mardi 8 février 2022

Anniversaire chez El Portalet


 Vous avez compris que dimanche était jour d'anniversaire, comme tous les ans les 6 puis 14 février, et que nous étions à Bossost, sortis de chez Boya, la malle pleine d'huile d'olive, et autres tapas dont des olives (encore) farcies au jamon serrano, celles-là, je ne les connaissais pas ! En pratique, tout chez nous est anticipé, et nous avons pris soin de réserver chez El Portalet, histoire de changer.

Le ciel est bleu la montage est blanche de neige, la Garonne coule à débit normal la fonte des neiges sera pour après, bien que nous ayons au moins un mois d'avance : les violettes et jonquille sortent à la maison, et les processionnaires du pin ont commencé de couvrir de tissu blanc leurs nouveaux nids 2022. L'effet du réchauffement climatique est spectaculaire toute l'Europe est a la température du printemps ! 





nous arriverons à notre heure habituelle parmi les premiers, mais les Français arrivent en foule après nous, remplissant les grandes tables familiales


Nous sommes accueillis par la fille de l'ancien propriétaire que je vais saluer, assis tout seul près du bar, à son grand-âge il ne me voit pas et ne m'entend plus, mais il peut être fier de la transformation de son établissement, très sympathique, un service féminin discret et attentionné, la sommelière nous conseille trois vins successifs, du blanc comme toujours, un Granit (au goût de pierre évidemment) de Mont Sant, décidément, les viticulteurs restent les derniers croyants ! puis un Picapoll blanc Pla de Bages ;  enfin un Herencia Altès, oui, vous comptez bien, nous sommes quatre, dont un qui fait "oncle Sam", c'est moi, je conduis et suis impitoyable avec moi-même. Reste trois, trois bouteilles, ce n'est pas chez Orpéa que l'on aurait droit de boire ainsi le dimanche en payant 6000 Euros par mois, il faut en profiter avant le pire, toujours susceptible d'arriver qui sait ?

Délicieux, dressage impeccable, raffiné, et esthétique, je vous fais défiler quelques photos
je sais d'expérience qu'il n'y a rien de plus frustrant que voir sans déguster,
mais si vous résidez dans nos territoires éloignés
facile de réserver !



la Puntalette ?

de quoi saliver : joue de morue (en ce moment, c'est du skrei (1 ) ; poulpe et queue de boeuf :

terra i mare

n'oubliez pas qu'avant le hors d'oeuvre il y a les mises en bouche :

on dit : "articulandos"



le Granit avec les articulandos en guise d'apéro




et voici Puntalette


la joue de Skrei, dessus quelques poulpes des Pyrénées, et la queue de boeuf...cuisine d'auteur, Josep Gregorio !

l'éclat d'argent de la sardine

après l'entrée, on entre "en résistance"


le cochon de lait réunit terra (le cochon-tout-est-bon) i mare (les noix de St Jacques)



si l'on préfère un turbot, facile à trouver dans ces montagnes enneigées, pas de souci


par contre il faut une seconde bouteille... et puis il faudra la troisième



la troisième aide à se désaltérer ... quand arrivent les desserts


je commence par le biscuit à la ricotta :


la glace à la camomille verte : quasi un alicament ! 

chocolat et framboise, les couleurs qui flashent

fruits rouges et Chantilly, comme à Paris

si l'on souhaite des amusements post repas, 

il faut commander le café pour les avoir avec


Happy birthday to You !


c'était bien ! 

je pense à ce Grand-Chef-parisien faisant la manche à la télé, au début de la pandémie

je n'aurai jamais les moyens de venir déjeuner à sa table

(il s'agit de François Piège)

-"vous vous rendez-compte geignait-il pendant le confinement ! je perds de l'argent à cause du covid ! il faut absolument que l'Etat paye mes employés pendant la fermeture !  (ce qui sera fait par Bruno Lemaire, comme pour tous les commerces "essentiels"...) ensuite, ajoutait-il, il faudrait me virer dix mille Euros par mois (pour boucler mes fins de mois).... je suppose que cela a été fait rubis sur l'ongle...koikilenkhôute ... pendant le même temps, les étudiants fauchés étaient bien moins essentiels !

... et il ajoutait, désespéré...

"et pour moi ce qui est terrible, ce n'est pas d'avoir un restaurant ...

... mais d'en avoir ... cinq : il faut quintupler la mise ...! "

je n'irai jamais manger chez lui

(peut-être pourtant ai-je participé à son (exemplaire) réussite par mes bien modestes impôts ?



je sais gré au Portalet de m'avoir accueilli en terre étrangère,

sans masque, sans pass, sans prélèvement social ni sociétal...

... et avec le sourire






PS (2) : les dernières fois :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire