mardi 9 mars 2021

Huitres chaudes

Le samedi matin, depuis des années, un mareyeur fait le voyage depuis Marennes, oui, par l'autoroute, pour venir nous apporter ses huitres. Vous devinez le prix du transport, qu'il faut rajouter au prix des huitres, pour non seulement rentabiliser la voyage, puis la nuit d'hôtel indispensable pour respecter le couvre-feu. On devine que le mareyeur doit se nourrir, il est vrai qu'il peut se régaler d'huitres, même si depuis le temps il en a parfois assez ! On rêverait qu'il ait fait une rencontre, (féminine et locale) pour ne pas rester seul pendant son séjour, voire pouvoir échanger un hors-d'oeuvre d'huitres fraiches contre un plat de résistance de magret de canard accompagné de pommes de terre sarladaises ?  J'évoque cela, mais suis bien conscient que cela-ne-me-regarde-pas ! 

Les amateurs sont nombreux, car naturellement avec les huitres il y a des crevettes et autres dorades. Et puis les huitres étant rares ici, tout le monde est attiré par les huitres charnues-numéro-2 dites "charnues" à 14 Euros la douzaine. C'est celles que j'achète d'habitude. Or cette fois, il y en a à côté é-nor-mes, dites "super-charnues". Le prix est 17 Euros aussi, mais je ne fais pas attention à la précision : ce n'est pas la douzaine, mais le kilog; Le mareyeur m'explique qu'elles sont parfaites pour cuisiner chaudes, ce qui me tente depuis le temps que je veux essayer. J'en demande six, il me dit qu'en effet il faut s'y reprendre à trois fois pour en manger une, le prix : 17 Euros ! La coquille pèse un max, voilà l'explication, 3 Euros pièce, 3 bouchées, le compte est bon !

La recette est virile : rajouter un vin, du pinot des Charentes, ma cave se vide (cause covid) et passant chez Lid'l, je prends un "Sauvignon blanc". Une cuiller (à dessert) par huitre ! De l'ail (c'est là l'erreur, l'échalotte serait plus fine au goût, l'ail tue le goût de l'huitre, mais je vous ai dit : "viril"). Chapelure ; une noix de beurre ; et comté râpé, quand il fond, c'est que l'huitre est cuite. 

Je viens de tester la recette



- Avec six de ces engins maritimes, j'ai en effet mastiqué 18 bouchées, et ai pu me rassasier !

-je viens de tester 6 huitres charnues mais de taille courante. A l'échalotte, parfait !

Regardant l'étiquette du "Sauvignon blanc", je m'aperçois que c'est le seul mot en Français ! Le Sauvignon est produit en Nouvelle Zélande, légèrement pétillant, et a fait le tour de la planète pour venir chez nous concurrencer le vrai-Sauvignon ! Et Lid'l privilégie les produits Français ! Je me suis fait avoir !


j'ai trouvé l'issue finale : charnue sans plus ; échalotte... c'est parfait !



Nous pouvons ici pratiquer la dégustation de fruits de mer rarissimes

j'imagine que c'est ce que nous promettent les chroniqueurs à la télé quand ils évoquent l'après-covid ?

attention quand on achète des huitres : elles se vendent désormais au Kg !

attention quand on achète du vin !

tout comme l'agneau de Pâques, il peut venir de New Zealand !

attention quand on se fait vacciner : la France vaccine un max, 7 jours sur 7 ...  mais les médecins sont furieux : ils n'ont pas de vaccins ... ?

(les pharmaciens en auraient plein...)

...c'est ça la nouvelle vie ... post covid ?


PS : Jérémy, le patron étoilé du restaurant du Barry vend en clic & collect place Jean Jaurès : c'est le moment de déjeuner étoilé, pour 15 € le repas, c'est super !

https://www.facebook.com/Hotel-Du-Barry-731542163890800/


c'est moi qui ai proposé la déco : dormir avec des papillons, c'est possible !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire