mardi 10 novembre 2020

Les champignons d'Hélène




Nous sommes dimanche, la Halle aux Grains est ouverte, du moins le matin, et offre (gratuitement) une aubade aux consommateurs, dûment autorisés (par dérogation) à faire ce geste essentiel : prendre le risque (sanitaire) de se déplacer pour acheter ... des champignons. Je suis déjà venu la veille samedi, j'ai immédiatement accroché au stand de (la-belle) Hélène, et vous allez comprendre pourquoi je suis revenu ce matin : Hélène est Parisienne, du moins d'origine, et je salue son désir (accompli) de quitter la capitale ; de créer une épicerie fine ; de vendre des produits de Gallice, surtout après avoir rencontré le bonheur ... il s'appelle Enric, originaire du Val d'Aran ... un Aranais, je conçois que cela puisse faire succomber une ex-parisienne !




En pratique, comme il m'est interdit de chercher les champignons moi-même en forêt (dépassant le rayon de 1 kilomètre), je vais à la Halle gourmande, où j'ai l'autorisation d'acheter, écoutez bien : des girolles (très fermes, goûteuses, superbes) ; des cèpes (ce matin donc) ; ce qu'Hélène appelle des "amanites", je suppose que ce sont des oronges de Gallice, (pas tout à fait de la même couleur que les nôtres qui sont orangées). ; et des lactaires, nous n'en mangeons pas (les Français ont des préjugés, pas forcément justifiés, c'est comme ça) !

Je reviens en vélo (c'est le moment de préparer le monde d'après pour autant que le monde de maintenant tienne le coup) avec mon kilog sur le dos, et nous allons renouveler le bonheur d'hier de nous "taper" une poëllée de cèpes ce soir, façon de rentabiliser notre situation géographique loin de la grande ville.



La Nature est ainsi bien faite que périodiquement, elle présente les champignons du moment, décalés toute l'année : morilles ; rosés des prés ; coulemelles et coprins ; girolles ; et cèpes de toutes formes. Le must sera évidemment la fin de l'année, quand sortira la truffe d'hiver, jusqu'ici j'ai toujours réussi à en dénicher une belle, qui valorisera un Jour-de-l'an-confiné, ça je le crains.

J'ai comme nous tous du mal à comprendre ce qui est autorisé (l'essentiel) et interdit (les librairies) en cette période de semi-confinement. J'ai de la chance : les cèpes sont donc essentiels !

Nous sommes dimanche, je n'ai pas eu le courage de vérifier si la messe dominicale avait lieu

Je sais par contre que la Halle gourmande est ouverte

Je vous engage à manger des champignons

les champignons d' Hélène !



tous les dimanche matin



même un mec peut offrir à sa meuf un repas fin du dimanche (ou tout autre jour)

chers mecs amis : soignez votre moitié !
les gourmandises du jardin, c'est Hélène : vous commencez par des girolles. Ensuite une terrine en gelée de poulet de Picabea, avec une salade. Un fromage de la crèmerie du Comminges. Pour le soir, vous offrez à votre meuf (au lit) un Rocher praliné d'Aztek', elle fera ensuite ce que vous lui demanderez ! 

on peut aussi commencer par des cèpes (le blanc c'est l'ail)

deux merveilles : la fameuse terrine de poulet en gelée... et le jambonneau (en gelée) de Bernard...!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire