lundi 19 novembre 2018

Merveilleux maïs

C'est encore la saison du maïs : certes, les champs non encore moissonnés paraissent moches, gris, tachés d'humidité, et ternes. Mais il suffit d'entrer dedans, de repérer les épis camouflés dans leurs feuilles, et de les ouvrir : dedans brillent les grains jaunes comme de l'or.






Il existe toujours une technique naturelle pour sécher les épis : oui ils contiennent encore beaucoup d'humidité, et celle-ci (souvent à 30%), doit s'évaporer : on accumule donc les épis dans un "cribs", de grands poteaux télégraphiques entourés de grillage, où la ventilation naturelle enlèvera peu à peu l'eau superflue. Le mot est d'origine anglaise, c'est un "coffre", un silo, où l'agriculteur conserve sa récolte, pour la monnayer quand les cours sont au plus haut.




Ainsi, pas besoin de gaz, pas de rejet de CO2, empreinte carbone nulle

Pour nous ici comme c'était le cas dans la milpa amérindienne, nous associons toujours 

les "trois soeurs"

courge ; haricot ; maïs






Si l'on donne le maïs aux canards, 

et que l'on met le canard dans la garbure, 

... avec des haricots tarbais,


... on obtient une garbure landaise

...mmmmmm...! ! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire