jeudi 9 janvier 2020

Saint Do à Pointis Isnard

Je me suis demandé quels objectifs poursuivre pour la nouvelle année : car si l'on veut optimiser son temps, il faut se donner des objectifs, comme le font les managers dans les entreprises-branchées : depuis qu'en ouvrant les portes des petites églises du Comminges j'ai découvert des merveilles, j'ai pris une résolution, je me suis donc donné comme objectif l'ouverture des dites portes, ce qui n'est pas évident vu qu'elles sont la plupart du temps fermées : il faut en parcourir un maximum lors des journées du Patrimoine ce qui vous rend inopérant pendant 363 jours de l'année, ou bien connaitre la Dame qui possède les clés, (bon moyen pour faire des connaissances d'ailleurs), ou encore suivre les inhumations, ce que je viens de faire à Pointis-Isnard.

Je passe, des voitures devant l'église, la porte est ouverte, je rentre,

pleine de vitraux :















Ego sum alpha et Omega, primus et novissimus, initium et finis, 
qui ante mundi principium et in saeculum saeculi vivo in aeternum.

les plus beaux sont dans le choeur, naturellement, Saint-Pierre d'un côté ...




... et le Saint de Toulouse : Sernin ou plutôt Saturnin de l'autre, pile avant d'être trainé par le taureau...




de qui sont ces merveilles ?

 CHALONS (Paul), peintre verrier, 63 allées de Garonne, à Toulouse.


et Saint Dominique alors ?

se tient à côté de lui un chien tenant un brandon enflammé



il y en avait un à Larroque aussi :


En fait, il s’agit de Dominique Nuñez de Guzman (en espagnol : Domingo Núñez de Guzmán), né vers 1170 à Caleruega, en Espagne, et mort le 6 août 1221 à Bologne, en Italie. C’est le fondateur de l'ordre des frères prêcheurs dominicains. Canonisé par l'Église en 1234, il est célèbre sous le nom de saint Dominique, fêté le  8 août depuis le concile Vatican II. Selon une légende analogue à celle de plusieurs naissances de saints (Isidore, Jean Chrysostome), après avoir été en pélerinage à l'abbaye Saint-Dominique de Silos, la mère de Dominique (Dominiculus en latin signifie "celui qui appartient au Seigneur") aurait vu en songe, pendant sa grossesse, un chien tenant une torche allumée dans la gueule, pour éclairer le monde. Ah les mères qui influencent le destin de leurs rejetons !


Ce songe résume la vie du futur saint dont le prénom a été choisi en référence à l'abbé Dominique de Silos vénéré par sa mère (quelle mère !) avec en plus un calembour en latin sur les futurs dominicains = domini-canes, assimilés à des "chiens du Seigneur" !


le plus est à venir :


Le 25 avril 1215 il s'établit à Toulouse, avec quelques proches, dans des bâtiments donnés par Pierre Seila (ou Pierre Seilhan), visibles aujourd'hui 7, place du Parlement. L'installation en ville a pour premier but de créer... l'université de Toulouse ! Foulques, évêque de Toulouse, collaborateur de Dominique depuis 1206, l'autorise à prêcher dans tout le territoire de Toulouse. Au mois de novembre, Dominique et Foulques sont à Rome, au IVe concile du Latran : là, avec le pape Innocent III, ils projettent l'établissement d'un ordre des Prêcheurs, moines qui s'engagent à la pauvreté et la prédication mais après une solide formation doctrinale pour mieux réfuter les hérésies ... cathares ! ! 

Voyez si à Pointis Isnard ...

... on connaissait l'Histoire !


PS : au Prado, Claudio Coello



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire