dimanche 5 juillet 2020

Les vitraux d'Arnaga


Je vous avais promis de vous emmener à la villa d'Edmond Rostand à Cambo, mais plutôt que vous montrer comme tous les visiteurs la décoration et les jardins, je me concentrerai sur les vitraux. Edmond savait très bien ce qu'il voulait, dessinait même des esquisses, mais s'arrêtait là, car cela dépassait ses compétences : il s'adressait à son architecte et ami Albert Tournaire, et lui laissait le soin de passer à la suite : cela supposait une fois encore un dessinateur, qui inventait un projet (INV en latin signifiant inventit, il inventa). Puis un dernier artiste verrier exécutait, PINX signifiant pinxit, il peignit, (ce qui fonctionne pour un peintre, mais on dit de même pour un sculpteur ou un maitre-verrier).

Je trouve une aide indispensable dans le travail de Marie Barace, érudite et documentée, qui a tout compris et le montre avec la dédicace de son mémoire : "c'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière" ! On dirait du Saint Jean le Baptiste, mais c'est d'Edmond Rostand, dans Chantecler, le coq !

un dialogue surréaliste entre Chantecler le coq, et la faisane, il l'aime...

"Ils croient à la clarté dès qu’ils peuvent la voir.

LA FAISANE.

Ils chantent dans du bleu...

CHANTECLER.

J’ai chanté dans du noir.

– Ma chanson s’éleva dans l’ombre, et la première.

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière !

LA FAISANE, indignée.

Chanter en même temps que toi !...

CHANTECLER.

Ça ne fait rien.

Leurs chants prennent du sens en se mêlant au mien ;

Et ces cocoricos tardifs, mais qui font nombre,

Hâtent, sans le savoir, la retraité de l’ombre.

Droit sur le tertre, il crie aux coqs lointains.

Oui, tous" !...


La première chose qui frappe dans la bibliothèque, c'est le vitrail en oculus, l'arbre de vie, conçu donc par le peinture Henri-Camille Danger, l'auteur du Fléau que je vous ai présenté le 11 mai dernier, et réalisé par Louis Trézel, de Levallois Perret, auteur des vitraux du Bouillon Julien (PS:1&2)






Je me mets très bien à la place d'Edmond Rostand, qui pense tout de suite à Adam et Eve, au pied de l'arbre de vie


Seulement, il faut passer à l'exécution, ce qui est moins facile : Danger fera sauter les personnages, et ne gardera que l'arbre. Cet arbre est un sujet classique chez notre ami américain Tiffany, le créateur des verres américains qui font un tel tabac à l'époque, et que l'on peut admirer en lampes :






on devine que Jean Rostand, que je vous ai montré un vulcain à la main, a trouvé dans cet écosystème l'origine de sa vocation de biologiste












toi qui viens partager notre lumière blonde ...

ces vers j'espère prennent une nouvelle résonance pour vous ?




PS (1) Danger peint le Fléau :

PS (2) : la verrière du Bouillon Julien :

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    J'étais en train de préparer un article sur Louis Trézel et le vitrail de la bibliothèque pour un journal local quand je suis tombée sur votre blog ! Je cherchais une photo du vitrail libre de droit, n'ayant pas accès à la villa dans ce contexte si particulier et n'ayant malheureusement pas conservé mes photos personnelles autrement que sur papier. Merci d'avoir si gentiment cité mon travail. Je ne m'y attendais pas du tout en rentrant ici via Google images !
    Les photos de votre article vous appartiennent-elles ? Accepteriez-vous de les partager avec moi ? Je cherche un onglet contact, mais je ne le trouve pas.
    Marie (marie.barace@hotmail.fr)

    RépondreSupprimer