samedi 31 janvier 2015

l'affrontement


rive gauche...de la Garonne !

Un affrontement plein d'humour entre Tim Farley, un vieux prêtre attaché à ses principes : c’est Francis Huster. Et Mark Dolson, Davy Sardou, un jeune séminariste, pur-sang fougueux, prêt à remettre en cause le conservatisme de l’Eglise.

Deux acteurs parisiens pour une seule pièce, rend facile le déplacement depuis Paris rive-gauche ! Ils ont emmené le décor dans un gros camion. J'imagine qu'ils dinent (et dorment) au Commerce ?

Première réaction dans la salle : oui, Davy ressemble à son père Michel ! Nous sommes venus en partie pour ça, la salle est pleine, comme d’habitude. Ici on va le dimanche à l’église, et quand Francis Huster prononce -« au nom du père, du Fils … », plusieurs spectatrices font le geste de se signer ! (les hommes restent imperturbables).







Il s'agit d'un voyage initiatique pour Mark Dolson, dont on s’aperçoit qu’il est vraiment inspiré par l’Esprit Saint. Et d'un retour aux sources pour Tim Farley, son mentor. Lui a pris l’habitude de composer devant son auditoire : un sermon pour être réussi doit dire aux fidèles ce qu’ils sont venus entendre, et surtout pas les déranger. Le critère ? Si ça tousse dans l’église, et si les missels tombent, c’est que l’auditoire s’embête, ou pire s’endort !

Peu à peu, ce qui était l’affrontement entre un professeur académique et un jeune protestataire, se transforme en une complicité père-fils de plus en plus émouvante.


La pièce est d'une brûlante actualité : pourquoi l'Eglise catholique refuse-t-elle encore aux femmes le droit de sacerdoce ? Alors qu’elle reconnait leur charisme, à telle enseigne qu’elles sont légion à être Saintes, le degré intermédiaire entre les prêtres et Dieu : même le Pape se prosterne devant elles ! Elles peuvent distribuer la communion mais pas la consacrer. Idiot !

Et pourquoi s'oppose-t-elle au mariage des prêtres ?

Maniant l'humour féroce et la tendresse humaine, la pièce oppose donc un prêtre irlandais, (amateur de whisky) à un jeune séminariste à la remuante ardeur de néophyte ! Le grand patron (on ne le voit pas comme tous les patrons) est un Monseigneur qui a le pouvoir de donner la prêtrise au jeune Davy, ou de l'exclure du séminaire. On verra qu’il est borné…comme peut l’être un vrai Chef (dans la vie ordinaire).


Une joute oratoire sans merci, entre deux Humains inspirés. Le dénouement est tragique (et imprévisible). La victoire sera à  la Foi (dont on sait qu’elle soulève les montagnes).

J’ai bien aimé la réplique : -« je vais chercher dans la prière la grâce de me vaincre… »

Ceux qui croient peuvent se référer au Psaume 34-19 :

"L'éternel est près de ceux qui ont le coeur brisé,


et il sauve ceux qui ont l'esprit abattu." 

interdit d'utiliser le flash : mon Lumix à vision nocturne m'a sauvé une fois de plus !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire