dimanche 9 décembre 2018

Vivre autrement ...à Saint-Girons ?

...au marché du samedi ?

Oui samedi, pas question de rester devant la télé regarder face à face gilets jaunes et forces de l'ordre dans un Paris assiégé, boutiques contre-plaquées, vitrines brisées : poursuivant ma route des montagnes, j'ai préféré me rendre au fameux marché de Saint-Girons. Jacques m'avait dit : -"Saint-Girons est un regroupement de confluences. L'artisanat reste riche et diversifié : tout le monde se rend au marché du samedi, et échange ses produits. Tu as le monde entier à tes pieds, il y a de la musique, tu goûtes aux stands et à la fin tu as déjeuné". Comme Jacques est un fin sociologue, il conclut par : "c'est une Société assumée !" En réalité, il ne l'a pas tout à fait dit comme cela, mais je m'essaie à parler Parisien, pour me faire comprendre : ils devinent que s'ils sortent un peu de leur capitale-mondiale-branchée pour aller skier, ils vont se retrouver agréablement dépaysés-vite-intégrés en Ariège "terre courage".

Jacques avait conclu : -"là-bas tu vas constater un phénomène oublié :

 les gens sourient" !

pas besoin de se rendre chez Leclerc pour acheter un livre : il reste une librairie indépendante !

C'est vrai ! Je vais même ajouter : la librairie est ouverte, les badauds achètent, pas que de la nourriture, d'ailleurs systématiquement ABio : les vendeurs ne vous ratent pas, ce sont des Verts assumés : plus bio qu'eux tu meurs !

https://www.proantic.com/galerie/objet-de-hasard/














Nous tombons sur deux antiquaires, inscrits sur ProAntic, avec en vitrine Hercule jeune, on le reconnait car équipé de sa massue pour taper sur le Lion de Némée, et il tient dans la main la pomme d'Apis. L'ancêtre des forces de l'ordre !

l'huile d'olive Kalista, 5 rue de la Mairie, 09100 Bezac

à gauche la pâte d'artichaud

Je réalise que tout est vrai, quand je tombe sur le stand de Mathieu Hadjakis, fils de Nikos Hadjakis son père, avec leurs produits de Crète : leur famille vit à Cnossos (1), et ils me vendent tout ce qui me permet de rajeunir mon régime (crétois) : olives ; huile Kalista qui me rappelle ma Kallisté corse, de la préparation d'artichaut (pour mon système rénal) ; de la tisane où s'ajoutent malotyra (thé des montagnes) ; dictame ; sauge et thym) ; du savon vert teinté de feuilles d'olives ; et des câpres comme à Salina (2)

Voici du pain d'épautre, mêlé de sarrasin, parfois de riz, parsemé d'olives et de sauge. On a des invités demain, cela tombe bien. 



Non les dégustations ne m'ont pas rassasié : on déjeune au Bouchon. Ambiance souriante, entrée de six huitres, sur lit de gros-sel, un exploit dans ce centre des Pyrénées. Ensuite, l'omelette aux girolles est plus classique, nous ici on ne s'en prive jamais quand une passe à notre portée. 













On se croirait à Paris
(quand il n'y avait ni casseurs
ni l'exclusivité donnée aux épouses-des-Chinois-premiers-de-cordée dans les Grands Magasins)

on se croirait en Provence
avant qu'y arrive la jet-set fuyant la Côte d'Azur

on se croirait dans le Gers
quand arrivaient les Anglais
(avant le Brexit)

le bonheur est au marché




les gilets jaunes d'ici râlent toujours dans les rond-points, mais nous laissent passer : 

le marché est sacré

ils voudraient conserver leur modèle de Société

pour moi, depuis la fin des paysans de Mendras (3)

c'est depuis longtemps mon modèle





(3) Dans une époque oubliée, (1967) Mendras a écrit "la fin des paysans", un livre (édité chez Actes Sud) qui nous a fait nous installer dans le Gers profond dans une ferme restaurée durant cinq ans. Travaillant à Paris, les contraintes de mobilité nous ont obligé de vendre à des Anglais cherchant à devenir Français, pour nous installer à Toulouse, proche de la gare pour pouvoir voyager en train. Nous avons été rompus durant 40 ans aux contraintes de la mobilité professionnelle, et savons de quoi nous parlons.










la musique met de l'ordre dans nos peines
https://www.youtube.com/watch?v=aQJ9szg2R_4


demain suivez nombreux l'énigme de lundi :

QVO NON HAC DUCE !

je reviens à Paris

chez Bofinger !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire