samedi 12 mars 2022

Goliath me ramène 25 ans en arrière !

Goliath est forcément le puissant dont tous les coups sont permis :
il gagne ... toujours !
ici le titre montre une fracture, une faiblesse, une fêlure
c'est la limite du mensonge : tous les participants d'un lobbying mensonger continuent-ils toujours de mentir
à leurs proches, au monde, à eux-mêmes ... sans craquer ?

 le film tourné en Bretagne, les souvenirs sont revenus en masse :

je pensais à "Bretagne eau Pure" !







Il faut dire "molécules Phyto-sanitaires", oui, j'ai prononcé ces mots. Le film lui parle de "pesticides" : il en nomme un, la Tétrazine, c'est un faux nom, une astuce, la vraie molécule, était l'Atrazine : le pesticide du maïs, le maïs-feuille destiné à nourrir les vaches laitières bretonnes : indispensable comme dans le film à la productivité de la filière, d'autant qu'il était subventionné par la Politique agricole Commune s'agissant de maïs, plante végétale attachée à des parcelles, le lait lui n'étant pas subventionnable. Encore une astuce dont je ne vous parle pas, tout cela c'est la réglementation communautaire et française cumulées !


Je vous l'ai déjà dit : il y a en France trois sortes de médecins : ceux qui soignent les humains, les plus prestigieux, les docteurs en médecine, Dieu sait si on les a vus (es) pendant la pandémie, miracle, elle a disparu quasi totalement avec les Présidentielles ! Ce sont certains d'entre eux qui peuvent affirmer que "les pesticides ne sont pas plus dangereux que les bonbons pour enfants, pourtant autorisés". Je me souviens d'un docteur en Pharmacie par ailleurs Sénateur proche, affirmant il n'y a pas si longtemps, que "les pesticides et le glyphosate ne sont pas plus dangereux pour l'homme que le saucisson, pourtant autorisé"

Ensuite il y a les Vétérinaires, également Docteurs, mais leurs soins sont cantonnés aux animaux, pas aux humains pourtant assez semblables, au point que l'on est en train de greffer des coeurs de cochons dans de premiers humains bien contents d'être soignés ! La pandémie du covid a montré comment ils luttaient contre les pandémies, en éradiquant les élevages contaminés, après des analyses pratiquées dans leurs Laboratoires vétérinaires dont on a fini par reconnaitre le grand intérêt pour le suivi des virus s'attaquant aux humains, virus provenant d'ailleurs d'animaux sauvages, lors des zoonoses ! 

Je reconnais que l'on baisse en formation initiale : de Docteur, on passe, on passait dans les années 2000, à Ingénieur ... d'Agronomie. On ne parle jamais de ces Fonctionnaires éminents, cachés du public non spécialisé dans les Directions Régionales de l'Agriculture et de la Forêt, où ils constituaient les services de la Protection des Végétaux.. (1) Au Ministère de l'Agriculture, ils sont pilotés par la Direction Générale de l'Alimentation, service de la Protection des Végétaux, une sous-direction aujourd'hui. Ce sont pourtant eux qui homologuent les molécules puisqu'il faut respecter ce vocabulaire, ce sont eux qui sont en face des lobbyistes que Goliath montre à la manoeuvre. Ils peuvent proposer au Ministre d'autoriser le Chlordécone... et les autres molécules. C'est une question de santé des plantes. De santé publique pour les humains qui se nourrissent des plantes en question. Cela a pu constituer un sujet fondamental en Bretagne dans les années 1996-97, parce que l'affaire du sang contaminé avait mis en avant le Maire de Rennes, Ministre de la Santé, et que le contexte particulier de l'agriculture bretonne de l'époque justifiait de la part de tous les acteurs, en premier lieu les Professionnels eux-mêmes,  une attention maximale au sujet : "Agriculture et santé"

l'Agro alimentaire breton avait alors ce slogan : "mass and class", signifiant que plus l'échelle de l'usine de transformation grandissait, plus elle pouvait financer ses propres process qualité

ce sujet reste fondamental dans le destin de l'Agriculture d'aujourd'hui

une image du film : "ils savaient",  publié dans le journal le Monde


Quand vous êtes le Directeur Régional, et que le Chef de la Protection des Végétaux, par ailleurs compétent et pointu dans son domaine, vous annonce un lundi matin en réunion de service : "nous avons trouvé des pesticides dans l'eau de pluie", cela donne à réfléchir ! Quand quelque temps après, il précise : "nous en trouvons maintenant dans l'air", parce qu'il s'était décidé à poursuivre ses investigations, vous vous dites : "déjà que l'eau de surface contient des nitrates et autres rejets, dus à l'étanchéité du sol breton ; déjà que par précaution le Maire de Rennes enjoint aux scolaires de boire de l'eau en bouteille ; si l'on sait que l'on respire des pesticides, les exportations d'une alimentation saine bretonne vers l'extérieur, c'est à dire le monde, sont compromises ! Il faut arrêter cela" !

notre acteur Gilles Lellouche a compris la tête que l'on fait dans ces cas là

1- on ne rigole pas : j'ai fait cette tête là au boulot !


2- on alerte la hiérarchie

La hiérarchie, elle se trouve à Paris, la moindre des corrections est de prévenir, on peut se trouver tous debout, devant le Patron qui découvre l'information, devant le Chef de la Protection des Végétaux qui n'avait rien dit, et se trouver mal à l'aise de "balancer" de mauvaises nouvelles, bien que l'on soit en interne ! (2)

3- on continue localement : on alerte le Préfet de Région, Préfet d'Ille et Vilaine ; et les Préfets de département : eux ont le pouvoir de réglementer. La correction minimale consiste à informer les Professionnels, leur intérêt est immense, c'est eux qui vont devoir modifier leurs pratiques, leur renommée est en jeu. En cas de fuite, mieux vaut que la Presse ait l'information précise : on lui donne tous les détails : on a bien l'intention de trouver la solution, et de prendre nos responsabilités : l'intérêt général prime.



Nous aussi prévenons le journal le Monde, j'ai retrouvé ce numéro daté du 15 janvier 1997, mais sans retrouver la double page expliquant en détails l'évènement, illustrée d'une caricature qui n'était pas Mahomet, mais un cochon balayant tout autour de sa queue frétillante des "cochonneries" pas ragoûtantes ! Aucun rapport d'ailleurs avec le cochon... puisque c'est le maïs qui était en cause, maïs qui laisse les sols nus en hiver, ruissellement sans contrainte sur un plancher granitique, accès direct aux rivières... où l'on prélève l'eau potable destinée à la consommation humaine... !

Les quatre Préfets bretons concluant en interdisant pour les agriculteurs l'Atrazine sur le maïs, et tant qu'à faire le diuron des "jardiniers du Dimanche", paradoxalement aussi nocif, puisque répandu sur des surfaces souvent étanches lavées par les eaux de pluie (qui seraient, critiqueraient certains touristes, abondantes en Bretagne) et conduites vers les rivières.

C'était Bretagne eau Pure

j'ai retrouvé ces extraits :
Hervé Gillet, ex-Ingénieur à la Protection des Végétaux, aujourd'hui retraité depuis 2014
https://www.letelegramme.fr/dossiers/bebes-sans-mains-notre-dossier/bebes-sans-mains-l-hypothese-explosive-d-un-ingenieur-breton-31-07-2019-12351661.php

ces sujets sont particulièrement complexes



On comprend que cela fasse drôle, de retrouver le Télégramme du 14 novembre 1996, 24 ans avant celui du 7 septembre 2020 annonçant le tournage de la scène de banquet paysan à Pléneuf Val André et Daho !

Encore un mec bien dans Goliath, Perrin toujours présent quand il s'agit d'intérêt général, qui joue l'expert contraint à la confidentialité, il sait mais ne peut rien dire, ne pouvant agir qu'en "sous-marin" pour donner des billes à un lanceur d'alerte, l'avocat Lellouche, il faut un utopiste dans ce genre de combats où David prétend faire plier Goliath !


le film finit-il bien ?

allez le voir, vous allez passer un bon moment ! 

un film conçu pour faire réfléchir aux questions de Société, en cette période de Présidentielles

où la souveraineté alimentaire à laquelle nous contraint Poutine
(sans omettre le réchauffement climatique)

nous contraignent à nourrir une planète toujours plus peuplée

faut-il le faire bien ? 

évidemment oui ! 

faut-il le faire en mettant nombre de nos agriculteurs dans les contraintes financières épouvantables qui les conduisent au suicide ?

évidemment non ! 

comment les rendre libres de nous faire manger proprement ?

j'aimerais des propositions concrètes avant de voter !

on ne peut plus mentir sur des sujets pareils !


PS (1) dans la DRAAF Bretagne, un Ingénieur Général chargé de mission Ecophyto

depuis 2020, Ecophyto II+, c'est ça :


Hervé Simon est Ingénieur Général des Ponts, des Eaux et des Forêts (du 01/07/2014)




PS : (2)  la DGAL, Direction générale de l'Alimentation

Bruno Ferreira est Inspecteur Général de Santé Publique Vétérinaire. Il est aux commandes depuis le 2 mai 2019

la Ss direction de la PV est ici. Emmanuel Koen est IPEF, nommé le 15 fév 22



en hommage à celui qui fut mon Parrain, le Ministre breton de la Terre et de la Mer


PS (3) record de médailles pour la Bretagne au concours général agricole 2022



PS (4) deux huitres médailles d'or à Cancale :

curieux de devoir se rendre à Saint Méloir ? non ! il y a des Ondes ?


ce sont bien des plates d'eau profonde, de vraies ostrea edulis

j'ai hâte de goûter leur or !



paradoxe, comment  affirmer, 

alors que c'est un compliment :

"je préfère les Belles de Cancale plates" ?


https://www.pourdebon.com/24-huitres-plates-belons-bio-la-belle-de-cancale-n-2-p33626



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire