mercredi 8 juillet 2020

Les quatre nus de Sanyu

Cette histoire se passe aujourd'hui ! 

aujourd'hui, nous sommes à Hong Kong !

chez Sotheby's 

Sanyu (常玉) est un peintre franco-chinois né le 14 octobre 1901 à Nanchong, dans le Sichuan, et mort en 1966. Il s'est installé à Montparnasse dans les années 1920. Il fait des études en France et devient l'ami de Henri Matisse. Il est enterré au cimetière de Pantin (93). dans la 92e division.


Sa famille possède l'une des plus grandes fabriques de soieries du Sichuan, dirigée par son frère Chang Junmin, de trente-sept ans son aîné. Celui-ci, reconnaissant son intérêt pour l'art, l'encourage et la richesse de la famille lui permet de s'y consacrer entièrement. Il étudie à la maison, notamment la calligraphie avec Zhao Xi (1877–1938) et la peinture avec son propre père. Il étudie ensuite à l'université à Shanghai.

trois nus
En 1919, il se rend au Japon, puis, l'année suivante en France. Contrairement à la plupart des peintres chinois contemporains, il décide de s'y établir. Il habite d'abord Paris, puis déménage à Malakoff avec son épouse. Après son divorce, il revient à Paris, dans le XIV arrondissement. En 1943, il s'installe rue de la Sablière où il résidera jusqu'à sa mort.

quatre nus

ici les quatre nues sont posées sur un tapis d'or

Ce qui frappe ses admirateurs, ce sont les nus de Sanyu, et sa place dans l’histoire de l’art moderne, surtout après que Sotheby’s à Hong Kong ait établi le nouveau record des enchères avec 198 millions de HKD à l’automne 2019. En fouillant suivant mon habitude sur le catalogue de Sotheby’s Hong Kong, je tombe sur le lot 1024 : Quatre nus, un tableau de la même période, qui peut être le plus séduisant des nus de Sanyu et une œuvre qui perpétuerait sûrement ses mythes.

Mais il y a plein d'autres nus, et selon les bourses, on peut commencer par un nu, pour terminer avec cinq au moins ! Je plaisante !






Sotheby's publie comme à l'accoutumée un long commentaire. J'en ai retenu cet extrait : "Au moment où il peint Quatre nus, Sanyu crée aussi Trois nus, qui est un tableau un peu plus petit avec une composition similaire de trois femmes nues, et un quatre nus plus tard (95,5 x 125 cm). La comparaison des Quatre nus à ces deux œuvres montre que la composition de Trois nus a employé des méthodes plus réalistes, de sorte que nous pouvons supposer que c’était le plus tôt des trois. L’arrière-plan des Quatre nus (95,5 x 125 cm) est vierge, en concentrant l’attention sur les contours des membres des femmes. Cette itération de Quatre nus est une grande synthèse de Trois nus et Quatre nus (95,5 x 125 cm), trouvant un équilibre dans le traitement du cadre entre un espace concret et un vide. Le décor fait ressortir les chiffres, puis laisse au spectateur un espace riche et imaginatif. De là, on peut supposer que, de toutes les œuvres que Sanyu a créées au cours de sa vie, Quatre nus est le seul chef-d’œuvre qui faisait partie d’un ensemble de trois peintures à l’huile achevées, ce qui montre combien l’artiste appréciait Quatre nus".


Dans le même style, les nus de Sanyu sont réduits à la portion congrue (je rime !) :















un clin d'oeil à Léonard !


vous avez retenu ? 

Sotheby's aujourd'hui 8 juillet ... 

...nous sommes à Hong Kong !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire