jeudi 8 novembre 2018

Les trois Acherontia !

lachesis ; atropos et styx

Je ne vous ai pas tout dit sur le sphinx tête de mort (1). Notre sphinx le plus commun, Acherontia atropos, trouvé sur les hautes branches d’un olivier (2), a deux autres cousins. Des cousins asiatiques : styx, et lachesis. Ont-ils évolué différemment dans leurs zones respectives pour dessiner des variantes de têtes de mort ? Sans doute !

Il faut retrouver dans ces noms grecs donnés par Carl von Linné son humour mythologique habituel, qui prend son origine dans l’énigme même des sphinx : http://mesamispapillons.blogspot.com/2011/03/mes-amis-sphinx.html

Félix Auvray, 1826, musée de Valenciennes a mis des ailes à Lachesis !

Tout d’abord, Linné va chercher sa référence chez les Parques :  Parcae en latin,  les trois divinités de la Rome antique  présidant au destin des Hommes.

A l'origine il n'y avait qu'une seule Parque du nom de Parca Maurtia, la déesse des naissances ; sans doute sous l'influence grecque les romains adoptèrent le modèle des Moires qui revêtaient l'aspect de trois fileuses, les tria fata :

• Nona (Clotho pour les Grecs); Son nom signifie "neuf" puisque c'est le temps de gestation de l'espèce humaine et le moment de sa naissance où la femme romaine enceinte l'appelait pour qu'elle commence à filer le fil de la vie de son enfant. Linné a négligé son nom, puisqu’il cherchait l’image de la mort et pas celle de la vie naissante !

• Decima (Lachésis pour les Grecs) filait le fil de la vie sur sa quenouille. OK !
• Morta (Atropos pour les Grecs) coupera inévitablement le fil. Ca, je retiens ! (je fais Linné)

Et Acheron ? Là il s’agit de géographie et de rivières : le Styx est un des fleuves qui séparait le monde terrestre de celui des enfers. Le Styx, affluent de la haine, le Phlégéthon rivière de flammes, l'Achéron le fleuve du chagrin, le Cocyte torrent des lamentations et le Léthé ruisseau de l'oubli, convergeaient au centre du monde souterrain vers un vaste marais. Dans la mythologie grecque, Charon a pour rôle de faire traverser le Styx aux morts dans une barque, contre une pièce ou un objet. Il est dit aussi que Phlégyas aide les morts à traverser le Styx, mais la plupart des traditions affirment que Charon faisait plutôt traverser l'Achéron et Phlégyas, le Phlégéthon. Comme les autres fleuves infernaux, le Styx a aussi pour objectif d'empêcher les morts de s'enfuir des Enfers !

Voici ma copine Psyché, représentée par John Roddam Spencer Stanhope en 1883 :  harcelée par Vénus, elle va chercher aux Enfers la boite que lui donnera Perséphone. Comme dans cet endroit maudit il ne faut rien toucher faute de se retrouver prisonnière, elle tient la pièce destinée à Charon entre les dents pour éviter tout contact.


Le décor est  planté, Linné sait, (par quel tour de magie ?) qu’il existe trois sphinx tête de mort au monde, et leur donne leurs noms d’aujourd’hui : deux Parques : lachesis et atropos. Deux fleuves des Enfers : Acherontia et Styx !

Douze remarques sur nos Acherontia !

1. La tête de mort, Hawkmoth en Anglais, doit son nom à la marque crânienne sur son crâne. Il est de bon ton aujourd’hui d’être sceptique, et de ne croire qu’au hasard. Je reste toujours méditatif devant les soit-disant coïncidences qui dessinent une tête de mort sur le crâne des sphinx. Car observez les détails, les orbites, entourées de blanc ; les traces ressemblant aux pattes antérieures quand elles sont dépliées. Des rictus finement surlignés, de blanc, de rouge, même de bleu ! C’est peut-être lachesis le plus expressif ?


qui donc a inventé ces dessins ?


atropos


lachesis
lachesis-atropos
jusqu'au rictus de la bouche !

2. Compte tenu de ses marques inhabituelles, il n’est probablement pas surprenant que les gens l’aient un jour considéré comme un mauvais présage. En 1840, l'entomologiste Moses Harris écrivait: «On le considère non pas comme la création d'un être bienveillant, mais comme le dispositif des esprits malins - esprits ennemis de l'homme - conçu et fabriqué dans l'obscurité représentent l'élément fougueux d'où il est censé avoir évolué. Voler dans leurs appartements le soir de temps en temps il éteint la lumière: annonçant la guerre, la peste, la faim, la mort à l'homme et à la bête. "

3. Il y a donc trois espèces dans le genre Acherontia :  A. styx , en Asie, A. lachesis en Inde et dans d'autres parties de l'Asie, et le plus connu de la bande, A. atropos , trouvé de la Grande-Bretagne (au moins dans les mois les plus chauds) en Afrique du Sud, le migrant qui pond dans les oliviers de Labarthe Rivière.





4. Les chenilles sont de trois couleurs différentes: jaune vif, vert vif ou brun tacheté, et leur corne caudale change de couleur et de courbes au fur et à mesure de la maturité des larves. Elles se nourrissent de plus de 100 plantes, y compris la morelle, et peuvent atteindre 13 cm de long. Lorsqu'elles sont menacées, elles cliquent sur leurs mandibules et tentent de mordre leur agresseur !





5. Les chenilles muent quatre fois avant de se transformer en nymphose. À ce stade, elles se couvrent d'une sécrétion semblable à la salive et plongent à la verticale dans la terre. Quand elles trouvent un endroit approprié, elles creusent jusqu’à 20cm  sous la surface, couvrent de fine soie une alvéole soigneusement tassée,  et se transforment en chrysalide.


6. Les papillons adultes sont gros: le plus petit, A. styx , a une envergure de 8 à 13cm ; A. lachesis , le plus grand, de 10 à 13,5cm ; et  A. atropos  de 9 à 13cm. Dans tous les cas, les femelles sont bien plus grandes que les mâles.

7. Une fois dérangés, les papillons « grincent ». Le son est produit par un lambeau interne, appelé épipharynx, qui se trouve à la base du proboscis. Ils réalisent le bruit en expulsant l'air de leur proboscis (la partie qui ressemble à un long nez). Ils font ce bruit lorsqu'ils sont surpris, mais aussi  lorsqu'ils effectuent leurs raids de miel.


8. Les Acherontia attaquent les ruches des abeilles mellifères. Dans le livre The Natural History of British Moths, Sphinxes, etc., paru en 1836 , James Duncan se demandait comment ils y parvenaient en écrivant: «Cet insecte a pour habitude de pénétrer dans les ruches de l’abeille domestique, et se régale du miel. … Il n'est pas facile de comprendre comment une créature sans armes offensives et non protégée par une couverture rigide peut résister aux attaques de tant d'assaillants armés.

Certains scientifiques pensaient que cela pouvait être le fameux « grincement », qui ressemble aux bruits qu'une reine fait pour contrôler les ouvrières (spécifiquement pour les empêcher de bouger). Alors que d'autres pensaient que la marque sur le thorax ressemblait à celle d'une abeille ouvrière. Récemment, des recherches ont montré que les papillons exècrent une odeur contenant les mêmes composés présents dans les odeurs d'abeilles, ce qui pourrait masquer leur présence.

9. A. atropos est le papillon le plus rapide du monde. il peut voler jusqu'à 50 Km/H). Il peut aussi faire du vol stationnaire comme des colibris en buvant le nectar des fleurs.


10. Le papillon a fait son apparition dans la littérature: dans le Dracula de Bram Stoker. Thomas Hardy en  parle dans  The Return of the Native et John Keats dans son  poème «Hymne à la mélancolie». Et dans le livre de Thomas Harris Silence of the Lambs, qui a donné la traduction française : "le silence des agneaux", le tueur dépose les nymphes de styx dans la gorge de ses victimes !



sans oublier "le Sphinx", d'Edgar Poé !


















..../... Le corps ressemblait à un coin dont la pointe eût été tournée vers le sol. Au-dessus s’étendaient deux paires d’ailes superposées ; chaque aile pouvait avoir une centaine de mètres de long, et était recouverte d’écailles d’un aspect métallique, d’un diamètre de dix ou douze pieds. Je remarquai que les ailes supérieures étaient rattachées à celles de dessous par une forte chaîne.

Mais, ce qui me frappa le plus dans cet être hideux, ce fut l’image d’une tête de mort qui lui couvrait presque toute la superficie de la poitrine, ressortant en traits bien dessinés et d’une blancheur éclatante, sur le fond noir du corps, où elle paraissait avoir été tracée par une main d’artiste.

Tandis que je contemplais avec horreur et épouvante, — avec un sombre pressentiment qu’aucun effort de ma raison ne put calmer, — cette créature repoussante, et plus particulièrement l’image tracée sur sa poitrine, je vis les vastes mâchoires de l’animal s’ouvrir tout à coup. Il en sortit une plainte si perçante, si désolée, qu’elle agita mes nerfs comme eût fait un glas funèbre ; et au moment même ou le monstre disparaissait au pied de la colline, je perdis connaissance et tombai à la renverse..

je vous laisse lire la suite !

11. Deux grands papillons de nuit ont été découverts dans la chambre du roi George III en 1801, lors de son deuxième incident majeur de folie. L'un d’eux, recueilli par le médecin du monarque, Robert Darling Willis, est au musée de l' Université de Cambridge.



Regardez l'étiquette sur cette photo - si vous pouvez déchiffrer l'écriture :

"Pris dans la chambre du roi George III par le Dr RD Willis."



12. Vous ne voulez pas l'appeler : tête de mort ? En néerlandais, on dit : Doodshoofdvlinder ; en allemand, Totenkopfschwärmer; en espagnol, cabeza de muerto; en suédois, Dödskallesvärmare, en Italien la testa della morte... en Chinois : 狮身人面像的死亡头 autrement dit : Shī shēn rén miàn xiàng de sǐwáng tóu, (mais là je patauge) !

Tout les langues (ou presque) 

sont d'accord !





PS : Sans oublier "le berger mercenaire de Hunt" :



2 commentaires:

  1. Dommage que dans cet article bien ficelé vous ne faites aucune référence aux auteurs des photos et allez même jusqu'à rogner les images pour vous débarrasser des signatures. Je ne trouves pas ça très respectueux.

    RépondreSupprimer
  2. Merci de préciser le copyright de la photo initiale présentant les 3 Acherontia. Ça se fait. © Jean Haxaire

    RépondreSupprimer