samedi 22 février 2020

Montmaurin : épîlogue ? (4)

le musée avant : la peinture est d'époque, les murs verts sont grattés, la chaise scolaire et la table devant sont typiques des années 50, comme les carreaux en ciment le sont des années 30... Et alors, le petit éphèbe dans la vitrine....?

Comme vous l'avez noté, je sors du nouveau joli musée de Montmaurin, quand je dis joli, l'ancien presbytère a été réhabilité par des pros de la déco, c'est un modèle ! Une sorte de nostalgie m'envahit cependant, car non seulement j'ai présent en mémoire les souvenirs des objets présentés autrefois, mais j'en dispose de nombreuses photos : par exemple, l'éphèbe en bronze (dont j'avais trouvé le cousin à Vichy), et que l'on voit mal disposé dans sa vitrine d'origine... où est-il ? Je ne puis m'empêcher de relire (on les trouve sur internet) quelques anciens articles de presse, la Dépêche n'oublie rien non plus, comme celui-ci, que je vous reproduis in extenso : avec les guillemets d'usage :

"Soixante d'ans d'histoire du musée de Montmaurin tel que l'avaient voulu les archéologues Louis Meroc et Georges Fouet auront vécu. Hier matin, les services de l'Etat dirigés par la sous-préfète Marie-Paule Demiguel accompagnée de la gendarmerie et de l'unité spécialisée sont venus récupérer les collections qui devraient intégrer le futur Centre d'Interprétation projeté par le CMN (Centre des Monuments Nationaux) sur l'ancien presbytère, domaine de l'Etat.


"Le musée, une histoire familiale
"Jean Paul Miro et son fils Laurent ont été expulsés du bâtiment. Pour eux, le musée c'est l'histoire familiale. Les générations qui se sont succédé en ont assuré le gardiennage depuis la découverte de la villa gallo romaine. Voir partir les collections de Montmaurin est une déchirure : -«J'ai vu le mouvement en amenant mes petits enfants à l'arrêt du bus scolaire, témoigne Jean Paul Miro. Le maire a ouvert. Je voulais les empêcher de prendre les objets qui seront dispersés. On n'a plus revu la mosaïque de la villa ni le lion des cavernes. Les garçons inquiets de mon absence sont venus me rejoindre. Un serrurier a changé la serrure. Que pouvions-nous faire d'autre ?» Thérèse, son épouse, montre la photo de ceux qui ont «découvert Montmaurin».

«C'est un coup de force, explique-t-il. Nous, on n'a pas de people pour nous défendre. On donne l'archéologie à des affairistes. On n'aura plus de droit sur les objets dont on nous a confié la garde. Quand ils voudront les envoyer à Abou Dabi, ils les enverront à Abou Dabi. J'ai la lettre de Georges Fouet, on ne touche à rien. Maintenir la collection sur place c'est les respecter. 400 000 ans d'histoire de l'Humanité !»

"Demande de réunion en urgence du conseil municipal
-"Les services de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) pour le Préhistorique et du CMN pour la période gallo romaine sont chargés de récupérer les objets afin de les remettre au presbytère de Montmaurin après restauration», assure la sous-préfète, Marie-Paule Demiguel, qui s'adresse ensuite à Thérèse Miro : -«C'est dommage que l'on ne puisse pas travailler avec vous. Des mois et des mois qu'on essaie de vous associer et que vous ne voulez pas. J'ai amené la lettre du préfet qui s'engage à un retour des pièces à Montmaurin».

Présent sur les lieux, Alain Baqué, premier adjoint déclare : -«Sur le Code général des collectivités territoriales, le conseil municipal délibère sur les affaires de la commune. On n'a pas eu de réunion à ce sujet. L'État met la charrue avant les bœufs. Je ne sais pas qui a changé la serrure, ce matin. Je demande une réunion en urgence en tant que premier adjoint, à Mme le Maire.»

"Vers 16 heures les camions chargés, l'élu constate qu'aucun inventaire contradictoire n'a été établi avec la famille Miro et il s'interroge sur la traçabilité des objets".

... la traçabilité des objets...

Je me souviens très bien Thérèse Miro, me racontant que le petit éphèbe, pas si petit que cela d'ailleurs, avait été trouvé sous un coup de pioche à la Hillère. Je l'avais cru, comme les enfants qui aiment qu'on leur raconte des histoires. Je l'avais photographié à travers la vitre, ce qui ne rend évidemment pas bien, Thérèse m'avait proposé trop tard de le sortir, mais par discrétion je n'avais pas voulu lui demander ce service, après tout, je n'ai aucune habilitation à m'intéresser au patrimoine, même si le patrimoine m'intéresse !

A priori, ce pourrait être un joli Antinoüs ?




cité par Patrick Garcia : 
http://memoiredelivrade.canalblog.com/archives/2016/07/14/34081177.html
Antinoüs Braschi Louvre


























Je pose la question : réponse : -"il serait faux" ! Bon ! Beau faux en tous cas, patine bien imitée... alors qu'est devenu ce faux, s'il est faux bien entendu, quel expert en a décidé ainsi ? Ce serait bien qu'il en soit fait mention, après tout, comme le dit si bien Jean-Jacques Bourdin : -"les Français doivent savoir" ?

Emu par le trophée de Saint-Bertrand de Comminges, qui met à égalité la captive hispanique, et le captif gaulois, tombés sous le joug de l'occupant romain, j'avais été impressionné à l'époque, par cet objet très stylisé : une "idole protohistorique" "donnée par M Rouillan" et semblable à celle exposée au musée archéologique de Madrid :






















J'en avais déduit, sans doute à tort, que nos ancêtres avaient des contacts comme nous les poursuivons de chaque côté des Pyrénées, et qu'ils se transportaient avec une relative aisance au travers des montagnes, en empruntant les routes romaines !

Làs (pas de chance) ce serait un faux là encore ?

C'est Madame Roumanoff qui intervient cette fois : -"on ne nous dit pas tout ?"

J'avais, mais rassurez-vous je terminerai par là, le souvenir d'une vitre en verre malheureusement  cassée, qui montrait en tous cas que les Romains (ou les Gallo-romains) maitrisaient la confection des vitres pas aussi bien certes, mais bien avant Saint-Gobain. On ne la voit plus non plus. 

Les objets ont été certes triés, remarquablement exposés, didactiquement décrits, mais il doit y en avoir beaucoup-bien-rangés-étiquetés-photographiés dans les réserves. Il est vrai que l'on visite le rez-de-chaussée du nouveau musée : l'étage est certainement rempli des objets pas-encore-exposés, cela est fait pour que l'on revienne souvent les voir tourner ! 



Toutes ces personnes qui vieillissent et font déraper les comptes de la Sécu

sont agaçantes avec leurs souvenirs

en plus elles se mêlent de prendre des photos

alors que cela est strictement interdit :

avec leurs souvenirs, elles embêtent les générations futures...!


Wikipedia nous fait le même coup avec ses vieilles photos !


celle-là a été prise par l'Ecole primaire de Labarthe de Rivière et est datée de 2015
mais qu'est devenue la maquette de la Villa Lassalles ?
il faut dire que Delcampe aussi 

nous embête avec ses vieilles cartes postales :



par contre, voici une CP d'avant, de la mosaïque ?

CP Delcampe, c'est quoi ce travail ?

aujourd'hui, la mosaïque reconstituée


Me revient cette citation dans 1984 de George Orwell :

Celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur. 

et

Celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire