samedi 25 juillet 2020

Tibiran : l'aqueduc retrouvé ! (3)


Je vous ai laissé au bout du premier bois, devant la lisière d'une prairie, barrée par un fil de fer. Mais depuis, j'ai progressé : j'ai rencontré les propriétaires sur place, ils m'ont expliqué les lieux, ils les connaissent bien : les prés appartiennent aux enfants des plus proches voisins : tous des neveux ! Et la limite boisée sur la photo aérienne, c'est... le canal, la suite ! 

il est bien au bout, dans cette trouée


Je vous ai déjà montré cette vue du drone :

la sortie dans l'ombre de l'échancrure du bois. A gauche, la roche-mère sur-laquelle a été construit ultérieurement le canal perché sur un petit mur pour servir d'irrigation. Depuis il a été détruit. Comme l'eau coulait vers la pente, l'ancien lit du canal rmain l'empêchait de passer ce qui explique sa disparition.

l'emplacement du canal détruit est là, derrière les agapantes



et le canal continue, sous les arbres, un trait rectiligne, loin, loin...





il va falloir crapahuter !

je crapahute, sous la chaleur de cette fin juillet, dur, dur !


le tracé boisé est très repérable sur googlemap

au sol, on ne voit pas grand chose ... des cailloux caractéristiques pourtant !

il faut dire qu'au Sud, le canal est ras du sol, encombré de végétation, avec une belle déclivité au nord

il faut arpenter cette limite boisée

il est là :



je suis du mauvais côté, il faudrait franchir les clôtures

en pratique, il faut passer de l'autre côté, en contre-bas


en continuant, je trouve l'accès



le canal est devenu aqueduc couvert, je passe dessus


et de l'autre côté, la récompense



d'un côté, première décharge sous l'aqueduc : peu à peu le ruissellement a apporté de la terre à l'amont, expliquant le dénivelé actuel. Entre temps, l'eau de pluie s'accumulait sur le mur amont du canal, le faisant pencher. C'est alors que des décharges ont permis de le drainer à l'aval.

de l'autre côté, second ouvrage

passage de l'eau de pluie venant de l'amont sous l'aqueduc. Et il est  en marbre !
le chiffre XII mentionné par Baillache







au retour, je repasse sur l'aqueduc, solide, 2050 ans après, il tient le coup sous le poids des tracteurs


j'ai compris : j'ai retrouvé la tranchée couverte de Tibiran

mais je n'avais pas compris qu'elle n'était visible que d'un côté, l'autre servant de soutènement au sol en place !

je n'ai pas tellement progressé...jusqu'au point 5 seulement, mais je suis content : les murs ressemblent à ceux des thermes de St Bertrand ; aux murs de soutènement du Portus ; aux murs du camp militaire ; aux murs de la pile funéraire, à l'entrée de Valcabrère !



il reste du chemin à parcourir jusqu'à Saint Martin : 

il ne faut pas se tromper de haie !

voici quelle devrait être la suite ? ?



à quand ... cette suite ..?


le cadastre aide à mieux déchiffrer le terrain : vous savez tout : réussissez-vous à le voir ?

y aura-t-il un billet n°4 ?

je vous rassure : il y en aura deux !

rendez-vous 30 et 31 juillet !



PS : j'ai bien retrouvé le pont romain de Générest

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire