jeudi 17 septembre 2020

Nom : Quintus Candidus Benignus

le niveau en A est de tous temps l'instrument de l'ingénieur

Quintus Candidus Benignus... vous devinez qu'il s'agit d'un Romain, à l'époque de Rome. Si je précise un peu, il était ... Arlésien, de la ville-double Arelate duplex. On le connait car il a laissé, ou plutôt sa veuve Valéria Maxsimina a laissé, une épitaphe. Sur son sarcophage aux Alyscamps. Une épitaphe célèbre chez les Ingénieurs, notamment les Hydrauliciens, dont je m'honore de faire partie... enfin d'avoir fait partie, au service du Génie rural d'Arles précisément. Je vous en parle car il existait donc des Hydrauliciens reconnus chez les Romains, du genre de ceux qui construisaient les aqueducs, il en existe précisément 156 recensés en France, et grâce à Marcel Baillache, Tibiran en fait partie. Lui Quintus, on le soupçonne d'avoir construit non seulement les aqueducs alimentant Arles, mais aussi les moulins de Barbegal. Je vous en ai parlé, l'un des rares exemples connus d'industrie dans le monde antique : des moulins à farine à eau.(1)

J'ai lu des tas de thèses sur les Romains, du moins celles publiées sur internet. C'est fou comme ces thèses peuvent être détaillées en textes et notes de bas de pages, et comme à l'ère du téléphone portable (qui prend des photos) ces thèses sont dépourvues de toute illustration, ou alors les photos noir et blanc sont toutes petites : toujours est-il que cherchant le sarcophage qui porte l'épitaphe en question, impossible de le trouver : sans doute faut-il, (un voyage qui le vaut bien), se rendre sur place au musée archéologique d'Arles. Solliciter l'autorisation de voir le sarcophage... de le photographier... autorisation refusée, même avec masque, vous allez devoir vous contenter de mes quelques trouvailles : 

ah oui, nombre Anglo-saxons se passionnent pour nos antiquités, plus que nous apparemment ?

vous voyez : c'est dans cet article que l'auteur Anglais propose que notre Ingénieur ait conçu le moulin de Barbegal

On commence à pouvoir lire l'épitaphe, je vais vous montrer une variante, apparemment copiée sur l'original, et ornée d'un niveau confirmant bien que l'Ingénieur en question, qui était membre du collège des fabri tignuarii,  était opérationnel :


la voilà



ceci n'est qu'une partie de la traduction, la voici entière, pour faire paraitre la signature de la veuve Valéria Maxsimina, et les ultimes qualités  conjugales de notre Ingénieur, (la tentation de m'identifier est maximale) !


j'ai bien trouvé la référence du sarcophage de Quintus, n°29, avec une inscription un peu différente :




Voici un sarcophage tout à fait inadapté car Carolingien, mais il faut faire avec :


l'intérêt est de montrer des niveaux tournés à 45° au centre

Maintenant, je puis mettre le nom de notre Quintus Candidus Benignus derrière ces ouvrages :

Uzès

Fontvieille











désormais, on pourra mettre Tibiran 
au milieu de ses pairs !
Brevenne

Gier

les concrétions énormes ont permis à de dater l'ouvrage d'Eifel

Mechernich

Le théâtre antique d'Arles était alimenté en eau bien sûr :



"les silènes antiques laissaient couler l'eau de leurs outres gonflées"
pas facile de les retrouver !



Est-ce Quintus le constructeur des moulins de Barbegal ?


une équipe de bénévoles a reconstruit l'une des 16 roues de moulins !


prenez le temps de visualiser leur travail :



Les métiers étaient considérés à Rome, un Ingénieur pouvait y trouver davantage la réputation (fama) que le bonheur (fortuna)

plus fama quam fortuna


c'est marrant, il y a déjà des gens d'en Haut, ce doit être les précurseurs des Premiers de Cordée

saurait-on aujourd'hui refaire 

ce que faisait Quintus il y a 2300 ans ?

maquette du chantier de Nyon, c'est précisément ce que nous voudrions faire à Lugdunum !


PS (1) à Barbegal

PS (2) Philippe Leveau a trouvé un autre fabri !

PS (3) un fabricant de tuyaux de plomb à Vienne Isère


PS (4) Tibiran est le n° 119 des 156 aqueducs français



PS (5) J'ai retrouvé 2 cartes postales de l'ancien musée archéologique de Saint-Bertrand : comment lire aujourd'hui la signature du fournisseur des tuyaux de plomb ? Existe-t-il des morceaux pris au théâtre ressemblant à un bout de Silène ?



PS (6) vivre en Arles :



PS (7) voir autrement le niveau de l'Egalité, et la devise nationale, la Fraternité au centre  : 

la Liberté garde dans la main droite les chaines brisées ; l'égalité tient un niveau en A avec fil à plomb. La Fraternité se borne à tenir ses deux compagnes par la main

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    Les 2 silènes sont très bien exposés au Musée départemental d'Arles Antique

    RépondreSupprimer