mercredi 19 février 2020

Montmaurin magnifié (1)

Vous vous souvenez ? j'ai raté l'inauguration, je me devais de revenir. Nous sommes mi-février, le soleil brille, température 18°, mimosa en fleurs sur place, l'odeur avec, premières petites fleurs blanches, décidément c'est le moment de sortir. En plus nous sommes en vacances scolaires, les parents dépourvus de neige cherchent des occupations pour les gamins, quoi de mieux que leur montrer nos ancêtres, que ce soient les préhistoriques, romains, ou même Wisigoths !


le jardin reste à terminer, travaux en cours, il sera fleuri cet été




magnifiques, on se croirait en Catalunya



Pour quatre Euros on a droit à la visite du nouveau musée, un vrai musée avec superbe coin-toilettes, des finitions parfaites : on sent que les émissaires du Réseau des Musées Nationaux en charge du projet ont soigné les détails, les peintures en gris-chic, les sols en tomettes patinées, le parquet en pente douce pour les handicapés, la mise en scène claire, les explications réfléchies, un plaisir...



cité par Patrick Garcia : http://memoiredelivrade.canalblog.com/archives/2016/07/14/34081177.html



Et puis pour le même prix on visite la villa de Lassalles, où a été rajoutée une mosaïque, que le guide me dévoile en dépliant la bâche qui la protège.








Il n'est pas encore prévu d'ouvrir la chapelle Notre Dame à la Hillère, qui abrite la mosaïque trouvée dans la grande salle en contre-bas. Il se produit alors un miracle, alors que je n'avais rien prémédité ni préparé, un Ange (du sexe féminin) me reconnait, et m'ouvre quelques minutes, le temps de découvrir un intérieur restauré lui aussi, avec le même raffinement que le musée.

Que vous ayez ou pas des gamins privés de ski, je vous conseille le voyage : dans cet endroit un peu perdu (quasiment perdu) fait de collines, de routes étroites et tortueuses, vous tombez sur de splendides paysages, sur des panneaux anciens, sur ce piton étonnant que constitue Montmaurin dominant de ses 400 m la vallée de la Save, et qui contient tant de richesses. Je suis toujours fasciné par le fait que les Patriciens vivant sur place savaient se déplacer, pour se recevoir tous les trente kilomètres, et faire bombance en société, déguster des sorbets glacés, y compris des huitres si loin de la mer ??

Evidemment je cherche toujours les sources, après avoir épuisé les hypothèses d'alimentation en eau de toutes ces constructions, par barrage, canaux disparus, château d'eau écroulé qui forme toujours une butte couverte d'arbres, noria elle aussi désintégrée ?? On me signale plein de sources tout autour, toujours fonctionnelles, certaines maçonnées...il y a toujours motif à revenir !

depuis la villa de Lassalles, le village est bien sur une butte

les ruines du château d'eau toujours aussi énigmatiques



paradoxe, il n'y a pas une, mais deux villae

Je n'ai pas fini de traîner dans ce coin surprenant !

d'ailleurs je vous ai parlé de la Hillère, mais ne vous l'ai pas montrée :

demain !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire