrasse de 150 x 110 cm et de L’Abondance  de Lambert-Sigisbert Adam, statue en marbre blanc de Carrare, 1753-1758, H. 210, L. 130 et Pr. 112 cm sur une terrasse de 150 x 110 cm.

mêmes ailes, pareil !




second détail, j'adore vous savez les tresses, le chignon de Flore est superbe !


troisième détail, en fouinant, je tombe sur cette statue 



c'est tenez vous bien, Louis XIV "en Jupiter"

avec Jupiter en aigle !

IL n'a pas (...encore...) osé ?





PS (2) Lionel a réussi : je cite le protocole signé à l'Ambassade d'Angola : "Elles seront inscrites sur l’inventaire du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon dès après la signature du présent protocole puis de l’acte de donation notarié. À ce titre, comme toutes les collections des musées de France, elles seront imprescriptibles et inaliénables (articles L. 451-3 et L. 451-5 du code du patrimoine). 

Pour les autorités françaises, le Protocole prévoit, entre autres, -faire réaliser dans un délai de 10 mois à compter de la signature du présent Protocole, par l’Etablissement public de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais et aux frais de l’Etablissement public du château de Versailles, une réplique de chaque sculpture en résine et poudre de marbre, toutes deux conçues par prise d’empreintes et remises à l’Ambassade d’Angola en France ; 

- faire figurer le nom de l'Etat angolais  parmi les grands mécènes du château de Versailles. Le nom sera gravé sur les tables de marbre dédiées aux grands mécènes dans la galerie de pierre basse de l’aile du Nord, selon la mention précise suivante « La République d’Angola »; 

- étudier la possibilité d’organiser conjointement une rencontre Malraux en Angola (avec la participation de 3 ou 4 experts français) afin d’échanger sur les politiques culturelles ou une thématique plus précise à définir d’un commun accord ; 

- accueillir en France et particulièrement au sein de l’Etablissement public du château de Versailles des professionnels angolais de la culture et du patrimoine. Ce séjour permettra de favoriser le développement de projets de coopération concrets et la construction de réseaux durables d’échanges.

 quand ils vont faire une copie de Zéphyr en résine, 

comment pourrais-je m'en faire faire une ?

les petites tortues paradent : c'est Zéphyr, c'est le printemps !


cher Lionel, je puis vous dire :

"zéphyr vole dans les territoires"


son Excellence ne porte que des 

noeuds papillons Zéphyr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire