vendredi 10 juillet 2020

Eulalie de Mérida (1)

Je réalise tout à coup être descendant de Gaulois, (réfractaires dit le Président) asservis par les occupants Romains. J'exige donc d'eux, les Romains, plus largement les Italiens, qu'ils mettent un genou à terre, et se repentent (de manière ostentatoire) des fautes de leurs ancêtres : à l'époque des occupations gauloise et pire encore ibérique, les occupants avec à leur tête leurs chefs militaires arrêtaient des enfants, jeunes, filles comprises, douze ans, et leur demandaient d'abjurer leur foi chrétienne. Si ils, ou elles refusaient, ils ; elles étaient mar-ty-ri-sées !

Mérida, le théâtre antique

Prenez Just et Pastor, martyrisés à Alcalá de Henares, près de Madrid, vers 304, pendant les persécutions ordonnées par Dioclétien, et dont les reliques ont été transportées plus tard à Valcabrère

J'apprends qu'il en a été de même avec une jeune fille de douze ans, Eulalie, vivant à Mérida, connue pour son aqueduc et son théâtre préservés !

ne faut pas confondre avec ste Eulalie de Barcelone, une jeune gardienne d'oies du village de Sarrià qui souffrit le martyre à l'époque romaine. La légende raconte que la jeune fille fut exposée nue sur le forum de la ville et qu'une miraculeuse chute de neige, en plein printemps, vint pudiquement la recouvrir. Furieuses, les autorités romaines décidèrent de l'enfermer dans un tonneau planté de couteaux et empli de verre brisé et de clous, et de lancer le tonneau dans la pente de la rue Baixada de Santa Eulàlia, Descente de Sainte Eulalie. Une chapelle lui est consacrée dans la cathédrale de la Ste Croix à Barcelone. Son chef est dans un reliquaire exposé dans l'église ste Eulalie ... de Montpellier. !



Lors de la grande persécution du début du IVe siècle, la Gaule fut relativement épargnée - on se contenta de détruire les lieux de culte et les livres saints -, il n’en alla pas de même pour l’Italie et l’Espagne. En effet, sur la Gaule régnait le César Constance Chlore, le père de Constantin, le premier empereur romain chrétien. Si Constance est un adepte des cultes solaires, il semble bien que sa seconde femme Théodora fut une chrétienne ou très proche de ces milieux religieux. N’a-t-elle pas appelé une de ses filles Anastasia (résurrection en grec). C’est peut-être elle qui a atténué la portée des mesures décidées par Dioclétien contre les chrétiens et, de fait, il n’y aura quasiment pas de martyrs en Gaule au IVe siècle. Il y avait eu cependant en 177 Blandine et ses compagnons à Lyon, Saturninus, notre Saturnin de Toulouse et quelques autres en 250 lors de la persécution de l’empereur Dèce.

Ste Eulalie, Born, (Landes)

L’Italie et l’Espagne étaient tombées dans le lot de l’empereur Maximien, un militaire sorti du rang, originaire de Thrace. Ce dernier appliqua scrupuleusement les quatre édits de persécution qui lui parvinrent de la cour de Dioclétien, n’hésitant pas le cas échéant à s’attaquer à des païens qui protégeaient des chrétiens. Il s’agissait de rétablir l’ordre moral et les valeurs traditionnelles que les disciples du Christ perturbaient et contestaient.

Ste Eulalie, Bordeaux

En Espagne, un groupe de 18 chrétiens est exécuté à Saragosse mais trois d’entre eux, Caius, Crementius, et une femme, Encratis, survivront aux tortures selon le témoignage du poète Prudence : "C’est ici encore, Encratis, que reposent les reliques de tes vertus, ces vertus grâce auxquelles tu as, vierge impétueuse, infligé tant d’opprobres à l’esprit d’un monde sauvage. Il n’est arrivé à aucun des martyrs d’habiter encore sur notre terre en restant en vie. Toi seule, survivant à ta propre mort, tu continues à vivre dans notre propre monde".... . Bien que le glaive jaloux du persécuteur t’ait refusé le coup de grâce, tu possèdes cependant, ô martyre, la couronne d’un supplice complet comme si tu avais été tuée. Nous avons vu étendue à terre loin de toi une partie de ta chair, arrachée par la pression des ongles de fer : quelque chose de toi a été la proie de la pâle mort pendant que tu étais encore vivante". Horrible, pire que les exactions de la colonisation ! Le diacre Vincent fut conduit à Valence pour y être mis à mort. Plusieurs soldats sont décapités pour l’exemple comme à Alcala de Henares ou à Calahorra. La plupart de ces martyrs hispaniques sont célébrés par le Péristéphanon (« Sur les couronnes ») un long poème de cet auteur espagnol, Aurelius Prudentius Clemens, poème rédigé au tout début du Ve siècle.



Le Poème III de Prudence constitue le plus ancien témoignage sur Eulalie d’Emerita (Mérida).

Voilà Eulalie dont je voulais vous parler

Appartenant à la noblesse de la ville, ses parents se sont retirés à la campagne au début de la persécution comme le conseillaient les pasteurs des communautés chrétiennes. Cependant la jeune fille, âgée d’une douzaine d’années, se rend à Mérida pour y affronter le gouverneur, Datianus - attitude téméraire que l’Eglise réprouvait fortement par ailleurs. Arrêtée, torturée, elle est finalement conduite au bûcher, ou plus vraisemblablement, elle meurt sous la torture si l’on s’en tient à la version de Prudence : "Puis voici la dernière torture. Le bourreau ne la blesse plus en déchirant sa chair jusqu’aux os ; il ne laboure plus sa peau ; mais de tous côtés la flamme des torches fait rage contre ses flancs et sa poitrine. Ses cheveux à la douce odeur avaient glissé sur sa gorge et flottaient sur ses épaules, pour que cette parure de la tête, en s’étendant sur elle, servît de chaste voile à la pudeur et à la beauté de la vierge. La flamme qui pétille vole jusqu’à son visage ; à travers la chevelure elle s’empare impétueusement de la tête, et en dépasse le sommet. La vierge qui désire un prompt trépas, recherche le feu et l’aspire. Et voici que soudain s’élance une colombe que l’on voit, plus éblouissante que la neige, sortir de la bouche de la martyre et s’envoler vers les astres. C’était l’âme d’Eulalia, blanche comme le lait, légère, innocente. Le cou s’incline, une fois l’âme partie ; le feu du bûcher s’éteint ; les membres sans vie jouissent enfin de la paix ; l’âme, dans le ciel, pousse un cri de triomphe, et gagne à tire-d’aile les domaines d’en haut ".

Selon sa Passion, elle mourut le 10 décembre, très probablement de l’année 304. Saint Augustin lui consacrera une homélie le jour de sa fête au début du Ve siècle, signe de la popularité de son culte, et Hydace de Chaves (Portugal), relatera encore un des miracles de la sainte qui s’opposa en personne à un roi wisigoth dans sa Chronique. Il existe une Sainte Eulalie dite de Barcelone, mais elle n’est probablement qu’un doublet de la jeune martyre de Mérida, n’apparaissant dans la littérature hagiographique qu’au VIIe siècle.

Et voilà la littérature



La Séquence (ou Cantilène) de sainte Eulalie, composée vers 880, est vraisemblablement le premier texte littéraire écrit dans une langue romane différenciée du latin, une romana lingua marquée par d'importants changements phonétiques et morphosyntaxiques. Il constitue un document paléographique majeur « plus proche vraisemblablement de la langue courante de cette époque que le texte des Serments de Strasbourg». Il s'agit donc d'un témoignage précoce de la langue d'oïl.


Cette séquence raconte le martyre de sainte Eulalie de Mérida et se termine par une prière. Elle s'inspire d'une hymne du poète latin Prudence qu'on peut lire dans le Peri stephanon. C'est un poème de 29 vers décasyllabes qui se terminent par une assonance, par exemple inimi et seruir.




Depuis la découverte du texte en 1837 par Hoffmann von Fallersleben, la Séquence a soulevé de nombreux débats, notamment sur le sens énigmatique de son quinzième vers. On s’accorde aujourd’hui à dater le codex du début du IXe siècle et à l’attribuer à un atelier lotharingien. Aucun élément, paléographique ou autre, ne permet toutefois de conforter cette conjecture.

Pourquoi je vous parle de tout cela ?

Je viens de visiter l'église consacrée à Eulalie

elle n'est ni à Mérida ; ni à Bordeaux ; ni en Italie

elle se trouve à Soueich

dans l'église sur la rivière Ger, pas loin du café du pont, le pont qui franchit le Ger

je vous la montre demain !




la plus magnifique des Eulalie, (pour moi,) est ce tableau de John Willliam Waterhouse
la colombe blanche, au milieu des pigeons, n'a pas été oubliée



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire