lundi 7 mars 2022

Notre Dame consolidée, la restauration commence !


Jacques S. m'envoie un reportage illustré de photos étonnantes du chantier de Notre Dame : c'est un travail fou que font les équipes sur place, pilotées par notre estimé Général Jean-Louis Georgelin ! Un Général en temps de guerre en Europe, qui reconstruit une cathédrale ! Voici textuellement le reportage de © Stéphane Compoint dans le Pélerin, merci à lui : 

"Notre-Dame, le chantier de la renaissance "

 Dernières photos exclusives du chantier de restauration signées Stéphane Compoint.

Un violent incendie, le 15 avril 2019, l’avait partiellement détruite, sidérant le monde entier. La cathédrale de Paris, pour de longs mois encore convalescente, panse peu à peu ses plaies avec le concours d’architectes, d’artisans d’art, de compagnons du devoir… À son chevet jour après jour, inlassablement, ils l’aident à se relever, concourant à lui rendre son intégrité et sa beauté. 

La croisée du transept vue depuis le toit du transept nord à l’automne 2021. On distingue les cintres qui soutiennent les voûtes endommagées. Deux plates-formes et des planchers à différents étages permettent désormais de travailler à hauteur d’homme. 


L’été précédent la construction de ces plates-formes, un « cataplasme » en filasse a été posé sur la voûte sud de la croisée du transept par des cordistes de la société Jarnias. Ce travail de consolidation permet d’attendre en sécurité les travaux de restauration des voûtes. Cette vue spectaculaire est prise en plongée depuis la toiture, côté sud-est.


Le trou de la voûte vu d’en bas, pris au grand angle. La cathédrale est désormais presque entièrement chemisée d’échafaudage. 

Installation d’échafaudages à l’intérieur de la tour (ou beffroi) sud. On aperçoit la structure en bois qui soutenait les cloches et n’a pas subi les dommages provoqués par l’incendie.

 Premiers examens et analyses aux ultraviolets des vitraux de la grande rose du transept nord par une équipe du Laboratoire de recherche des Monuments historiques (LRMH) à l’été 2021. Une chance unique d’accès, grâce à l’échafaudage soutenant le plancher provisoire qui servira à la restauration des voûtes. Auparavant, les historiens d’art ne pouvaient qu’observer ces verrières à la jumelle !

Au-dessus du buffet du grand orgue, la partie inférieure de la grande rose de la façade de la cathédrale apparaît sous le plancher.

 

qui donc a la tête tranchée ?

La partie sommitale de la flèche érigée en 1859 par Viollet-le-Duc, venue s’encastrer dans la voûte lors de sa chute. Cette photo a été prise l’été dernier depuis l’extrados (face supérieure) de la voûte de la nef qui a été intégralement renforcée par un cataplasme de filasse.




Ce vestige symbolique et émouvant de la cathédrale avant l’incendie a été extrait avec délicatesse de la voûte le 28 juillet dernier.

 



Les premiers échantillons de métal et de bois sont extraits immédiatement par l’équipe spécialisée du laboratoire des Musées de France. Leur étude permettra de mieux connaître cette architecture et d’élaborer de façon plus précise sa réplique à l’identique. 

Miraculeusement, cette rose en plomb fixée sur la couronne de la flèche n’a pas fondu.

 

Les huit chênes centenaires destinés au tabouret (base) de la flèche, transportés en convoi exceptionnel, ont été abattus, en juin dernier, en forêt de Bercé, dans la Sarthe.

 

A la scierie des Géants, à Craon en Mayenne, les fûts sont débités selon les dimensions données par les architectes en chef.

 

 

Arrivée, le 29 juin dernier, de la statue de saint Thomas (sous les traits de Viollet-le-Duc lui-même) à la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris. C’était la dernière sculpture de la flèche de Notre-Dame à être restaurée par l’entreprise Socra, à Périgueux (Dordogne).

 


La galerie Davioud, qui expose des moulages de décors des monuments gothiques français, abrite désormais les douze statues d’Apôtres et celles des quatre évangélistes qui ont échappé, à cinq jours près, au sinistre. Le public pourra ainsi les admirer avant qu’elles ne regagnent les hauteurs de la nouvelle flèche de la cathédrale.

 


Le 18 septembre dernier, lors des Journées du patrimoine, un « village des métiers » a permis au public de découvrir ceux qui œuvrent sur le chantier. Le général Georgelin, président de l’établissement public, y a annoncé la fin des travaux de sécurisation et de consolidation de la cathédrale. La véritable restauration peut commencer.

La bâche en toile a été remplacée par cette structure métallique qui protégera la cathédrale durant toute la période de restauration. Des rails métalliques permettent à la partie amovible, appelée « parapluie », de couvrir le trou de la croisée du transept. Il assure la mise hors d’eau de l’édifice et l’accès au trou pour la reconstruction de la flèche.

ainsi avance, conformément aux plans, la Renaissance de Notre Dame

Le Président (1er) avait annoncé la fin du chantier en 2024

le Président (reconduit) inaugurera, (à la minute près), Notre Dame retrouvée

avec un immense Te Deum

espérons qu'au même moment, les cloches sonnent à Kiev

et que Sainte Sophie (qui signifie Sophia, la Sagesse) 

soit encore là ?





PS : "Sophie-la-Sagesse" : ce matin Jacques Attali ... sur-masqué sur BFM Business : après "trente mesures pour la France" ...-"que doit faire l'Occident" ? Pour Wilfried Galand, c'est : "le triple pivot Allemand" : reprendre son autonomie énergétique ? ré-ouvrir ses centrales nucléaires ?  importer du GNL ? lancer un vrai plan militaire de défense ; opérer un changement financier ...en dépensant plus ? 

la France devrait faire l'effort corrélatif, en retrouvant son équilibre financier, et en nous préparant davantage aux métiers d'avenir

Le CAC40 re-descend. Le Brent approche son cours historique de 2008. L'once d'or à $2000 ! Combien de temps encore vivre cette contradiction : appliquer des sanctions économiques tout en continuant de commercer avec l'envahisseur de l'Ukraine, en lui achetant pétrole, et surtout gaz  ?

cette nuit on n'a pas pu coter le blé, son cours flambe,

les ports de la mer d'Azov bloqués,

personne ne parle des semis en Ukraine pour la récolte 2022 ?

---o---

l'Europe et la France se réveillent d'un long hivernage-de-naïveté 

la puissance pourtant se concentre là où sont économie d'énergie, plus technologie

on ne peut reconstruire Notre Dame qu'avec de l'argent

dans les 100 jours suivant l'élection du Président

il doit en revenir à "l'essentiel"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire