vendredi 14 décembre 2018

Vigilance


La Sentinelle,Carel Fabritius 1654.

68 × 58 cm. Staatliches Museum à Schwerin

La scène, à première vue banale, comporte des symboles de nature morale. Un chien, qui symbolise les vertus de fidélité et de vigilance, se tient devant une sentinelle endormie, comme un reproche de son attitude. Au-dessus de l'arche, on retrouve une image tronquée de saint Antoine, l'ermite qui préconisait la pauvreté et la chasteté et la résistance aux tentations, ce que ne fait pas la sentinelle qui échappe à son devoir et cède au sommeil. Mais c'est dur d'être Vigile !


Bravo aux forces de police, qui ont abouti cette nuit à la neutralisation du terroriste de Strasbourg : la démocratie montre ainsi sa force, face aux « djihadisés » et non pas "radicalisés" tels que les décrit froidement Alain Bauer : à 29 ans Chérif Chekatt cumulait 27 condamnations. Criminel de droit commun, il se « djihadise » en prison : la seule voie pour un criminel de racheter ses fautes est de « monter au ciel » : en faisant le djihad :  tuer encore et encore des soit-disant infidèles pris dans la rue au hasard. Quelle folle intox inculquée à des hommes égarés, que leur faire croire qu’ils peuvent racheter leurs fautes sur terre en tuant, pour être accueillis au Paradis ! 

Quelle dérive monstrueuse quand le hasard leur fait tuer des innocents, y compris musulmans.

La vigilance a gagné



Puvis de Chavannes
Observez les marmottes en montagne, protégées par le sifflement du guetteur : la vigilance constitue une aptitude clé pour survivre en détectant précocément les prédateurs et les aléas. Dans nos sociétés évoluées, la vigilance climatique est devenue permanente, avec le suivi constant des risques naturels, tremblements de terre ; ouragans, et tsunamis. La vigilance contre les prédateurs devient une attitude primordiale, pour faire survivre nos démocraties.

Je regarde la définition que wiki donne de la vigilance : la vigilance est un bon indice de notre motivation collective pour survivre et progresser : cette nuit la cohérence de nos forces de protection, patrouillant sans relâche, armée-police conjuguées, a montré leur efficacité. Le Ministre de l'Intérieur a gagné la confiance collective. Laissons au gouvernement la chance d'apaiser notre société.

Telle est l’exigence de notre société moderne : faire jouer la conjugaison des acteurs contre les prédateurs. Y faire participer chacun.  Promouvoir le mérite et le travail. Faire valoir la morale. Et faire jouer la vigilance.

Nos voisins Chinois ont mis en œuvre des process de surveillance permanente des individus permettant une réaction rapide en cas de drame. Leurs pratiques du big-brother sont sans doute excessives. Nous avons des marges de manœuvre en la matière, et suivre à la sortie de prison les  « délinquants djihadisés » par des process électroniques est peut-être une solution à tester ? Nous allons en "lâcher" quelques centaines dans la nature l'an prochain, il faut les surveiller !

Il nous faut maintenir en permanence l’équilibre fragile entre Liberté

et Vigilance

la vigilance a gagné

Saluons nos Policiers

leur vigilance est certainement mieux placée pour surveiller les fichiers S

plutôt qu’encadrer une nième vague de manifestations  

« L'emblême de la vigilance est une femme dans l'attitude de la marche, tenant sous son bras un livre, et de la main droite une lampe allumée. Le coq est son attribut particulier ; les iconologistes y joignent l'oye, ou mieux l'oie, comme symbole de la vigilance, parce que ce sont les oies qui, par leur cris, sauvèrent le capitole. »
 
Illustration de Charles-Nicolas Cochin dans Iconologie, ou Traité de la science des allégories en 350 figures gravées avec les explications relatives à chaque sujet par Gaucher

Henri-Paul Motte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire