jeudi 24 mars 2022

Mariposa del ano 2022

 


J'ai failli oublier la date !

perturbé par les Présidentielles ! 


perturbé par Poutine


pourtant nos amis espagnols maintiennent le cap : c'est leur 7ème année

ils avaient soumis en février au vote de leurs 1200 participants quatre espèces : 39,3 % des participants ont choisi la « fourmi à pois » comme papillon de l'année. Derrière elle se trouvent atalanta, avec 27,5% du support, le "sphinx colibri" avec 25,1% et, enfin, le "canarian wavy", avec 8,1%.

Je vous ai fait traduire l'Espagnol par google, ce qui est un peu inexact, et justifie que l'on maintienne le métier de traducteur (et traductrice), quand il peut se glisser des erreurs parfois graves quand il s'agit de diplomatie, et que l'on n'emploie pas le bon vocabulaire.

Comme tous les ans étaient soumises au vote quatre espèces : notre Vulcain vivant des orties, chez nous il reste courant, je ne dis pas "commun", depuis que l'on fauche toujours et encore les orties au lieu d'en faire soupes et purin ! En Espagne au pays du soleil, il se fait beaucoup plus rare, comme également les orties !


Le second est le petit sphinx de jour toujours robuste, Macroglossum stellatarum, moi je ne sais que parler latin en entomologie, en langue vulgaire on le nomme en effet "colibri", puisqu'il pratique le vol stationnaire sur les fleurs dans lesquelles il déploie sa trompe alimentaire, pour pratiquer le ravitaillement en vol


Le troisième est comme tous les ans, ce que j'appellerai "une astuce" : comme en fonction de la théorie de Darwin l'Espagne possède ses fameuses iles (je ne parle pas que d'Ibiza), iles où les variations des espèces ont procréé des variantes à nos espèces continentales, il y a des rares variations, intéressantes puisqu'elles sont géographiquement circonscrites : nous avons chez nous des  Pararge aegeria, dit "le Tircis" assez communs, puisque j'en ai dans mon jardin. Voici son cousin canarien Pararge xiphioides (ondulada canaria), qui habite les Canaries ! 


voyez la différence avec le Tircis ?

je vous remets xiphioides


voyez : ce n'est pas pareil ! 

ah Darwin !

je vous ai fait patienter pour attendre le bon

hormiguera de lunares, tel quel, se traduit par "fourmilière de pois", les pois étant les taches en forme de patte de chat


le bon, c'est Arion

le traducteur Google parle de "fourmi à pois," ce qui ne manque pas de pertinence

puisque la chenille émet du miellat à odeur de fourmis
qui attire les fourmis
qui trainent la chenille dans la fourmilière
et la nourrissent, en échange d'exudats de miellats à odeur d'acide formique
dont se délectent les fourmis 
(comme nous un mojito)



il faut relire :




Florence Dellerie explique tout

http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/5_EtudeFourmis_Valet_SMACVG.pdf

voilà ce qu'en disent nos amis de Zerynthia :

La « fourmi à pois » est un petit papillon aux ailes bleu vif, avec des pois noirs qui forment un motif semblable à la patte d'un chat et qui motive son nom commun. Elle est limitée à la moitié nord de notre Péninsule. On le trouve dans les communautés autonomes de Galice, des Asturies, de Cantabrie, du Pays basque, de Navarre, d'Aragon, de Catalogne, de Castilla y León, de La Rioja et du nord de Castilla la Mancha.

La femelle pond ses œufs sur des fleurs d'origan et de thym. La chenille s'en nourrit jusqu'à ce que, le moment venu, elle se laisse tomber sur le sol de la prairie où elle vit. A ce moment, elle libère une phéromone identique à celle des larves d'une certaine espèce de fourmi du genre Myrmica avec laquelle elle entretient une relation de symbiose. Ces fourmis la trouvent et la transportent dans leur nid. Elle y est soignée pendant sa phase de chenille et de chrysalide jusqu'à ce qu'émerge le papillon adulte qui se traine à peine né à travers les galeries de la fourmilière, vers les mois de juin et juillet, pour se fixer sur une plante support, et étaler ses ailes encore ramollies au soleil. 

Pour compléter ce cycle, le papillon a besoin de la présence des fourmis, mais, à leur tour, les fourmis ont besoin de prairies bien préservées, avec la présence d'un élevage extensif. Ce sont les herbivores, principalement les moutons, qui parviennent à maintenir l'herbe ni trop courte ni trop longue, comme c'est le cas depuis des milliers d'années.

Actuellement, de nombreuses populations de ce papillon sont menacées par la détérioration de leur habitat. Certains ont disparu, principalement en raison du déclin marqué de l'élevage extensif. Cela entraîne l'abandon des espaces ouverts et l'évolution de la végétation des prairies vers la garrigue et, au fil du temps, l'apparition de boisements d'arbres. Ce phénomène modifie la qualité de l'habitat et réduit progressivement les espaces libres disponibles pour la "fourmilière taupe".

 j'ai laissé un peu de marge à Google pour créer des erreurs de traduction

nous aussi protégeons Arion, 

et ses copines Myrmicae !


---o---


Vous avez vu ce qui se passe ?

le Président Zelinsky, (pull ouvert kaki), parle à l'Assemblée nationale, tout le monde l'applaudit debout !

il nous fait habilement honte : -"vous êtes les sponsors de Poutine"

je n'ai pas compris qui lui a répondu quoi :

-"on va réfléchir comment se passer un jour de gaz" ? ?

le gaz en ce printemps ensoleillé serait indispensable pour tout fabriquer :

y compris l'engrais azoté fait avec du gaz, tout-au-gaz après le tout-électrique ! ! 

on pleurniche : -"comment vont faire nos amis Allemands qui ont (bêtement) supprimé leurs centrales nucléaires" ?

... et voilà Vladimir qui nous dit :-"vous avez 8 jours pour payer notre gaz en roubles" ! ! 

on a fait baisser le rouble de 20% = nous n'avons plus qu'à le faire remonter au cours d'avant !

on payait déjà la guerre de Poutine, il faut la payer au taux de change fort !

attendez, ce n'est pas fini !

Voilà Renault-russe, qui voulait vendre des Renault-au-gaz-russe-aux-Russes

(il manquait de semi-conducteurs chinois pour fabriquer ses voitures... on passe sur ce détail ...)

Renault demande donc à Macron de lui interdire de produire en Russie :

comme cela, le KOIKILENK'hoûte doit l'indemniser des milliards d'investissements récupérés par les Russes ... qui risquent de lui prendre ses usines, pour fabriquer les Renault devenues russes !

on va payer Renault pour donner ses usines à Poutine ?

ça s'écrit :

рено

et mon super Auchan ; Lactalis ; Danone ; Leroy merlin, demandent aussi à notre Président-Candidat de leur payer leurs usines, risquant d'être expropriées par Poutine

ашан ; Леруа Мерлен ; лакталис ...

on est en train de se "fait avoir" de tous les côtés ! 

pourvu que Zélinsky soit toujours là pour nous faire la morale !


je me suis remis au Russe !

devinez comment s'écrit "quoi qu'il en coûte" !
все, что нужно

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire