samedi 13 octobre 2018

Eve et le serpent à Baltimore


Pas facile de voir cette étonnante céramique : contrairement à ce que l'on pourrait penser de prime abord, elle n'est pas à Florence. Ni dans le cloitre de la Chartreuse de Galluzzo abondamment décoré par l'artiste Giovanni della Robbia. Mais à Baltimore, dans le Walters Art museum (1).



les blasons sont décrits PJ1

Notre Giovanni n'est pas né hier puisque ses céramiques datent de 1515, voyez il n'y a pas que Marignan.
Flore, du même Giovanni

Le nom anglais Eve est dérivé du mot hébreu Hevia. Clemens Alexandrinus avait dit que le nom Hevia signifie : "femme-serpent".

Le nom d' Eve est lié à la même racine arabe qui signifie à la fois "vie" et "serpent", et les Perses ont appelé la constellation Serpens " la petite Ava", c'est-à-dire Eve, titre que lui donnent encore les Arabes.

Dans les annales Mexicaines, la première femme, « la femme de notre chair » est toujours représentée comme accompagné d'un grand homme serpent.

Vous vous souvenez la Génèse : le serpent était la plus rusée de toutes les bêtes sauvages que YHWH-Yavé autrement dit Dieu avait inventées. Il dit à la femme : « Alors, Dieu a dit : « Vous ne mangerez d’aucun arbre du Jardin ? » » La femme dit au serpent : « Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin, mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit « Vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas ; sinon vous mourrez.»  Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux se dessilleront et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal." » 

La femme vit que l’arbre était bon à manger et qu’il était agréable aux yeux, et qu’il était, cet arbre, désirable pour acquérir l’intelligence. (Genèse 3,1-6). La suite de l'histoire, que je vous ai montrée sur le chapiteau de la Collégiale, c'est que Eve tend la pomme à Adam, histoire de ne pas se mouiller, en cas de quelque chose...! Adam désireux de faire plaisir à sa meuf la croque...se ravise, se dit qu'il est en train de se faire avoir...et recrache, en se bloquant la gorge de la main, au risque d'étouffer... trop tard...!



Dans la représentation de della Robbia, le serpent présente un visage de femme, étonnamment ressemblant à celui d'Eve.





Je vous montre par comparaison la même scène sur les murs de Notre Dame de Paris :


sachant que Michel-Ange avait lui aussi donné une apparence féminine au serpent


A Saint-Bertrand de Comminges pareil, le serpent est une fille ! :


ne racontez surtout pas à votre moitié 

que les femmes ont des points communs avec les serpents

elle vous tue ! ! 

ou vous fait virer du Paradis



PS 1 : la notice du Walters Museum : elle explique les blasons situés dessous :


je vous l'ai laissée en Anglais :

The first two humans are depicted with ideal bodies that recall ancient marble sculptures. The snake has a woman's face that resembles Eve's. During this period, women were often described as untrustworthy, and this negative idea is reflected in the gender of the face of the snake. The primary visual source for the compostion is an engraving representing Adam and Eve by the German master Albrecht Dürer and dated 1504. Besides the figures, the engraving features a dense wall of forest foliage that has been taken over by the sculptor to create a rich backdrop in relief for his figures. The German master populated the underbrush with a variety of animals, which in the sculture have been greatly reduced in number. Nevertheless, there is one detail that has tantalized scholars. The tall plants with yellow heads of grain have been interpretated by some as corn or maize from the Americas. This would indeed be remarkably early for their inclusion in European imagery; nevertheless, recent techncal examinations have concluded that the passages where this appears to be the clearest is in fact a replacement from the 1800s. The inscription on the base indicates that this is one of the many works of art made in Florence to celebrate the triumphal entrance of Pope Leo X, a member of Florence's Medici family, into the city on November 30, 1515. 

The central coat of arms is the pope's. To the right is that of the Salviati family, and to the left is that of the Buondelmonti family, demonstrating their support of the pope. For several generations, the artists of the Della Robbia family in Florence were noted for the production of brightly colored, glazed terracottas, often produced for architectural settings.


Cette visiteuse de Baltimore porte des lunettes : Eve est éternelle !

PS 2 : dans son blog, Jean-Yves Cordier évoque les femmes-serpent-de-la-tentation des églises bretonnes, notamment à 29 Sizun, "la diabolisation d'Eve, ou la féminisation de Satan"




PS 3 : entre-parenthèses, je recommande la visite du musée de Baltimore : il y a tout l'art de la vieille Europe ...

... et même des papillons !

les papillons d'Europe en haut à droite



PS 4 : le mythe d'Eve est éternel : la dernière personnification ? Caroline Vigneaux  !

Elle est intelligente, ancienne avocate, avocate toujours. Elle est drôle. Elle est blonde !
Avec elle, le python n'a qu'à bien se tenir !

quant à Adam... viré ! elle n'a aucun besoin de l'avoir dans les pattes !
Palais des Glaces, à partir du 2 octobre !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire