mercredi 22 janvier 2020

La fontaine de la liberté d'Hubert Robert

Le 11 août 1792, sur la place Louis XV, la statue équestre représentant le roi est détruite et à cette occasion la place est renommée place de la Révolution. La statue de Louis XV est remplacée un an plus tard, le 10 août 1793, par la statue de la Liberté de Lemot.


Le 8 novembre 1793, quelques minutes avant d'être exécutée Manon Roland s'est exclamée en passant devant la statue : « Ô Liberté, comme on t'a jouée ! » ou selon une autre version plus littéraire : « Ô Liberté, que de crimes on commet en ton nom ! ».

elle est ici à gauche, lors d'une exécution en 1793

Le 25 octobre 1795, veille de l'instauration du Directoire, le nom de la place prend son nom actuel de place de la Concorde. La statue est retirée en juin 1800 sous le Consulat.

Je vous raconte tout cela, après avoir trouvé un autre pendant d'Hubert Robert dont je vous ai déjà parlé. Un pendant, ce sont deux tableaux qui vont de pair. 

Ces deux pendants ont été peints durant l’emprisonnement de Robert sous la Terreur, entre janvier et août 1794 : c’est pourquoi après la signature le nom du peintre est suivi par S.L., Saint Lazare.



Le premier est un souvenir de l’Italie, paradis des peintres et de la nature sublime. Peut être la cascade impétueuse prenant sa source sous le temple antique a-t-elle valeur de métaphore révolutionnaire,  l’eau qui sort du premier tableau alimentant la fontaine du second.






Comme vous le voyez, cette Fons Libertatis a des similitudes étroites avec la statue de François Frédéric Lemot, placée au centre de la Place de la Révolution en août 1793 pour le Festival de l’Unité. Cette sculpture était posée sur le piédestal de la statue équestre de Louis XV de Bouchardon, détruite en 1792, prouvant physiquement le triomphe de la république sur la monarchie. Monarchie que symbolise, à droite,  la stèle déchue et cassée .

J'ai tenté de l'agrandir, sans toutefois pouvoir détailler les inscriptions suivant LUDOVIC
... le XVème ... Louis XVI ?



On devine l'ambiance terrible de l'époque : la terreur ! ! Un pendant aussi ouvertement  républicain avait sans doute pour but de se concilier les bonnes grâces des geôliers...

...même pendant ces évènements, 

... l'Art jouait son rôle : symboliser les idées !



... à tel point que nous sommes accoutumés à ce bas-relief, de la Renommée embouchant sa trompette publie les grands évènements de la Révolution ; et l'Histoire écrit le mot République, dans la tribune de l'hémicycle du palais Bourbon.

une oeuvre connue de François Lemot (1771-1827)



PS : pour en savoir davantage sur le domaine de la Garenne-Lemot :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire