lundi 24 février 2020

Que faire de nos églises ? Bagnères de Luchon

Je vous ai promis de vous montrer nos églises : je poursuis mon périple, intrigué par cet article dans Paris-Match : oui pour recycler nos lieux de culte, on les transforme en complexes luxueux, le but étant d'accueillir les touristes, recherchant l'esprit-Saint ...(humour) :


On ôte les vitraux qui créent trop d'obscurité, on doit j'imagine enlever l'autel, mais on met à la place un lit orienté vers l'Orient pour pouvoir dormir en paix, tout cela me gêne quelque part et pourtant, voilà une façon imaginative de conserver nos églises désertées..!


Longtemps que nous n'étions pas allés à Bagnères de Luchon, qui doit à grands renforts d'hélicoptères aller tracter la neige là-haut, la pelleter dans des filets, et l'étaler plus bas. Le centre-ville est occupé de skieurs lourdement harnachés, tenue glaciaire sur le dos (qu'ils doivent avoir chaud) skis sur les épaules (attention quand ils font demi-tour de ne pas se faire casser la tête). Tout ce monde à midi se réfugie dans la tute, la Tute c'est la tanière de l'ours, c'est là qu'il sort d'hibernation, la maman avec ses oursons pondus ces dernières semaines. Tout cela écrit sur une BD servant de serviette, joliment dessinée par Julien Vergne



Une fois mangée la truite pêchée dans la rivière et dûment dégelée, que faire ? Il est pile quatorze-heures, passer au joli Musée de LVCHON, admirer les grandes toiles de l'entrée, la vue de Paris par Jean-Baptiste-Antoine Guillemet, les quais des usines de Rouen, oui Rouen ! par Victor Binet, et saluer les superbes plaques de marbre portant les noms illustres : Maurice Govrdon ; Pierre de Gorsse ; Lézat et son plan-relief sur lequel je reviendrai bien sûr ...







... et je me décide à entrer dans l'église, elle est ouverte !

dédiée à Notre Dame de l'Assomption


les litanies de la Vierge : Ces toiles rassemblent un ensemble de 83 personnages dont plusieurs sont des personnalités luchonnaises : deux moines agenouillés sont incarnés par le curé Vidaillet et l'architecte Loupot. Le maire Charles Tronc est un saint près de l'encadrement. Sainte Catherine est Mme Cazes elle-même. L'ange portant des pains bénits était la « Piguette », une fille de bains de l'établissement thermal,




le couronnement de la Vierge

Les fresques sont l’œuvre du peintre Romain Cazes, disciple d’Ingres. Romain Cazes, pseudonyme de Jean François Étienne Joseph Victor Cazes, né le 21 août 1808 à Saint-Béat, est mort le 13 septembre 1881 à Saint-Gaudens, vous pensez si je me sens concerné ! Au début de sa carrière, Romain Cazes, offre au curé de Montauban-de-Luchon deux dessins empreints d’un profond sentiment religieux. Quelques années plus tard, alors que le peintre est en convalescence à Luchon, l’abbé n’ayant pas oublié le talent de son jeune ami, lui demande d’orner de peintures et de fresques l’église de Saint-Mamet alors en reconstruction. Au vu de la qualité de cette œuvre il est ensuite demandé à Romain Cazes de composer les fresques de l’église de Luchon, suivront celles des Thermes. Après 4 années de travail de 1852 à 1856, ces fresques forment trois grandes compositions : le Couronnement de Marie, les Litanies de la Saint Vierge et la Divine Liturgie. Le projet de décoration de l’architecte Loupot est de faire de cette église de station thermale une référence Sainte des bienfaits de l’eau. Pour illustrer les œuvres de Cazes, ce sont les luchonnais eux-mêmes qui servent de modèle.

Jésus et la Samaritaine : -"Toute personne qui boit de cette eau-ci aura encore soif. En revanche, celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura plus jamais soif et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source qui jaillira jusque dans la vie éternelle.» Jean 4.1-42


la guérison de l'aveugle et du paralytique


Six anges portent les instruments de la Passion, six autres l'agneau sans tache lui-même sur un tabernacle copiant les Thermes de Luchon

vous comprendrez pourquoi je vous montre l'agneau quand je vous parlerai de l'agneau mystique de Van Eyck


et alors, les vitraux ?

le vitrail biblique, Judith, David, Moïse avec ses deux traits de feu, Salomon et Suzanne

la Foi sauve ; la Grâce favorise la récompense ; l'Espérance réconforte

Jésus dévoile son sacré-coeur à Ste Marguerite-Marie Alacoque 1892

vous avez reconnu Ste Germaine de Pibrac
par Goussard frères à Condom
Jean-Baptiste baptise Jésus




 François d'Assise reçoit les stigmates






je réfléchis en sortant


 surtout ne transformons pas cette église en hôtel de luxe

elle est si belle comme cela

on y communique avec là-haut !


PS : merci pour son érudition à : http://eglise.luchon.free.fr/eglise.htm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire