lundi 1 octobre 2018

La semaine romaine d'Orbe-Boscéaz-Suisse ! (1/3)

le site est dans les champs de Boscéaz, rien ne subsiste


Ce n’est pas toujours à Rome que l’on retrouve les plus beaux vestiges romains ! Tenez par exemple, la villa d’Orbe-Boscéaz, dans un site archéologique de Suisse, situé sur le territoire de la commune vaudoise d'Orbe, canton de Vaud : quatre pavillons abritant le plus riche ensemble de mosaïques romaines de Suisse. Cet ensemble provient d'une villa gallo-romaine construite entre le premier et le IIIè siècle, peut-être en l'an 170, et comprenant en particulier des thermes privés et un temple dédié à Mithra.


Les premières mosaïques ont été découvertes en 1841, celles du Triton et du Labyrinthe en 1845 (cette dernière étant redécouverte en 1930), celle des Divinités et celle à Feuilles de lauriers en 1862 (oubliée ensuite jusqu'en 1925), et enfin celle d'Achille sur l'île de Skyros en 1993. Les premières fouilles scientifiques ne sont menées qu'en 1896, conduisant au classement du site comme monument historique en 1900. En 1976, des photographies aériennes révèlent l'étendue de la villa sur plus de 200 mètres de long, entourée d'un domaine de 16 hectares.


Pour trouver des photos, facile de se rendre sur le site. Mais là, déception, pour encourager les visites, on trouve peu de documentation. Comme il m’arrive parfois, je suis sauvé par le restaurateur, qui pour réaliser un travail remarquable, s’entoure de photos, avant, (peu visible, abîmé, décevant), et après : remis à neuf, quand vous savez comment travaillent les Suisses, c’est époustouflant !


Je découvre que ce que les profanes nomment : « mosaïque des divinités », est bien plus complexe que ce simple titre : Il y a les jours de la semaine ! Les sept, représentés effectivement par 7 tableaux, inclus dans une plus grande mosaïque qui, au-delà des jours de la semaine proprement dits, évoque d'autres thèmes, les saisons !

Elle se trouve dans le pavillon 4 : c’est la mosaïque 8 : Ornant une pièce de repos appartenant à l'aile thermale, cette mosaïque est l'une des plus belles et aussi l'une des mieux conservées du site. Les divinités de la semaine (Luna, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus, Saturne, Sol) sont représentées dans des médaillons hexagonaux, de même que différentes figures mythologiques (Tritons et Néréides, Ganymède, Narcisse). Les angles sont occupés par le buste des saisons et les bords par des scènes de chasse.

Voici le détail :

Gloire à Vénus (vendredi) en plein centre, les autres jours autour


Je vous dois une autre explication. Elle part de la numérologie, science constante dans l'antiquité, que nous avons quasiment oubliée : la semaine comprend 7 jours, depuis que les mésopotamiens, constatant que le nombre 7 ne pouvait s'exprimer de façon convenable dans leur système sexagésimal, en avaient déduit que ce nombre représentait un caractère maléfique. Il ne fallait donc pas travailler le dernier jour de la semaine, pour ne pas mécontenter les Dieux. Le principe du sabbat, et du dimanche, trouve là son origine. 

Au même moment, les Sages de l'époque observaient sept planètes visibles, et les mésopotamiens en avaient déduit que seul Dieu avait pu créer ces sept Luminaires, ou astres errants, mus d'un mouvement régulier. Au nombre 7 fut donc attribué le sens de la perfection de la volonté divine et de sa lumière. Il sembla donc fondamentalement juste que chacun des jours de la semaine soit mis sous la protection d'un Luminaire, eux-mêmes classés selon leur distance à la terre : La lune ; puis Mercure, Vénus, le Soleil, Mars, Jupiter et enfin Saturne. Si je les positionne dans un cercle tournant dans le sens des aiguilles d'une montre, cela donne ce schéma :


Quand je vous explique Valcabrère, je cite Jean-Paul Lemonde, Ingénieur civil des Mines, dans son livre : "l'ombre du poteau et le carré de la terre" (comment décrypter les églises romanes et gothiques), et là je suis page 43. Cela devient un peu compliqué car après le chiffre 7, arrive le 4, le carré parfait qui représente la Divinité. (Ainsi que les 4 éléments, les 4 saisons, les 4 points cardinaux) ... Ce qui fait (et les mésopotamiens sont toujours là), que quand ils nomment les jours rattachés aux planètes, ils commencent bien par Luna = Lundi. Mais ensuite ils sautent 4 planètes et mardi se retrouve sous les auspices de Mars. Ainsi de suite : mercredi = Mercure ; jeudi : Jupiter ; Vendredi : Vénus, samedi : Saturne, et dimanche, c'est le soleil. De manière mnémotechnique, nos mots reprennent la première syllabe du Dieu mythologique.


c'est étudié pour : 

nous sommes samedi = Saturne !

vous comprenez (enfin) que les jours de la semaine sont rattachés aux planètes visibles, 

elles-mêmes représentées par des Divinités, grecques, puis romaines !

il fallait se rendre en Suisse pour le voir (et le croire)

Lundi :
C'est donc Luna (en grec Selene), la déesse de la lune. La déesse conduit un char à deux chevaux et est couronnée du disque de la lune.


Mardi :
C'est le dieu Mars (en grec Ares). Il est équipé d'une lance, d'un casque et d'un bouclier, et il est assisté par les dieux Peur (Latin : Pavor, Grec : Phobos) et Victoire (Latin Victoria, grec Nike). La mosaïque place mardi au centre : pourquoi ? J'avoue n'avoir pas de réponse ! Au-delà des 7 jours, vous observez 6 autres médaillons. Je vous en agrandis quelques uns dans le prochain billet.



Mercredi :
C'est le dieu Mercure (grec Hermès). Il chevauche un bélier en or, porte un bonnet ailé et tient à la main la baguette du héraut (caducée).



Jeudi :
Voilà enfin Jupiter (Grec Zeus). Le dieu chevauche un aigle et tient un bâton royal et la foudre dans ses mains.


Vendredi :
C'est la déesse Vénus (l'Aphrodite grecque). Elle est portée sur un tabouret par une paire de Cupidon ailés (grec Erotes).


Samedi :
Le dieu Saturne (grec Cronus). Il est porté par deux dieux ailés sur un tabouret.


Dimanche
C'est le dieu-soleil Sol (en Grec Helius). Il conduit un char à quatre chevaux et est couronné de l'auréole brillante du soleil.



Je m’arrête là, pour aujourd'hui,

...vous vivrez désormais les jours de la semaine autrement...

mais il y a d’autres merveilles, dans l'Antiquité :

demain !


(à suivre)


PS : Aion et le temps...qui passe !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire