mercredi 24 mars 2021

Printemps à Tibiran

nous n'avons pas à Lugdunum d'ouvrage aussi "moderne", mais la captation romaine intacte est bien plus sophistiquée !


 Il fait très froid le matin, mais le soleil se levant, la température monte à 17° : j'ai chargé les batteries la veille, je pars à Tibiran : avant que les feuilles sortent, il faut absolument que je monte le drone à 100 mètres, pour tenter de découvrir le paysage habituellement bouché de ce coin si complexe à décrypter ! 

Sur place le propriétaire à l'amont du lavoir tond sa pelouse, une magnifique pelouse incongrue dans ce coin chahuté, et il m'autorise gentiment à m'en servir de piste d'envol : super, il a coupé ras l'herbe, je puis poser sans dommage le drone, et vérifier qu'il respecte le point fixé, où il saura (normalement) revenir tout seul les photos prises. Seuls les sots parait-il n'ont pas de doutes, moi j'en ai trop, des doutes, et me méfie car à 100 mètres en l'air l'appareil est invisible, inaudible, je ne tente même plus de me briser les cervicales pour tenter de le voir, et seul mon ipad me sauve de l'angoisse du pilotage, puisqu'il me donne la distance ; l'altitude ; la charge des batteries ; et le nombre des satellites qui me secourent. Merci la technologie chinoise, je n'aurais aucun scrupule à me faire vacciner par Sputnik si je n'avais pas été (deux fois) Pfizerizé !.

Je vais droit au but, et vais tenter d'être pédagogue car j'ai bien peur que vous soyez moins enthousiaste que moi, puisque vous n'allez pas du tout pouvoir admirer le pont du Gard ! ! 

Pour commencer, voici l'adduction telle qu'elle ressort du sol :

à droite, le trou noir de section carrée, est le puits de captation qui fait remonter l'eau souterraine de 3,1m
cette veine passe sous terre à 3,1m de distance, captée par une tuyauterie de marbre formée par 4 dalles créant une section carrée
l'eau surgit vers le haut, et oblique immédiatement à gauche dans un canal aujourd'hui bouché, quj  file à gauche
très vite, il est surmonté de dalles faisant un pont piétonnier, puis d'un déversoir en cas de trop-plein
ensuite, il disparait dans la broussaille pour contourner le rocher en place



même vue mais incluant mon point de départ en face, admirablement tondu, et ceint de murs cyclopéens

Allez, admirez la, la superbe pelouse


tout en bas, pile au centre de la photo (je l'ai fait exprès), l'orifice du robinet
qui selon ma théorie (contestée par les plus Hautes Autorités)
fait fonctionner l'aqueduc romain

je reste pour le moment en l'air, j'y suis tranquille, avec les seuls rapaces qui s'étonnent de mon bruit, en faisant un détour



Je pense que c'est la photo qui m'avait été demandée (oralement) : en effet, le propriétaire du moulin a pris conscience de la beauté de son bâtiment, et ayant débroussaillé les alentours comme je vous le montrais précédemment, faisant surgir les petites fleurs et rendant l'aspect vraiment charmant, il méritait de voir sa propriété (qui servait autrefois d'évacuation des eaux excédentaires) intégrée dans le vaste (et quasi invisible) concept de la captation romaine.

D'ailleurs cette photo fait deviner à l'aval du bois la partie traversant le pré situé après le bois qui, même sans feuilles, cache complètement le canal dessous :


Je résume (je fais comme Monsieur Castex, qui répète toujours la même chose deux fois, pour bien marteler le message selon lequel nous ne sommes plus confinés puisque nous sommes astreints à rester dehors !

la captation, le petit angle vers le canal, le passage-piéton et le déversoir vers le bas



Voilà mon compte-rendu de vol. Après une mauvaise manoeuvre, j'ai percuté sans dommage apparent, et ai récupéré l'engin... pour de nouvelles aventures.

Il y a une suite, qui se passe au sol, sur le terrain d'atterrissage :

J'ai eu l'autorisation de regarder (dans) le trou


le Premier des Ministres a eu ceci de bon, qu'il m'a incité à préméditer mes sorties

si précieuses 

j'avais donc emmené une ficelle, et une lampe torche de celles vendues par les Chinois
pour voir la nuit très loin avec une toute petite batterie

J'ai ficelé la torche au bout de la ficelle, formant le principe bien frustre d'un futur endoscope

c'était très amusant : à l'oreille, j'entends la veine liquide couler au fond

à l'oeil, je devine un puits, avec des parois qu'on dirait droites (je dis ça je dis rien)




j'en parle autour de moi

je vais avoir de l'aide

je sais maintenant comment faire 

pour faire marcher tout ce bazar ?


surprise : les roses de Noël au Printemps !

mais les cardamines couvrent les bois





j'ai vu ma Première-Dame Aurore voler !



PS (1)  : toute l'année 2020, je vous ai présenté ces histoires, mais avec moins de photos aériennes

Je vous renvoie à ces découvertes archéologiques, qui ont conduit tout un tas d'amateurs éclairés à observer et photographier les vestiges retrouvés. L'année 2021 commence bien, avec l'envie... d'avoir envie de participer à conserver un patrimoine à la fois privé, mais passionnant puisque normalement... tout cela peut fonctionner ? ?

2021 =



2020 =
le premier :

l'Ingénieur romain d'Arles :

le dernier :

PS (2) j'avais jusqu'à maintenant un avantage sur vous, c'est d'avoir vu la captation couler ... en photos, prises sur place, chapeau !  en voici quelques unes : impressionnant, non ...?





La section du puits est de 0,7m2. Avec mes souvenirs d'Arles, j'estime la vitesse de sortie à 1m/s, ce qui donne un débit de 0,7m3/s. Comme le canal est bouché de 1m de terre, et que la rive gauche (à droite de la photo) a été déplacée par le temps (et par les vaches), l'eau au lieu de filer droit vers le déversoir obstrué file à tort à gauche, abimant les enrochements protégeant en pied la terre romaine rapportée à l'origine.

Du coup le terrain s'abime énormément, sauf à restituer l'ouvrage en le débouchant (à la main), pour retrouver sa fonction  d'origine sur les premiers mètres, jusqu'au déversoir à remettre en route pour conduire l'eau à l'étage bas, vers le moulin.

On devine que si l'on remettait tout cela en route sans préalables, il vaudrait mieux en effet que toute cette eau rétablie trouve un exutoire !

c'est trop bête : l'eau s'écoule pile avant le déversoir intact à cause du canal bouché !


hors crues quand la captation sommeille à sec, voici l'état de la rive gauche vu du ciel



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire