jeudi 1 novembre 2018

Temps de neù à Bossost

Comme tous les ans depuis sept ans, nous avons réservé chez Er Occitan. Vous n'allez pas me croire : ce matin la mer est à 20° sur la Costa Daurada, l'air à 16° ! Nous, comme l'avait prédit Météo-France, avons hérité d'une température de ... 1° ! On croirait la pluie ... non : il pleut de la neige fondue, pas si fondue que cela ! J'avais la veille pris la précaution de chausser des pneus neige. Nous sommes revêtus de notre tenue de ski, sortie de sa housse estivale. Des couvertures dorées comme on voit dans les feuilletons télé quand les gens sont choqués de froid. Téléphones chargés et tout ce qu'il faut pour appeler les secours... on part quand-même ! En réalité comme nous sommes sept nous avons pris deux voitures et roulons en convoi, prêt à secourir le prochain, technique utilisée par Citroën lors de ses excursions dans la neige, dans les années 30, les Parisiens n'ont aucune idée de ces précautions montagnardes.

ravitaillement en essence, le 95 à 1,369 €/l









En arrivant, la Garonne est grave en crue, on se demande si elle ne va pas envahir à nouveau Saint-Béat, mais notre position au premier étage nous rassure, manquerait plus qu'on doive nous rapatrier en kayak !




A l'intérieur, tout est calme, luxe, (chaleur) et volupté, Nuria nous accueille, Marcos entrevu par le hublot de la cuisine, aux fourneaux. Je réalise que je photographie les entrées et les desserts inscrits au menu, mais pas les plats de résistance, pas grave, vous allez voir de vos yeux. Comme nous sommes donc sept, chacun prend statistiquement, chacun des plats, notre longue expérience prévenant le risque de se tromper, chaque choix étant discuté, évalué, et soumis à une majorité experte. Je précise que malgré le temps, la carte est toujours celle dite d'été, et que la carte d'hiver prochaine, (à vrai dire dans quand-même un mois), n'est pas encore finalisée. Nous ne sommes donc pas surpris, et pouvons à loisir ou prendre la même chose que la dernière fois, ou expérimenter l'inconnu, ce que mon côté intrépide m'incite à tenter... je ne suis pas déçu.



le pain maison au maïs, ou fourré de tomate

on est toujours attaché aux mises en bouche, des olives fourrées de vermouth, et des feuilles croquantes à la tomate

crème de haricots tarbais, parsemée de croustillants morceaux de nez et oreilles de porc, ail mariné et piment d'Espelette

bien agréable par ce temps neigeux : soupe à l'oignon d'été, mais chaude, elle compense le froid dehors


la truite de Tavascan, la numéro 1 du menu

le Txitxarro dont je vous parlais une fois antérieure

quel regret de n'avoir pas choisi le foie gras, de petites lamelles découpées en tuyaux qui justifient le terme "laminé" bienvenu dans la description très complète du menu

clin d'oeil de Nuria qui s'amuse de me voir m'amuser

j'ai pris un collier d'agneau avec plein de jolies choses autour, dont des ris de veau entre autres


je retrouve la mémoire : un poisson délicieux dont Marcos a réservé la peau grillée, comme on le ferait pour un canard laqué



voilà du veau au curry...


et du thon quasi cru et ses petits légumes, cueillis avant la neige


je vais tenter de vous les mettre dans l'ordre :







choc de température à la sortie


retour prudent, 

repérage des radars pointant les passages à 70Km/H, par précaution on roule à 10 de moins que la nouvelle norme

ce ne sont pas les petites routes qui sont dangereuses...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire